SlateAfrique

mis à jour le

Le gouvernement congolais veut réglementer l’industrie minière

Walikale est une localité située dans la région du Kivu, dans l’est du Congo démocratique. Depuis la découverte, il y a une dizaine d’années, d’importants gisements d’or et de diamants, la vie des populations tourne autour de l’exploitation minière. A Walikale comme partout dans cette région, les gens préfèrent aller à la mine plutôt que cultiver la terre, par exemple. Les ressources minières sont nombreuses et  leur exploitation et leur contrôle représentent un enjeu politique et géostratégique majeur. Et pourtant, ces mineurs peinent à bénéficier de leur labeur.

Le gouvernement congolais envisage de prendre plusieurs initiatives pour mettre un peu d’ordre dans le secteur minier. Avec l’aide de la Mission des Nations unies au Congo (Minusco), la République démocratique du Congo entend tout d’abord créer cinq centres de négoce dans toute la région du Kivu, dont deux dans la seule localité de Walikale. Ces centres de négoce vont fonctionner comme de hauts lieux de transactions commerciales où seront également assurés le contrôle et la certification des minéraux.

Les compagnies minières seront soumises à un permis d’exploitation et de gestion des mines. Un contrôle qui se voudra beaucoup plus strict et qui sera couplé à une imposition à hauteur de 10% sur chaque sac de minéraux présenté dans un centre commercial. Par ailleurs, la banque centrale congolaise devra délivrer un certificat avant toute exportation de minéraux. Aux postes de douane, le contrôle sera renforcé pour mieux lutter contre le trafic illégal des ressources du sous-sol congolais.

Parmi les mesures toutes aussi prioritaires prévues par le Congo, il y a la sécurité dans les mines et le long des routes commerciales. Le plan de réglementation de l’industrie minière en RDC vise notamment le retrait des groupes armés —y compris l’armée congolaise— des mines de la région du Kivu et de Goma. Au Kivu, par exemple, les groupes armés contrôlent 85% des mines d’or.

Lu sur The Christian Science Monitor