mis à jour le

Pour préparer les prochaines locales à Yenne : Le Pcr aurait vendu des centaines de parcelles, à 3 millions de frs, l ‘unité

En 2002, quand, pour le compte du Parti Socialiste, l'actuel Président de la Communauté rurale venait recruter des militants, en vue des élections, il n'avait pas un sou en poche. Bien que natif du village de Yenne, il n'avait même pas où loger. Il squattait le Ndiambalang hôtel de Paté Ndione. A présent, non seulement, il roulerait en carrosse mais, possèderait même un appartement d'une valeur de 200 millions de francs à Nice, en France, bien après son domaine de Yenne qui n'ouvre pas à tout le monde. Depuis treize ans qu'il est là, Il n'a jamais rien fait pour le village. En revanche, avec des complices, il aurait vendu une bonne partie des terres. C'est pour cette raison que nous ne le tolérons plus.
Ce cri du c½ur d'un villageois de Yenne accuse et résume, à lui seul, tout le désarroi des jeunes du village. Ils ne sont pas du tout contents de leur PCR et, depuis quelques temps, mobilisent les énergies pour le faire partir. La tâche, sera-t-elle aussi simple que ça ? Personne n'y croit mais, tout le monde s'accorde à dire que c'est l'affaire de tous.Car, toujours selon nos interlocuteurs, c'est une véritable mafia organisée qui s'est établie sur le site, depuis l'Alternance. De Ndoukoura à Toubab Dialaw, en passant par tous les autres petits villages, elle tiendrait la communauté rurale et ses environs immédiats en otage. Mais, il serait remarqué qu'à la veille de chaque élection, pour se faire de l'argent et corrompre des populations passives, le Président de la Communauté rurale et des acolytes qui se trouvent sur le site, n'iraient pas chercher très loin pour appuyer davantage sur la pédale. Ils procèderaient à de nouveaux lotissements, chaque fois que de besoin, quitte à dessaisir les vrais propriétaires, de leurs terres. Comme ce serait actuellement le cas avec la famille «Coumba Ndoye» qui se serait vu déposséder de 25 hectares, mais qui aurait refusé de se mettre devant le fait accompli. Elle attendrait uniquement le délibéré que doit délivrer le sous-préfet, seule autorité compétente dans le domaine, pour le contester et continuer à ester en justice. Mais en attendant, il se dit que la cause est presque perdue, puisque les 25 hectares en question auraient été déjà bradés, à raison de 3 millions de frs, la parcelle de (20m x 15m).
Il existerait d'autres cas plus flagrants de vente illicite de terrains des populations, comme l'affaire de la société DDD qui voulait implanter un grand garage sur place, avec la proximité du nouvel aéroport de Diass qui a fini de survaloriser le site. Mais, pour que tout se déroule désormais dans la transparence et sans les prédateurs fonciers de l'équipe socialiste de la communauté rurale, les jeunes qui sont en train de s'organiser, préparent aussi la riposte, avant les locales de 2014. Affaire à suivre.
Cheikh Ba
REWMI QUOTIDIEN

Rewmi

Ses derniers articles: Remaniement ministériel du 1er Septembre : Comment Mimi Touré a court-circuité Eva Marie Coll  Aliou Cissé:  Nécrologie- Décès du journaliste Abdoulaye Sèye