mis à jour le

Le RCD pour un référendum sur la révision constitutionnelle

La révision de la Constitution doit passer par voie référendaire. C'est la position du Rassemblement pour la culture et la démocratie (RCD), qui estime que le projet de la nouvelle Constitution doit émaner d'un débat général auquel doivent participer toutes les franges de la société et les acteurs politiques. «Le RCD est le seul parti qui a voté en 2008 contre la révision de la Constitution. Aujourd'hui, nous sommes pour cette révision, mais pas à travers une chambre d'enregistrement qui est le Parlement. Le citoyen, les forces politiques et le mouvement associatif doivent être associés au débat sur cette question. Le citoyen a le droit de s'exprimer sur cette révision par voie référendaire», affirme le président du parti, Mohcine Belabbas qui était, hier, l'invité du forum hebdomadaire du quotidien Liberté. Pour Mohcine Belabbas, la Constitution est une «question importante qu'il ne faut pas laisser entre les mains du système». Dans ce sens, il critique la composante de la commission de la révision constitutionnelle installée par le président Bouteflika. Ce dernier, explique-t-il, n'a pas respecté son engagement. «Dans son discours du 15 avril 2011, le Président avait affirmé que cette commission sera ouverte aux représentants des partis politiques. Ce n'est pas le cas. Les projets de Constitution qui, pour reprendre l'expression de 1963 du défunt Ferhat Abbas, produisent ''un provisoire qui dure'' ne nous intéressent pas», déclare-t-il. Ce faisant, le premier responsable du RCD annonce que le projet de Constitution élaboré par le parti est fin prêt. «Il sera soumis au conseil national le 26 avril avant de faire l'objet de débat où seront associés des acteurs de la société civile», précise-t-il.  «Le président est incapable d'assumer sa mission» Revenant sur la présidentielle de 2014 et le débat imposé autour d'un quatrième mandat pour l'actuel chef de l'Etat, Mohcine Belabbas estime que les questions qui doivent être posées sont celles des conditions de préparation et de déroulement de cette échéance. Selon lui, l'organisation des élections doit être confiée à une commission indépendante et permanente et non pas au ministère de l'Intérieur, si l'on veut garantir des élections libres et transparentes. Pour le président du RCD, l'actuel Président est dans l'incapacité d'assumer sa mission et, de ce fait, «l'article 88 de la Constitution doit être appliqué pour le destituer». «Le Président est malade depuis 2005. Ces derniers mois, il a réduit ses activités. Des responsables étrangers sont souvent priés de différer leurs visites en Algérie, parce qu'il ne peut pas les recevoir», affirme-t-il. Le RCD se dit encore contre l'idée de créer un poste de vice-président à la faveur de la révision constitutionnelle. «On a déjà créé un poste de vice-Premier ministre, mais c'était beaucoup plus une voie de garage qu'autre chose», indique-t-il. Mohcine Belabbas s'exprime également sur le rapprochement entre le RCD et le MAK à l'occasion de la célébration du Printemps berbère, le 20 avril. Il affirme que «le parti a marché et marchera avec le MAK autour des causes communes, telles que l'officialisation de tamazight». «Nous continuerons à marcher avec le MAK et d'autres organisations pour des causes communes. Les militants du MAK seront invités à prendre part à des conventions du RCD. Ce sont des citoyens algériens, ils ont le droit d'émettre des idées. Le danger vient quand on empêche les citoyens de s'exprimer», précise-t-il. Interrogé sur la dernière sortie de Smaïl Mira qui avait accusé le père de Saïd Sadi «d'être un harki», Mohcine Belabbas précise d'abord que «ces accusations ne sont pas nouvelles». Selon lui, le pouvoir, affolé par la mobilisation des citoyens à l'occasion du 20 avril, recourt à la propagande et la diffamation via ses médias. «Cette agression, lancée par les nouveaux instruments audiovisuels, récemment légalisés par l'Exécutif, contre quatre patriotes connus pour leur opposition au régime, sont une démonstration caricaturale du conflit originel que nous vivons depuis l'indépendance», souligne-t-il.   

El Watan

Ses derniers articles: Programme AADL 2 : les résultats communiqués  Tizi Ouzou : Les retraités de l‘ANP s’organisent  Sellal : Les visites de terrain n'ont rien 

RCD

Contributeur AF

TRIBUNE. Panique clanique et verrou autoritaire : le RCD s’insurge contre la négation des libertés

TRIBUNE. Panique clanique et verrou autoritaire : le RCD s’insurge contre la négation des libertés

La rédaction

Le RCD est-il sur le point de soutenir Benbitour ?

Le RCD est-il sur le point de soutenir Benbitour ?

MAP

RCD - Algérie : Le dernier remaniement ministériel consacre "l'institutionnalisation de la médiocrité et du pillage"

RCD - Algérie : Le dernier remaniement ministériel consacre "l'institutionnalisation de la médiocrité et du pillage"

référendum

AFP

Mauritanie: le "oui" l'emporte au référendum constitutionnel

Mauritanie: le "oui" l'emporte au référendum constitutionnel

AFP

Les Mauritaniens se prononcent par référendum sur la suppression du Sénat

Les Mauritaniens se prononcent par référendum sur la suppression du Sénat

AFP

Référendum en Mauritanie: l'opposition accuse le pouvoir de préparer une "fraude massive"

Référendum en Mauritanie: l'opposition accuse le pouvoir de préparer une "fraude massive"