mis à jour le

Nigeria : "dizaines de morts" dans des affrontements entre armée et islamistes

LAGOS (AFP) - (AFP)

Des "dizaines" de personnes ont été tuées dans des affrontements entre l'armée nigériane et des islamistes qui ont éclaté après un raid des militaires dans un village du nord-est du Nigeria, a déclaré lundi une source gouvernementale à l'AFP.

Les violences survenues vendredi à Baga -village de pêcheurs situé sur le Lac Tchad dans l'Etat de Borno où le groupe islamiste nigérian Boko Haram est basé- ont fait "des dizaines de morts", selon cette source s'exprimant sous couvert de l'anonymat.

Ces violences, qui ont poussé de nombreux habitants à fuir la localité, ont éclaté quand des soldats ont encerclé une mosquée où des islamistes armés se seraient réfugiés, selon des habitants.

Dans le village, d'importants dégâts ont été constatés, plusieurs maisons et un marché y ont été détruits par le feu, selon un représentant des autorités qui a inspecté les lieux dimanche avec le gouverneur régional Kashim Shettima.

Ce responsable, qui a requis l'anonymat, a expliqué que selon des témoignages d'habitants, il y avait eu des morts parmi les insurgés, parmi les soldats mais aussi parmi les civils.

Le porte-parole militaire de l'Etat de Borno (nord-est), Sagir Musa a déclaré à l'AFP que certaines informations de presse faisant état d'environ 180 décès étaient "extrêmement exagérées".

"Il pourrait y avoir eu des victimes mais il est insensé de dire que 185 personnes ont été tuées", a commenté le porte-parole militaire."Sur mon honneur d'officier, je peux dire que rien de tel ne s'est produit", a affirmé le porte-parole militaire, se refusant à donner davantage de précisions.

Les forces de sécurité nigérianes minimisent généralement le nombre des victimes dans les affrontement entre l'armée et le groupe islamiste radical Boko Haram.Depuis 2009, les attaques de Boko Haram dans le centre et le nord du Nigeria, et leur répression par l'armée, ont fait au moins 3.000 morts.

Le ressentiment est fort envers les soldats nigérians dans certaines communautés et des habitants ont parfois tendance à exagérer le nombre de personnes tuées tout en accusant des militaires de tuer sans discernement des civils au cours de leurs opérations.

Baga est situé à 150 kilomètres (93 miles) de la ville de Maiduguri, fief de l'insurrection de Boko Haram.

Boko Haram affirme combattre pour la création d'un Etat islamiste dans le nord du Nigeria, à majorité musulmane, mais ses revendications ont fréquemment varié.

Le Nigeria, pays le plus peuplé d'Afrique, avec 160 millions d'habitants, et premier producteur de pétrole du continent, est divisé entre le Nord, à majorité musulmane, et le Sud, principalement chrétien.

Africa n°1

Ses derniers articles: Les coups de coeur du 24/06/13  Mali : l'UE débloque 90 millions pour "consolider" l'Etat  Afrique du Sud : un syndicat veut doubler les salaires dans les mines 

Nigéria

AFP

Lutte contre Boko Haram: les Etats-Unis demandent au Nigeria plus de "transparence"

Lutte contre Boko Haram: les Etats-Unis demandent au Nigeria plus de "transparence"

AFP

Nigeria : au moins 12 morts dans un quadruple attentat-suicide

Nigeria : au moins 12 morts dans un quadruple attentat-suicide

AFP

Violences au Cameroun: l'ONU prête

Violences au Cameroun: l'ONU prête

affrontements

AFP

RDC: affrontements entre armée et rebelles ougandais

RDC: affrontements entre armée et rebelles ougandais

AFP

Nigeria: au moins 20 morts dans des affrontements communautaires

Nigeria: au moins 20 morts dans des affrontements communautaires

AFP

Centrafrique: affrontements meurtriers dans le Sud-Est

Centrafrique: affrontements meurtriers dans le Sud-Est

armée

AFP

Nigeria: quatre morts lors d'un affrontement entre armée et police

Nigeria: quatre morts lors d'un affrontement entre armée et police

AFP

Angola: nouveaux combats entre armée et séparatistes de Cabinda

Angola: nouveaux combats entre armée et séparatistes de Cabinda

AFP

Libye: le gouvernement dénonce la formation d'une armée "parallèle"

Libye: le gouvernement dénonce la formation d'une armée "parallèle"