SlateAfrique

mis à jour le

Stars du foot, un talent héréditaire?

Fils de, frère de… pas facile d'être le proche d'une célébrité, surtout lorsqu'il s'agit d'un sportif mondialement connu. Le site Afrik.com a cherché à savoir qui parmi les frères des footballeurs stars a essayé de percer, malgré un nom déjà connu sur le terrain.

«Oui c’est difficile. Mais, il faut que je sois à la hauteur. C’est à moi de prouver» avait assuré Freddy Drogba, jeune frère de Didier Drogba.

Jeune attaquant de l’équipe du Mans (France), son contrat n’avait pourtant pas été reconduit en 2011. Daniel Jeandupeux, conseiller du président du club sarthois, s’était expliqué auprès d'Afrik.com:

«Au Mans, on n’a pas senti la rage brûler en lui. On n’a pas vu, non plus, l’investissement quotidien qui fait les grandes carrières.»

Freddy Drogba a rallié depuis l’équipe de Dijon, club fraîchement promu en première division. Mais c’est bien peu de chose en comparaison de la carrière internationale de son frère Didier, attaquant de Chelsea et capitaine de la sélection ivoirienne.

«Didier, c’est mon idole. Mon rêve le plus cher serait de jouer à ses côtés. Lui me chambre et me dit que si je veux jouer avec lui, il va falloir que je cravache […] Aller plus haut, c’est mon objectif», livre Freddy.

Pas évident non plus pour David et Etienne, les deux jeunes frères de Samuel Eto’o. S'ils se sont tous deux lancés dans le football dans des clubs espagnols, les résultats sont loin d’être à la hauteur de ceux de leur illustre frère, attaquant à l’Inter de Milan et capitaine de l’équipe nationale du Cameroun.

Mais certaines fratries rencontrent plus de succès dans l’univers du ballon rond, à l’exemple de Kolo et Yaya Touré, ensemble sous le maillot de la Côte d’Ivoire et de Manchester City.

Ou encore des trois fils d’Abedi Pelé, mondialement connu pour avoir été triple ballon d’or. André, Jordan et Rahim semblent être bien décidés à honorer la «mémoire footballistique» de leur père, aujourd'hui entraîneur du club Nania FC, au Ghana.

«C’est juste un début pour nous tous parce que nous sommes encore jeunes et qu’il nous reste de nombreuses années. Notre père a placé la barre très haut, il sera difficile pour nous de faire aussi bien. Mais il sera fier de nous si nous y parvenons. C’est un sacré challenge», notait Rahim.

Afrik.com termine par l’histoire surprenante de deux frères qui se sont affrontés sur le terrain lors de la Coupe du monde 2010: Jérôme et Kévin-Prince Boateng, le premier jouant dans la Mannschaft (sélection allemande) et le second dans l’équipe ghanéenne:

«Au final, c’est la Mannschaft qui s’est imposée (1-0). Un résultat qui arrange tout le monde puisque les deux formations se sont qualifiées. Mais la question se pose: qui leur père a-t-il supporté?»

Lu sur Afrik.com