mis à jour le

Bara Gaye : "J'assume la responsabilité de mes propos"

Après l'arrestation de Karim Wade, certains membres du Parti démocratique sénégalais (Pds) se sont laissé aller à des déclarations incendiaires. Insultes, accusations et autres invectives à l'endroit du gouvernement et du Président Macky Sall se sont fait entendre. Conséquence : Bara Gaye, responsable de l'UJTL (Union des jeunesses travaillistes libérales), Mamadou Lamine Massaly, leader des Jeunesses wadistes et Thierno Lô, ancien ministre du Tourisme sont convoqués et auditionnés pendant des heures. Libéré avec l'injonction de rester à la disposition de la justice, Bara Gaye revient sur les détails de son face-à-face avec les enquêteurs.

Contrairement à ses compagnons d'infortune (Mamadou Lamine Massaly et Thierno Lô) qui se seraient dédits devant les enquêteurs, Bara Gaye a assumé ses propos. Des propos qui ont été tenus lors d'une émission sur la Télévision Futurs médias, pendant laquelle le Secrétaire général de l'UJTL aurait accusé le chef de l'Etat de blanchiment d'argent, de détournement de deniers publics, de pillage des ressources financières, en sus d'une tendance à se soumettre à la pression des lobbies gay. «Nous avons visionné la vidéo pendant une heure, les enquêteurs m'ont dit que mes propos pouvaient être pénalement sanctionnés d'abord pour offense au chef de l'Etat, ensuite pour troubles à l'ordre public et enfin pour association de malfaiteurs», renseigne Bara Gaye. Selon lui, les enquêteurs du Commissariat de Bel Air ont estimé que les déclarations qu'il avait faites sur l'arrestation de Karim Wade pouvaient constituer un trouble à l'ordre public, ils ont aussi évoqué des téléphones portables qu'il aurait utilisés pour coordonner des activités avec certaines personnes ainsi que la présence de Mamadou Lamine Massaly dans sa maison au moment de son arrestation. «Ce sont les charges qu'ils ont retenues contre moi, je suis arrivé au Commissariat à 12h30 et j'en suis ressorti à 21h15», indique-t-il. Les enquêteurs ont également signifié à Bara Gaye les peines qu'il encourait. «Ils m'ont brandi l'article 80 en disant que je risquais une peine d'emprisonnement de trois à cinq ans, une amende de 100 000 à 1 500 000 FCfa, mais je leur ai dit que je maintenais mes propos.» Le responsable de l'UJTL affirme ne pas s'être débiné devant les enquêteurs. «Je ne suis pas du genre à dire quelque chose aujourd'hui et le contraire le lendemain. J'ai reconnu tout ce que j'avais dit lors de l'émission, j'assume la responsabilité de mes propos», assure-t-il.

«UNE AUTORITE A APPELE L'ENQUETEUR POUR CORRIGER LE PV»

Bara Gaye a ainsi veillé scrupuleusement à la rédaction du Procès-verbal de son audition ; ce qui n'a pas manqué de créer quelques tiraillements avec les enquêteurs. «Ils m'ont écouté sur Procès-verbal, je l'ai relu et nous l'avons corrigé ensemble, nous avons fini avec cinq pages que j'ai paraphées à 19 heures», confie-t-il. Mais un coup de fil d'une mystérieuse autorité a quelque peu semé le trouble entre Bara Gaye et les enquêteurs. «Les PV ont été acheminés je ne sais où. Et par la suite, une autorité à appelé l'enquêteur en personne pour corriger lui-même le PV, explique-t-il. Ce faisant, ils ont élagué certaines questions saugrenues qu'ils m'avaient posées ainsi que les réponses, ils se sont ainsi retrouvés avec 3 pages au lieu des cinq que j'avais déjà signées.» Après avoir peaufiné cette autre version du Procès-verbal, les enquêteurs auraient demandé à Bara Gaye de signer à nouveau ; ce que le responsable libéral aurait catégoriquement refusé. «Ils ont insisté pour que je signe, l'autorité a rappelé, mais j'ai refusé, j'étais dans mes droits parce que j'avais déjà signé un PV de cinq pages. Ils m'ont finalement demandé de rentrer en restant à la disposition de la justice.» Quid de l'identité de l'autorité en question ? «Je ne cherche même pas à le savoir, avance Bara Gaye, mais cela montre encore une fois que nous avons une justice aux ordres, une police instrumentalisée. Ce qui est absurde et désolant pour un Etat de droit comme le Sénégal.»

L'Observateur

Rewmi

Ses derniers articles: Remaniement ministériel du 1er Septembre : Comment Mimi Touré a court-circuité Eva Marie Coll  Aliou Cissé:  Nécrologie- Décès du journaliste Abdoulaye Sèye 

responsabilité

AFP

Afrique du Sud: le roi des Zoulous rejette toute responsabilité dans les violences xénophobes

Afrique du Sud: le roi des Zoulous rejette toute responsabilité dans les violences xénophobes

AFP

Egypte: l'ONU critique le "manque de responsabilité des forces de sécurité"

Egypte: l'ONU critique le "manque de responsabilité des forces de sécurité"

Amina Boumazza

Responsabilité pénale : un enfant de 10 ans peut-il être jugé par la justice algérienne ?

Responsabilité pénale : un enfant de 10 ans peut-il être jugé par la justice algérienne ?