mis à jour le

Chance à la présidentielle : La progression par paire

Dramane Dembélé (photo Maliweb.net)

Cette année, les militants de l'Adema croient beaucoup en leur chance de gagner. Non pas par qu'ils ont inventé une nouvelle machine électorale marchant à la fraude et à la corruption, non pas parce qu'ils sont sûrs de n'enregistrer aucune défection à la faveur de l'élection présidentielle ou parce qu'ils ont opté pour un «jeune» candidat pour tenter la conquête de Koulouba. Mais la « Ruche » est en train de faire l'expérience de la numérologie, à moins que ce ne soit une nouvelle science dont le nom est gardé jalousement au secret.

En attendant de le connaitre, voici le mode d'emploi. En 1960, date de l'indépendance nationale, le premier président de la République du Mali s'appelait Modibo Kéita. Son prénom commence par la lettre M. Huit ans plus tard, il a été renversé et remplacé par Moussa Traoré dont le prénom commence également par M.
Après près de 23 ans de règne impitoyable, le général est renversé par Amadou Toumani Touré. A l'issue d'une transition relativement courte, Alpha Oumar Konaré est élu après les premières élections du processus démocratique dans lequel s'est engagé le Mali. Ayant accompli ses deux mandats, il est remplacé par Amadou Toumani Touré revenu au pouvoir par la voie des urnes. Alpha et Amadou sont deux prénoms qui commencent par la même lettre A.
Le 22 mars 2012, ATT est renversé par une junte soucieuse de venir aux affaires. Elle en a été empêchée par la communauté internationale et les forces vives de la nation. Conformément à la Constitution, Dioncounda Traoré, alors président de l'Assemblée nationale, est investi président de la République. Son prénom commence par la lettre D. Cela a suffi aux sages de la Commission de bons offices, qui, au passage ont peut-être consulté tous les numérologues, voyants, somas et féticheurs du pays et des pays voisins, pour désigner Dramane Dembélé comme porte-étendard de l'Adema. Sauf que le «jeune» candidat de l'Adema n'a pas que le prénom qui commence par D, mais aussi le nom. Les DD sont-ils éligibles ? Dans tous les cas, les «sages» de l'Adema auraient été mieux inspirés s'ils avaient songé à désigner un candidat dont le prénom commence par A. Parce que, en effet, Alpha Oumar Konaré est le seul président qui n'a pas connu de véritables pépins. Modibo Kéita, Moussa Traoré et Amadou Toumani Touré ont été victimes de coup d'Etat. Les deux premiers ont longtemps croupi en prison, le troisième s'est honteusement enfui. Quant à Dioncounda Traoré, un certain 21 mai 2012, il failli passer de vie à trépas suite à un coup d'Etat populaire. Lui aussi s'est exilé mais, dit-on, pour des raisons médicales et porte toujours les séquelles de son agression.
La bêtise et la naïveté sont-elles l'apanage de l'Adema ? Pas sûr. En effet, depuis le début du processus démocratique, les candidats à la présidentielle ont tendance à rajouter le prénom de leur père. Ça porte chance, parait-il, même si Tiéoulé Mamadou Konaté est décédé quelques temps après avoir tenté cette expérience, tout comme Demba Mamadou Diallo. Cela porterait-il chance à Dramane Dembélé dont on vient d'apprendre que le père s'appelle Salif ?
Cheick Tandina

Mali Web

Ses derniers articles: Atelier de concertation du HCR sur le retour des réfugiés et déplacés du Mali : Les acteurs en conclave pour la facilitation du processus  ORTM / Journal TV 20h du 15 Septembre 2013  L’étrangleur de Bagadadji étranglé 

présidentielle

AFP

Présidentielle en Gambie: le pouvoir de Yahya Jammeh face aux urnes

Présidentielle en Gambie: le pouvoir de Yahya Jammeh face aux urnes

AFP

Gabon: état de crise latente trois mois après la présidentielle

Gabon: état de crise latente trois mois après la présidentielle

AFP

Haïti: deux partis revendiquent la victoire

Haïti: deux partis revendiquent la victoire

progression

AFP

L'Etat islamique freiné dans sa progression en Libye

L'Etat islamique freiné dans sa progression en Libye

AFP

Ebola: net ralentissement de sa progression en Afrique de l'Ouest

Ebola: net ralentissement de sa progression en Afrique de l'Ouest

Benoit DOSSEH

Classement mondial FIBA (Hommes) : Angola 1er africain, l’Egypte plus grosse progression continentale

Classement mondial FIBA (Hommes) : Angola 1er africain, l’Egypte plus grosse progression continentale