mis à jour le

Semaines sociales de l'église catholique, 5e édition : « Le mariage pour tous est un sabotage de l'œuvre de Dieu »

Le pari de la tenue d'une 5e édition des semaines sociales de l'Eglise catholique du Burkina a été relevé par la commission épiscopale « Justice et paix ». Du 8 au 12 avril 2013 au Centre national cardinal Paul-Zoungrana à Ouagadougou, la commission a réunit près de 150 membres, venus de divers horizons pour réfléchir sur la doctrine sociale de l'Eglise. Mme Julie Nignan/Somda, ministre burkinabè des droits humains et de la promotion civique a coparrainé l'événement.

Des représentants des différents diocèses de la Conférence épiscopale Burkina-Niger et d'ailleurs, se sont réunis sous l'égide de la commission épiscopale « Justice et paix » du Burkina Faso que préside Mgr Thomas Kaboré, évêque de Kaya. Le thème de cette 5e édition était « L'éthique des droits de l'homme et du développement au Burkina Faso : bilan et perspectives à la lumière de la doctrine sociale de l'Eglise ».Les semaines sociales de l'Eglise catholique, a rappelé Mgr Thomas Kaboré, sont un cadre de formation et d'éducation civique laïques, mais aussi, un cadre de renforcement de la foi des fidèles catholiques. Pour le président de la commission "Justice et paix" de la Conférence épiscopale Burkina-Niger, il est essentiel que l'Eglise puisse effectuer périodiquement, un arrêt pour faire le bilan des questions de justice et de paix au Burkina Faso et proposer des perspectives. Commencées en 2005, ces rencontres sont devenues une institution et chaque édition est une occasion de rencontre, de réflexion et d'échange sur la pensée sociale de l'Eglise.

Six thèmes, en lien avec la doctrine sociale de l'Eglise, ont été développés au cours des entretiens, par d'éminents conférenciers, tels Mme Julie Nignan/Somda, qui a développé « La politique des droits de l'homme au Burkina Faso : place de l'éthique », l'abbé Jean-Baptiste Sanou a lui, décortiqué la « doctrine sociale de l'Eglise et droits de l'homme : convergences et divergences », le Pr Augustin Loada du CGD, a revisité « Les droits de l'homme : de 1948 à nos jours : bilan et perspectives » et Mme Marguerite A. Peeters, spécialiste mondial en genre, a développé « Politique nationale genre au Burkina : commentaire, sous l'éclairage de la doctrine sociale de l'Eglise »... Des recommandations issues du colloque, les participants ont retenu entre autres « la diffusion des convergences et des divergences entre le doctrine sociale de l'Eglise et les droits humains », « la tenue d'assises nationales du genre et des droits émergents, ainsi qu'une journée d'échanges entre les femmes chrétiennes et musulmanes sur les questions liées au genre » et « la relecture de la Prospective Burkina 2025 », en prenant en compte « les questions d'éthique dans les accords et conventions internationales ». Il a fallu cette conférence, pour que les gens se rendent compte que derrière les termes de « droits émergents », il y a en réalité, une menace permanente sur notre culture, notre foi et aussi, sur notre morale a estimé Mgr Thomas Kaboré, pour qui « il y a une idéologie dont la stratégie est de détruire et de déconstruire nos cultures ». Avec les autres religions, poursuit-il, « il faut dialoguer pour mieux vivre ensemble, se connaître, travailler ensemble, pour construire la société au lieu de la laisser se déconstruire. A la conférence du Caire, le Vatican et l'Arabie Saoudite étaient des alliés contre les nouvelles conceptions de la famille, parce que laisser détruire la famille, c'est laisser nous détruire nous-même ».

Mgr Munono, représentant le président du conseil pontifical « Justice et paix » de Rome, a exhorté l'Eglise-Famille au Burkina Faso à ne pas laisser « bafouer la famille africaine sur ses propres terres... » Il s'agit pour lui, de combler l'écart entre la lettre et l'esprit des droits humains en Afrique. « Le mariage pour tous » serait une aberration, un sabotage de l'½uvre de Dieu qui nous a créé homme et femme.

L'occasion de ce parrainage a été saisie par la ministre des droits humains et de la promotion civique, Julie Nignan/Somda pour saluer « la contribution énorme de l'Eglise catholique au Burkina à l'édification d'une société de droit ». Selon la ministre, elle « est reconnue pour son combat contre les injustices sociales et pour la promotion des droits humains et la dignité de la personne humaine ». L'Eglise a été la première institution à lutter contre les diverses formes de violences faites aux femmes comme les mariages forcés, l'excision, la non scolarisation des filles. Mme Nignan née Somda est convaincue « que les recommandations formulées vont aider à la mise en ½uvre de la politique générale des droits humains et de la promotion civique au Burkina Faso ».

Thomas Dakin POUYA [email protected]

Audé Pierre SOUGUE (Stagiaire)

Sidwaya

Le Faso

Ses derniers articles: Tirage au sort des barrages de la coupe du monde 2014 :  Paroisse de Bissighin : les élèves et étudiants  Coupe OAPI : ONEA en dames et SONABHY en hommes 

l'Eglise

AFP

L'Église craint que la RDC sombre dans "une situation incontrôlable"

L'Église craint que la RDC sombre dans "une situation incontrôlable"

AFP

Rwanda/génocide: l'Église demande pardon pour les chrétiens impliqués

Rwanda/génocide: l'Église demande pardon pour les chrétiens impliqués

AFP

RDC: l'Eglise catholique estime "impérieux" que Kabila ne brigue pas un troisième mandat

RDC: l'Eglise catholique estime "impérieux" que Kabila ne brigue pas un troisième mandat

édition

AFP

La "Journée du manuscrit"

La "Journée du manuscrit"

AFP

Le Huffington Post lance une édition en Algérie

Le Huffington Post lance une édition en Algérie

Christian Wilfrid Diankabakana(AEM), à Oyo, Congo

Congo : 27ème édition de la journée nationale de l'arbre

Congo : 27ème édition de la journée nationale de l'arbre

mariage

AFP

Tchad: une ministre s'alarme du taux de mariage précoce

Tchad: une ministre s'alarme du taux de mariage précoce

AFP

Afrique: le mariage des enfants, un fléau des sociétés traditionnelles

Afrique: le mariage des enfants, un fléau des sociétés traditionnelles

Moeurs

Au Maroc, une réservation sur Airbnb peut mener en prison

Au Maroc, une réservation sur Airbnb peut mener en prison