mis à jour le

Arrondissement IV de Ouagadougou : Jusqu'où ira le silence du CDP ?

Ainsi que nous le disions au lendemain de l'élection du maire de l'arrondissement IV de Ouagadougou (dans des conditions assez particulières) le blocage n'était qu'une question de temps. Du reste, la situation actuelle n'a pas tardé à montrer ses limites objectives.

Et pour cause une partie des militants CDP refusent toujours de lever le ''blocus'' qu'ils ont instauré sur l'arrondissement ! Promettant à qui veut l'entendre qu'Anatole Bonkoungou ne sera jamais maire chez eux.

Alors même que ce dernier a été élu de manière légale par le collège électoral constitué par les conseillers de l'arrondissement. Mais c'était sans compter avec la détermination des contestataires qui ont décidé de faire barrage à la légalité.

La question que l'on se pose alors c'est de savoir si les querelles d'un parti politique peuvent et doivent ainsi se transposer dans l'espace public et s'imposer à tous les acteurs de la vie publique ? Le règlement intérieur d'un parti, fut-il celui du chef de l'Etat est-il au-dessus de la constitution et du code électoral ?

Assimi Kouanda silencieux

Depuis le début de ce feuilleton à rebondissement, la ''direction'' du CDP, le Congrès pour la démocratie et le progrès, le parti au pouvoir, est restée étonnamment silencieuse sur la question.

Aucune déclaration officielle, aucun rappel à l'ordre, aucune manifestation en faveur d'un respect de la légalité.

Ce qui n'est pas sans poser des problèmes en termes d'interprétation d'une telle attitude.

Zacharia Sawadogo vs Anatole Bonkoungou

Pour les uns, ce serait un combat de chefs entre les deux (ex) camarades : Zacharia Sawadaogo, l'ex-maire de l'arrondissement querellé, écarté de la course à un nouveau mandat et l'actuel maire élu, Anatole Bonkoungou, lui aussi écarté par le parti, mais qui a bravé les consignes, s'est joué des divergences entre camarades, pour finalement triompher de ses adversaires.

Bref des embrouilles internes qui ont du mal à être correctement arbitrées.

Pour d'autres encore, le parti digère mal son humiliation et laisse le chao s'installer pour mieux répondre à celui-là qui a bravé son autorité.

Quoi qu'il en soit, force doit rester à la loi. Au risque de créer des précédents dangereux.

Mais encore faut-il pour cela que le parti (le CDP) sorte de son mutisme en sonnant la fin de la récréation.

Juvénal SOME

Lefaso.net

Le Faso

Ses derniers articles: Tirage au sort des barrages de la coupe du monde 2014 :  Paroisse de Bissighin : les élèves et étudiants  Coupe OAPI : ONEA en dames et SONABHY en hommes 

Ouagadougou

AFP

Burkina: l'ex-otage australienne est arrivée

Burkina: l'ex-otage australienne est arrivée

AFP

Burkina: marche silencieuse en hommage aux victimes de l'attaque de Ouagadougou

Burkina: marche silencieuse en hommage aux victimes de l'attaque de Ouagadougou

AFP

Leila Alaoui, une photographe humaniste victime des jihadistes

Leila Alaoui, une photographe humaniste victime des jihadistes

IRA

AFP

Zimbabwe: le pasteur et leader de la contestation ira aux Etats-Unis

Zimbabwe: le pasteur et leader de la contestation ira aux Etats-Unis

AFP

Soudan du Sud: le gouvernement ira finalement négocier, mais pas le président Kiir

Soudan du Sud: le gouvernement ira finalement négocier, mais pas le président Kiir

Nicolas

Coupe du Monde 2014 : L’Angleterre ira au Brésil !

Coupe du Monde 2014 : L’Angleterre ira au Brésil !

CDP

The end

L'inévitable alternance burkinabè

L'inévitable alternance burkinabè

Actualités

        Conseil régional des Cascades : Les conseillers régionaux du CDP boycottent une session

Conseil régional des Cascades : Les conseillers régionaux du CDP boycottent une session

Actualités

Rentrée politique du CDP : Même sans subvention…

Rentrée politique du CDP : Même sans subvention…