mis à jour le

La grève des boulangers n’est pas justifiée, selon Benbada

Comme prévu, les boulangers ont entamé ce mardi à travers le territoire national une grève d'une journée à l'appel du Comité national des boulangers selon qui le taux de suivi de la grève a atteint les 80%. Le ministre du commerce rappelle que cette grève n'est pas justifiée étant donné que le débat n'est pas clos. Le groupe de travail chargé d'enquêter sur le prix du pain ne rendra son rapport que demain, mercredi et ce n'est qu'à partir de là que le ministère pourra prendre une décision, a expliqué Bendada qui s'est exprimé ce mardi à l'APN en marge d'une séance plénière de l'Assemblée populaire nationale (APN), consacrée à la présentation du projet de loi sur les conditions d'exercice des activités  commerciales Cette grève n'est pas justifiée parce que la discussion est toujours en cours et le gouvernement a reconnu légitime certaines des préoccupations des boulangers », a-t-il déclaré. Ce n'est qu'une fois que le  groupe de travail «neutre» aura rendu ses conclusions mercredi sur la question de «la structure de prix de la baguette de pain» que la département ministériel va dégager une solution, a promis M. Benbada. Toutefois, il n'y a pas de sanctions légales prévues à l'égard des grévistes, souligne le ministre, lesquels ont tenu à assurer un service minimum. Dans la capitale du pays, plusieurs boulangeries ont baissé le rideau ce mardi. Les plus avertis des citoyens ont pris leurs dispositions alors que d'autres sont pris au dépourvu. «On devait nous informer avant d'entamer cette grève », s'est emportée une femme surprise par le manque de ce met essentiel. Et d'ajouter :«je ne vois pas pourquoi ils observent une grève alors qu'ils nous font consommer un pain qui ne répond pas aux normes et en plus ne rendent jamais (les boulangers, ndlr) la monnaie aux acheteurs ». Les artisans boulangers demandent au «gouvernement de trouver rapidement des solutions à leurs préoccupations liées principalement à la garantie d'une  marge bénéficiaire des boulangers de 20% environ à travers la réduction du prix de la farine de 2000 DA le quintal à 1500 DA et l'augmentation du prix du pain à 12 DA, a indiqué M. Belhadj Taher  Boulanouar, porte-parole de l'Union générale des commerçants et artisans algériens (UGCAA) dans une déclaration à l'APS. De son côté, le président de la Fédération nationale des boulangers (FNB), M. Youssef Kelfat, relavant de l'UGCAA, a indiqué que le recours à la grève nationale pour faire aboutir les revendications est un «droit légitime», mais, selon lui, pas avant l'annonce des décisions du gouvernement sur la base  des résultats de la commission chargée de l'évaluation du prix réel de la baguette de pain.     

El Watan

Ses derniers articles: Programme AADL 2 : les résultats communiqués  Tizi Ouzou : Les retraités de l‘ANP s’organisent  Sellal : Les visites de terrain n'ont rien 

grève

AFP

Soudan: la vie au ralenti

Soudan: la vie au ralenti

AFP

Soudan: les médecins en grève pour de meilleures conditions de travail

Soudan: les médecins en grève pour de meilleures conditions de travail

AFP

Mauritanie: grève des journaux privés pour alerter sur leurs difficultés

Mauritanie: grève des journaux privés pour alerter sur leurs difficultés