mis à jour le

Karim Wade à la Crei : "Je plaide non coupable !"

Pour répondre aux accusations d'enrichissement illicite qui lui pendent au cou, Karim Wade n'y est pas allé molo. L'ex-ministre a confectionné, avec l'aide de ses avocats-conseil, un document de 42 pages avec des centaines d'annexes pour se décharger des nombreux griefs retenus contre lui et contenus dans son dossier de mise en demeure qui lui a été notifié le 15 mars dernier. Envoyé à toute la presse, le mémoire réponse du fils de l'ex-Président Wade est un vrai factum à décharge. Extrait du document...

PARC AUTOMOBILE. «A toutes fins utiles et pour prouver que le ministre d'Etat Karim Wade n'est pas le propriétaire des six véhicules (une Porsche, un Ford Ranger, une Bmw Série X5 et trois Gmc Denali), il est joint en annexe les Cartes grises de ces deux (2) biens qui attestent qu'ils sont la propriété de Maître Abdoulaye Wade. Cependant, il y a lieu et il est important de souligner que les copies de ces Cartes grises figuraient pourtant dans les dossiers et parmi les pièces qui avaient été produites puis mises à la disposition lors de la consultation des documents avant la mise en demeure. En ce qui concerne l'origine licite de l'élément «voitures» du patrimoine du ministre d'Etat Karim Wade, la Porsche et la Bmw Série X5 sont des cadeaux personnels de chefs d'Etat étrangers, offerts à titre strictement privés et ces chefs d'Etat sont disposés à faire des attestations si le Procureur spécial leur en fait la demande. Il s'agit de Sa Majesté, le Roi du Maroc, pour la Bmw Série X5 lequel demande à être directement contacté par l'Etat du Sénégal ou son Procureur spécial pour ce faire ; Son Altesse Royale, l'Emir du Koweït pour la Porsche lequel demande à être directement contacté par l'Etat du Sénégal ou son Procureur spécial pour ce faire. Le Ford Ranger et les trois Gmc Denali sont des voitures acquises par Me Abdoulaye Wade, ancien président de la République du Sénégal. Le Ford Ranger est un véhicule qui a été affecté comme véhicule pour le service de son domicile du Point E alors que les trois véhicules Denali ont été acquis par lui dans le cadre de la campagne électorale 2012. Ces véhicules ont été mis au nom de son fils. Il est produit en annexe du présent document une attestation de Me Abdoulaye Wade qui confirme les conditions d'acquisition de ces quatre voitures.»

BIENS IMMOBILIERS : «Dans la mise en demeure, deux villas situées au Point E sont visées et déclarées comme étant la propriété de Karim Wade et évaluées au prix de 313 millions 225 000 F Cfa pour la première et de 211 millions 100 000 F Cfa pour la seconde. Dans son évaluation en date du 27 Février 2013, l'expert immobilier désigné par la Crei retient pour la base de son évaluation la valeur construction de l'immeuble en état d'achèvement. D'après les pièces consultées sur place à la Crei durant les 48 heures précédant la mise en demeure, les villas concernées sont une extension de la résidence de Me Abdoulaye Wade. La mise en demeure a ainsi visée une villa que l'ancien président de la République a acquise en 1979. L'expert choisi dans le cadre de l'enquête a évalué la villa à la somme de 211 millions 100 000 F Cfa. Il est donc joint en annexe la copie du Titre Foncier 8474, ainsi que le Bordereau Analytique, qui prouvent que le propriétaire de la villa est bien Me Abdoulaye Wade. Il en est de même de la villa du Point E qui appartient aussi à l'ancien Président de la République tel que cela résulte de l'état des droits réels délivrés le 25 Mars 2013 par le conservateur de la propriété foncière et joint en annexe.

LES VILLAS DU POINT E. La mise en demeure vise également une villa en construction au Point E, et qui constitue une extension de la résidence de Maître Abdoulaye Wade, et qui l'a mise au nom de son fils Karim Wade dans le cadre d'un partage d'ascendant. Relativement à l'origine licite de l'acquisition et du financement des constructions de la villa du Point E, l'acquisition du terrain et les constructions ont été entièrement financés par Me Abdoulaye Wade, ancien Président de la République du Sénégal et mis au nom de son fils, Karim Wade, dans le cadre d'un partage d'ascendant des biens de la famille de Me Abdoulaye Wade et Viviane Wade. Toutefois, cette villa en construction est prévue pour être la future résidence de l'ancien président de la République et une attestation de l'ancien Président est annexée au dossier.»

SICAP RUE 10 ET APPARTEMENT DE PARIS.
«Dans la mise en demeure, un immeuble situé à la Sicap Rue 10 est déclaré comme étant la propriété de Karim Wade, lequel est évalué à la somme de 291 millions 250 000 F Cfa. Toutefois, Karim Wade confirme être bien le propriétaire de cet immeuble (...). Mais l'évaluation faite par l'expert commis dans le cadre de l'enquête est fantaisiste, parce qu'il n'a jamais cherché à accéder aux bâtiments, ni à demander des documents ou informations au propriétaire de l'immeuble pour disposer d'éléments nécessaires et indispensables à toute évaluation d'un immeuble. Il est inadmissible que l'on n'ait même pas cherché à établir une expertise contradictoire procéder, car le propriétaire n'a jamais été contacté, ni par la Section de recherches, encore moins par le Procureur spécial.

Cet immeuble, tout comme l'appartement sis à Paris sis à la rue de la Faisanderie, dans le 16e arrondissement, ont été acquises à partir de revenus licites. Il est curieux que Monsieur le Procureur spécial ait imputé à Karim Wade la propriété d'un terrain appartenant manifestement à l'Etat du Sénégal. Le dit terrain nu est situé en bordure de la Voie de dégagement nord (Vdn) d'une superficie de 3 000 m2. Le terrain nu a été attribué par l'Etat du Sénégal à la société Istar immobilier. Un autre terrain nu sis à l'Aéroport de Dakar donné en bail par l'Etat du Sénégal à la Société Istar Immobilier est attribué à tort à Karim Wade. Ce terrain de 5 000 m2 est situé au niveau du hangar pèlerins de l'aéroport de Dakar.

Dans la mise en demeure le Procureur spécial impute la propriété du TF N° 13612/Grd à Karim Wade. Les investigations au niveau de la propriété foncière de Grand-Dakar font établir indubitablement par l'état de droits réels que le TF N° 13612/Grd devenu le TF N° 15605/GR reste la propriété d'une société dénommée Dhalia. Or, Karim Wade ne connaît rien de cette société et n'a donc aucun lien ou intérêt économique, juridique ou financier avec cette personne morale.»

«EDEN ROCK». Un immeuble situé au centre-ville et désigné sous le nom de projet «Eden Roc», propriété de la société Hardstand Sa, est déclaré comme étant la prétendue propriété de Karim Wade. Alors que ce dernier n'a aucun intérêt économique ou financier avec la société Hardstand et plus généralement dans le projet Eden Roc. Il est évalué à 13 milliards de F Cfa.

Le ministre d'Etat Karim Wade n'est ni actionnaire direct ou indirect de la société Hardstand encore moins propriétaire d'un appartement ou d'un bien immobilier dans le projet «Eden Roc». Et pour preuves, l'Avis Légal et Juridique communiqué par le collectif des avocats ayant en charge la défense des intérêts de Messieurs Ibrahim et Karim Aboukhalil, seuls actionnaires de la société Hardstand SA et promoteurs du projet «Eden Roc», la lettre réponse du Directeur général de la société Hardstand ont été transmises par les Conseils Juridiques de la société Hardstand SA et du projet. Lesquels l'ont informé de ce que celles-ci avaient été produites par leurs clients à la Section de recherches de la Gendarmerie de Colobane lors de leurs différentes auditions. Il est curieux que ces documents n'aient pas été portés à la connaissance de Karim Wade lors de la consultation du dossier avant la mise en demeure.

DP WORLD SENEGAL. Me Tamaro Seydi, notaire à Dakar, a répondu à la sommation interpellative de l'huissier de justice Abdoulaye Bâ en révélant que son office notarial n'a jamais participé à la constitution d'une société dans laquelle le ministre d'Etat Karim Wade détiendrait une quelconque action ou serait un prête-nom ou porteur d'actions ou de parts sociales. Elle a précisé sur sommation interpellative que le ministre d'Etat Karim Wade n'a jamais été enregistré comme actionnaire dans les sociétés Dp World SA et Daport SA. L'analyse des pièces disponibles à la Crei et qui ont été consultés à la Crei dans les 48 heures précédant la mise en demeure, fait ressortir qu'à aucun moment, les dirigeants et responsables de la société Dp World SA n'ont été entendus par la Section de recherches de la gendarmerie de Dakar. La simple audition des dirigeants de la société Dp World SA aurait permis d'édifier sur la réalité de l'actionnariat de la société Dp World SA et de constater que Karim Wade n'est pas actionnaire direct ou indirect de cette société et qu'il n'a aucun intérêt économique et financier avec elle. Les dirigeants sociaux de Dp World SA saisis par les conseils de Karim Wade ont communiqué les éléments de preuves qui attestent que ce dernier n'est propriétaire d'aucune action dans la société.

Au-delà du communiqué du Président de la société Dp World Fze, en date du 28 mars 2013, largement repris par la presse nationale et internationale et dont une copie est jointe en annexe au présent document, il est produit en annexe copie de l'avis légal en date du 27 mars 2012 que les avocats conseils de la société Dp World Dakar, à savoir le cabinet François Sarr et Associés, a adressé aux conseils de Karim Wade, renseignant ainsi sur les actionnaires de la société. Il est aussi produit en annexe, les certificats d'actions des sociétés Dp World Sénégal SA. Les certificats d'actions des sociétés Dp World Sénégal Limited, les certificats d'actions des sociétés Dp World West Africa ainsi que le registre des actions Dp World Enaf. Il est aisé de constater que les actionnaires de Dp World Dakar sont parfaitement identifiés et qu'à aucun moment, le nom de Karim Wade ne figure comme actionnaire de Dp World Dakar ou de l'une de ses sociétés-mères.

Enfin, il est produit en annexe la lettre réponse du Directeur général de la société Dp World Dakar SA suite à la saisine directe que Karim Wade avait faite au lendemain des auditions à la Section de recherches de la gendarmerie de Colobane.

SOCIETES AHS : «Dans la mise en demeure, Monsieur le Procureur spécial impute les
sociétés AHS à savoir (Ahs Benin, Ahs Bissau, Ahs Ge, Ahs Ghana, Ahs Jordanie, Ahs Niger, Ahs Rca et Adge comme un élément du patrimoine du ministre d'Etat Karim Wade et vise «le poids financier disponible des Sociétés AHS» comme étant évalué à deux cent quarante neuf milliards neuf cent quarante millions deux cent soixante dix huit mille neuf cent cinquante six (249.948.278.956) F CFA. Dans les pièces, les documents disponibles sur place à la Crei et consultés durant les 48 heures qui ont précédé la mise en demeure, il n'y avait aucun élément sur les sociétés AHS à l'exception d'Ahs Sénégal. En d'autres termes, les sociétés Ahs Benin, Ahs Bissau, Ahs Ge, Ahs Ghana, Ahs Jordanie, Ahs Niger Et Ahs Rca ont été déclarées comme patrimoine du ministre d'Etat Karim Wade par Monsieur le Procureur spécial sans aucune base objective et sans le moindre document (statuts des sociétés, souscripteurs et actionnaires).

Par ailleurs, il est à noter l'inexistence d'un rapport d'évaluation des sociétés Ahs. Le ministre d'Etat Karim Wade n'est propriétaire d'aucune des Sociétés AHS à savoir : Ahs Benin, Ahs Bissau, Ahs Ge, Ahs Ghana, Ahs Jordanie, Ahs Niger, Ahs Rca, Ahs Senegal et Adge Il n'est non plus actionnaire direct ou indirect d'aucune des sociétés AHS, et il n'a aucun intérêt économique ou financier avec ces sociétés et/ou ses actionnaires. D'ailleurs, les actionnaires des sociétés AHS sont parfaitement identifiés et nulle part ne figure le nom du ministre d'Etat Karim Wade comme actionnaire d'une de ces sociétés. Le ministre d'Etat produit également en annexe la lettre réponse du Directeur général de AHS Sénégal SA suite à la saisine directe que le ministre d'Etat Karim Wade avait faite lorsqu'au lendemain des auditions à la Section de Recherches de la Gendarmerie de Colobane, la presse qui avait accès aux Procès-verbaux de la Section de Recherches de la Gendarmerie a affirmé qu'il est propriétaire de AHS Sénégal SA, ainsi que l'interview de Monsieur Bibo Ibrahim Aboukhalil dans le journal «Le Quotidien».

Enfin, le ministre d'Etat produit en annexe l'avis juridique des avocats-conseil des sociétés AHS ainsi que copie de l'ensemble des documents qui ont d'ailleurs été transmis directement au Procureur spécial par ces derniers. Le ministre d'Etat Karim Wade a été très surpris d'apprendre que l'ensemble de ces documents et pièces qui établissent qu'il n'est en rien propriétaire ou actionnaire d'une quelconque de ces sociétés Ahs, avaient été déjà remis par les dirigeants des sociétés concernées lors de leurs différentes auditions par la Section de Recherches de la Gendarmerie de Colobane, alors qu'il n'a vu trace d'aucune pièce dans le dossier, à fortiori sur la liste des pièces mises à sa disposition par le Procureur spécial à la Crei durant les 48 heures précédant la mise en demeure d'où il y a manifestement eu dissimulation de pièces. En tout état de cause, ces pièces permettent l'identification des actionnaires AHS et permettent de conclure à suffisance que le ministre d'Etat n'est actionnaire d'aucune des sociétés AHS qui sont au nombre de neuf (9) et dont deux (2) seraient en cessation d'activités (AHS Niger et AHS Bissau) pour cause de faillite.

DAPORT SA : «Dans la mise en demeure, Monsieur le Procureur spécial impute la
société Daport SA comme un élément du patrimoine du ministre d'Etat Karim Wade et vise «le poids financier disponible de Daport SA» comme étant évalué à deux milliards cinq cent millions (2.500.000.000 FCFA)». Les documents disponibles à la Crei et consultés sur place durant les 48 heures qui ont précédé la mise en demeure ne contiennent aucun élément établissant que les dirigeants de la société Daport SA ont été entendus par la Section de Recherches de la Gendarmerie, alors que leur simple audition aurait permis d'édifier sur la réalité de l'actionnariat de ladite société, et de constater que le ministre d'Etat Karim Wade n'est pas actionnaire direct ou indirect de cette société et qu'il n'a aucun intérêt économique et financier avec elle. Suite à la mise en demeure de Monsieur le Procureur spécial, les avocats-conseil du Ministre d'Etat Karim Wade saisis par lettre les dirigeants de la société Daport SA qui ne sont autres que les responsables de la société allemande Fraport AG, ont par retour de courrier en date du 11 avril 2013 dont copie est jointe au présent document, informé avoir écrit ce jour à Monsieur le Procureur spécial près la Cour de Répression de l'Enrichissement Illicite et ce, pour attester que le Ministre d'Etat Karim Wade n'est pas actionnaire de la société Daport SA et n'a aucune relation économique et financière avec celle-ci. Le Directeur général informe aussi avoir communiqué toutes les preuves irréfragables attestant de l'absence de toute forme de relation entre les actionnaires de Daport, d'Afriport, de Fraport, de Contrac et de GAS avec le ministre d'Etat, sur l'ensemble des actifs. Dès lors, au regard des éléments de preuve transmis directement par les responsables de Fraport AG et les éléments joints en annexe, il est d'évidence que la société Daport SA n'a aucun lien avec le patrimoine du Ministre d'Etat Karim Wade.

CD MEDIA GROUP SA. «Dans la mise en demeure, Monsieur le Procureur spécial impute la société Cd Media Group SA comme un élément du patrimoine du Ministre d'Etat Karim Wade et vise «le poids financier disponible de Cd Media Group SA «comme étant évalué à six cent quatre vingt quatorze millions neuf cent trente neuf mille huit cent un (694 939 801 Fcfa)». Le ministre d'Etat Karim Wade n'est pas le propriétaire de la société CD Media Group SA. Il n'est pas actionnaire direct ou indirect de la société Cd Media Group SA. Il n'a aucun intérêt économique ou financier avec cette société et/ou ses actionnaires. Les documents remis par les dirigeants de la société Cd Media Group SA démontrent que cette société est contrôlée par la société Atlanqtique Holding (70)% et Monsieur Cheikh Oumar Lamine Diallo (30%). A titre de preuves, il est produit en annexe des documents notariés à savoir : que nous ont fait parvenir les responsables de la société Cd Media Group, à savoir la situation Cd Media Group» SA, les statuts de Cd Media Group, la déclaration de souscription et de versement relative au capital initial de 10 000 000 de F.CFA, la liste des souscripteurs des dix mille (10 000) actions de numéraire des dix mille (10.000 F.CFA) formant le capital social de Cd Media Group, ainsi que le MO - Déclaration de constitution de personne morale de la société Cd Media Group. Il n'a jamais participé à un Conseil d'administration, ni à une Assemblée générale de ces sociétés, ni reçu de dividendes et aucun document pouvant attester de l'existence d'un intérêt quelconque du ministre d'Etat sur cette société ne se trouve dans le dossier d'enquête mis à sa disposition dans les 48 heures précédant la mise en demeure. Dès lors, les affirmations ou déclarations selon lesquelles Monsieur Patrick Ady Joseph William serait le prête-nom du ministre d'Etat Karim Wade pour des actions d'une valeur de dix millions (10.000.000) de FCFA sont purement mensongères et résultent d'un complot d'Etat grossier et ridicule. Nous relevons au passage que Monsieur Patrick Ady Joseph William n'a produit aucun document écrit qui atteste ces allégations.

Source : Document

Rewmi

Ses derniers articles: Remaniement ministériel du 1er Septembre : Comment Mimi Touré a court-circuité Eva Marie Coll  Aliou Cissé:  Nécrologie- Décès du journaliste Abdoulaye Sèye 

Wade

AFP

Sénégal: l'ex-président Wade candidat aux législatives

Sénégal: l'ex-président Wade candidat aux législatives

AFP

Gracié et libéré, Karim Wade quitte le Sénégal, plongé dans la controverse

Gracié et libéré, Karim Wade quitte le Sénégal, plongé dans la controverse

AFP

Sénégal: la Cour suprême confirme la condamnation de Karim Wade

Sénégal: la Cour suprême confirme la condamnation de Karim Wade