mis à jour le

Face à la presse : Soufi Bilal Diallo se prononce sur les questions brûlantes du pays

Le samedi 20 avril dernier, le guide spirituel de la Communauté Soufi du Mali, Cheick Soufi Bilal Diallo, a rencontré la presse pour discuter des questions intéressant la vie de la nation.

Soufi Bilal

Cette rencontre avec les journalistes portait sur plusieurs points qui sont, entre autres,  la tenue des élections au mois de juillet prochain, l'absence des militaires maliens à Kidal et la Commission dialogue et réconciliation mise en place par le président de la République.
Le  guide spirituel des soufis du Mali, Cheick Soufi Bilal Diallo, nous fera savoir qu'en ce qui concerne la tenue des élections, tout se résume à une question de volonté. Il estime que ces élections sont une nécessité pour un pays démocratique comme le notre.
A la question de savoir s'il croit à la tenue des élections avec la situation de Kidal, le guide dira qu'il reste optimiste et pense que les élections peuvent se tenir avec l'engagement et la volonté de tous les fils de ce pays.  Toujours sur le volet élections, il soutient que le nouveau président doit être intègre, rassembleur, sociable pour plus de développement, l'épanouissement de notre pays.  «Mais il est important de savoir que les leaders religieux du Mali n'ont rien décidé en ce qui concerne le soutien de qui que ce soit pour les élections à venir. Mais si par malheur, ils ne parviennent pas à accorder leur violon autour d'un candidat, je me désolidariserai d'eux et je soutiendrai le candidat de mon choix, avec tous mes disciples», a-t-il laissé entendre.
Par ailleurs, en ce qui concerne la mise en place de la Commission dialogue et renonciation, le guide dira qu'il pense que le temps n'est plus au déchirement pour quoi que ce soit. «C'est le bureau mis en place par le président. Il a des hommes valables auprès de lui, mais mon étonnement a été de voir qu'il n'y a pas de leader religieux alors que dans tous les pays du monde, ce genre de commission est surtout composée d'hommes religieux», a-t-il soutenu.
Au cours de la rencontre, la question de religion a été évoquée et le guide dira qu'aujourd'hui, les leaders religieux du Mali ne sont pas soudés. Toute chose qui n'est pas bonne pour un pays qui souhaite une réconciliation entre tous ses fils. Il a cependant profité de cette occasion pour lancer un appel à tous les leaders religieux du Mali à se donner la main pour la bonne marche de cette réconciliation.
Pour conclure, Bilal Diallo dira que pour une bonne organisation des élections,  il faut une mobilisation générale. «C'est pourquoi, j'ai donné consigne à tous mes disciples et sympathisants d'aller se faire inscrire sur la liste électorale. Je ne me limiterai pas seulement à eux, mais je demande à tous ceux qui se disent Maliens de l'intérieur comme de l'extérieur, d'aller se faire enregistrer afin d'accomplir leur devoir de citoyen et permettre a notre pays de sortir de cette crise», a-t-il martelé. Il a par ailleurs ajouté que la liberté de presse doit être respectée souhaitant que les journalistes se comportent  de manière professionnelle. La rencontre a pris fin par une prière pour le pays.
Seydou Oumar N'DIAYE  

presse

AFP

Maroc: des vidéos au coeur du procès du patron de presse jugé pour violences sexuelles

Maroc: des vidéos au coeur du procès du patron de presse jugé pour violences sexuelles

AFP

Brazzaville: ouverture du procès Mokoko, la presse tenue

Brazzaville: ouverture du procès Mokoko, la presse tenue

AFP

Génocide au Rwanda: une association presse Emmanuel Macron de reconnaître la responsabilité de la France

Génocide au Rwanda: une association presse Emmanuel Macron de reconnaître la responsabilité de la France

soufi

AFP

Egypte: l'EI a menacé la mosquée avant le massacre, selon un cheikh soufi

Egypte: l'EI a menacé la mosquée avant le massacre, selon un cheikh soufi

Actualités

Cheick Soufi Moaze : « Les armes ne peuvent pas arrêter les armes… »

Cheick Soufi Moaze : « Les armes ne peuvent pas arrêter les armes… »

Actualités

Cheick Soufi Moaze : « Les armes ne peuvent pas arrêter les armes… »

Cheick Soufi Moaze : « Les armes ne peuvent pas arrêter les armes… »

pays

AFP

Les Libanais de Côte d'Ivoire votent avec l'espoir d'un changement pour leur pays

Les Libanais de Côte d'Ivoire votent avec l'espoir d'un changement pour leur pays

AFP

L'ex-présidente du Malawi rentre dans son pays acclamée par ses troupes

L'ex-présidente du Malawi rentre dans son pays acclamée par ses troupes

AFP

L'ex-présidente du Malawi de retour dans son pays après quatre ans d'exil (AFP)

L'ex-présidente du Malawi de retour dans son pays après quatre ans d'exil (AFP)