mis à jour le

Commune de Sabou : L'amicale des anciens étudiants burkinabè au Maroc vole au secours des élèves de Nariou

Le village de Nariou situé à 7 km de Sabou sur l'axe Ouaga-Bobo, a vécu le 20 avril 2013, un de ses grands jours. C'est en effet ce jour que l'Amicale des anciens étudiants burkinabè au Maroc (AMAM) a choisi pour gratifier en lampes solaires, des élèves de trois écoles primaires du village. En plus des élèves, c'est toute la population du village que l'évènement a mobilisée dans une ambiance marchande et festive.

Ils sont environ 180, les élèves de la classe de CM1 qui ont bénéficié de ces lampes solaires. Il s'agit des élèves des écoles Nariou Centre, Ronsin et Konkinaba qui ont ainsi été gratifiés de ces lampes acquises auprès de pétrolière Total Burkina. Elles sont chargeables au soleil par le seul fait de les déposer dans un endroit ensoleillé ; et bien chargées, elles ont une capacité d'autonomie de 8h.

Relativement à ces lampes solaires sources de lumière pour les élèves bénéficiaires, Armand Dioyabdi Diabri, président de l'AMAM, dira « les lampes que nous venons d'apporter nous ont coûté 1 500 000 FCFA. Je dirais que pour nous la valeur n'est pas très importante, mais c'est le geste en lui-même qui l'est ; parce que nous pensons que pour des élèves qui sont en classe de CM1 où la préparation du CEP et du concours d'entrée en 6è commencent, il faut leur offrir un cadre idéal de révision de leurs leçons une fois à la maison après les cours. Je crois que c'est ce qui est le plus important ».

Avec ces lampes, « finis les mensonges » sur fond d'absence de pétrole ou de lampe pour réviser les leçons, a laissé entendre la porte-parole des élèves bénéficiaires, après avoir remercié les donateurs. A ces derniers, la promesse a été faite de bien entretenir les lampes.

Le chef de la circonscription de l'éducation de base de Sabou N° 2 d'où relèvent les écoles bénéficiaires, Adama Emmanuël Traoré, dit voir en ces lampes une source de motivation des élèves dans les révisions de leurs leçons une fois revenus à la maison le soir après les cours. Il a saisi l'occasion pour promettre l'implication des enseignants dans la sensibilisation aussi bien des élèves que des parents par rapport à l'utilisation et à l'entretien de ces précieuses lampes.

Ce geste intervient dans le cadre d'un parrainage qui a commencé en 2008. Et ce parrainage lui-même fait suite à un projet de création à Nariou, d'un bosquet à l'effigie AMAM sur la base d'une relation de partenariat avec l'association des ressortissants du village vivant à Ouagadougou.

Présentation de l'amicale (AMAM)

L'Amicale des anciens étudiants au Maroc (AMAM) a été créée le 5 juillet 1998 par les étudiants et stagiaires burkinabè qui ont fait leur formation dans les grandes écoles, instituts et facultés marocains.

De retour au pays, indique Armand D. Diabri, président de l'amicale, « nous avons jugé nécessaire de nous retrouver dans un cadre pour promouvoir des rencontres d'échanges et voir dans quelle mesure nous pourrions participer à notre façon au développement économique de notre patrie ; c'est ainsi que l'amicale a été créée ».

Elle a commencé ses activités dès sa création en 1998 dans plusieurs domaines avant d'engager un projet de création de bosquet à Nariou.

Historique des relations avec le village de Nariou

En 2003, retrace M. Diabri, « nous avons envisagé des opérations de reboisement et nous étions en train de chercher un site. C'est ainsi que le Secrétaire général adjoint du bureau de l'amicale en son temps avait eu cette information selon laquelle l'association des ressortissants de Nariou à Ouagadougou était à la recherche d'un partenariat pour venir reboiser dans leur village. C'est dans ce cadre que nous avons tissé nos relations avec Nariou. Nous avons commencé à planter des arbres en 2003, en 2004, en 2005, en 2006. Mais au fil du temps, nous avons constaté que l'opération ne réussissait pas, peut-être parce que le sol ne s'y prêtait pas. Nous avons décidé de sursoir à ce projet de création d'un bosquet AMAM, le temps de mener des études pour voir quels types d'espèces pourraient réussir, ou au besoin changer de site. Alors, nous avons mis en place un comité projet qui travaille là-dessus. Pendant que le comité s'activait, nous avons voulu continuer nos relations avec Nariou. C'est ainsi qu'est né en 2008, ce projet de parrainage des élèves inscrits en classe de CP1 pour les accompagner jusqu'à ce qu'ils finissent leur cycle primaire en classe de CM2 ».

La suite des relations avec Nariou

Le parrainage doit finir l'année prochaine, en 2014 où ces élèves parrainés seront en classe de CM2. Mais à en croire Armand Diabri, les relations AMAM-Nariou ne vont pas s'arrêter à cette échéance. En effet, précise-t-il, « à partir de l'année prochaine, nous reviendrons, et ensemble avec les communautés villageoises et les élèves, nous allons voir quelle forme donner à la suite de ce parrainage. Faut-il continuer avec ces élèves parrainés depuis le CM1 jusqu'au collège, ou est-ce qu'il faut reprendre avec d'autres promotions du primaire ? Toujours est-il que le parrainage va continuer. Mais la forme sera déterminée avec les populations de Nariou ».

En tout cas, ces populations auront déjà été suffisamment interpelées par la 1ère adjointe au maire de la commune de Sabou dont Nariou constitue le secteur N° 4, Zinaba Nikiéma/Sanfo, à l'entretien de ces relations. « Maintenez la flamme allumée pour que l'amitié aille de l'avant », leur a-t-elle lancé.

Pour matérialiser leur gratitude, les populations de Nariou ont, à l'occasion, offert un certificat de reconnaissance à l'AMAM.

Pareil certificat a été décerné au directeur général du Projet production solaire (PPS) Emmanuël Kaboré. Ce dernier a, en effet, promis à l'association des femmes de Nariou des lampes connectées à une petite plaque solaire dont un exemplaire a été remis séance tenante à la 1ère adjointe au maire. Mieux, le bureau du directeur et une salle de classe de l'école Nariou Centre sont actuellement électrifiés grâce à M. Kaboré.

Fulbert Paré

Lefaso.net

anciens

AFP

Zimbabwe: les anciens combattants, fer de lance de la chute de Mugabe

Zimbabwe: les anciens combattants, fer de lance de la chute de Mugabe

AFP

Au Gabon, les anciens travailleurs malades d'Areva demandent toujours réparation

Au Gabon, les anciens travailleurs malades d'Areva demandent toujours réparation

AFP

Zimbabwe: les anciens combattants appellent

Zimbabwe: les anciens combattants appellent

étudiants

AFP

Pédagogique, ironique, mordant: les moment-clés du débat entre Macron et les étudiants au Burkina Faso

Pédagogique, ironique, mordant: les moment-clés du débat entre Macron et les étudiants au Burkina Faso

AFP

Ouganda: des étudiants manifestent contre la suppression de la limite d'âge du président

Ouganda: des étudiants manifestent contre la suppression de la limite d'âge du président

AFP

Togo: douze mois de prison avec sursis pour deux étudiants

Togo: douze mois de prison avec sursis pour deux étudiants

Maroc

AFP

Le géant chinois de la voiture électrique BYD va s'installer au Maroc

Le géant chinois de la voiture électrique BYD va s'installer au Maroc

AFP

Le géant chinois de la voiture électrique BYD va s'installer au Maroc

Le géant chinois de la voiture électrique BYD va s'installer au Maroc

AFP

Le Maroc parie sur un rapprochement progressif avec l'Afrique du Sud

Le Maroc parie sur un rapprochement progressif avec l'Afrique du Sud