mis à jour le

Un report et des interrogations

Le concours pour la chefferie de service dans les CHU, prévu en mai prochain pour les professeurs hospitalo-universitaires, risque d'être reporté. La conférence des doyens a déjà émis le v½u de reporter cette évaluation à une date ultérieure afin «de permettre à l'administration de recenser tous les postes vacants au niveau national», a-t-on appris. Le Syndicat national des professeurs chercheurs hospitalo-universitaires a, de son côté, refusé de donner un quitus à ce report. Lors de la réunion du conseil national, tenu hier à Alger, où la question était à l'ordre du jour, le syndicat s'est contenté d'écouter les avis des uns et des autres sans pour autant adopter une décision définitive. Le président du syndicat, le professeur Djidjli, déplore le mutisme du ministère de l'Enseignement supérieur depuis leur dernière rencontre, il y a dix jours. «Le dossier a été discuté et des propositions ont été retenues mais depuis rien n'a été fait. La rencontre d'hier est justement organisé pour écouter les uns et les autres et faire de sorte à arriver à un terrain d'entente sans léser les uns ni les autres», nous a-t-il confié, sans écarter l'idée du report de quelques mois, mais avant 2014. Un report que les 300 candidats réfutent sachant que le concours en question n'a pas eu lieu depuis 2005 et que cela pourrait durer encore plusieurs mois. Une décision qui vient par contre conforter les maîtres de conférence A et chefs de service par intérim depuis plusieurs années, qui ont saisi les deux ministres de tutelle, Abdelaziz Ziari (Santé) et Rachid Harraoubia (Enseignement supérieur) pour réclamer une dérogation afin de pouvoir le passer et être confirmés dans des postes qu'ils occupent depuis des années. Ces médecins-chefs se trouvent en effet exclus de ce concours pour ne pas avoir bouclé deux années d'ancienneté au poste de maître de conférences A. Un poste qu'ils ont décroché par concours en juin 2011. «Nous avons un sentiment d'injustice depuis notre soutenance par ces retards de concours qui ne sont pas de notre faute et, aujourd'hui, cet arrêté interministériel nous exclut pour un retard de quelques mois», ont-ils relevé dans leur lettre de doléances. La non-ouverture de postes pour certains services à ce concours est fortement dénoncée par les hospitalo-universitaires : «Ce sont des postes gardés pour leurs amis et proches.» «C'est ce qui explique toute cette agitation.» D'autres voix s'élèvent pour dire qu'«il n y a aucune raison pour décider de ce report. Il y a un an que la date de ce concours a été décidée».

El Watan

Ses derniers articles: Programme AADL 2 : les résultats communiqués  Tizi Ouzou : Les retraités de l‘ANP s’organisent  Sellal : Les visites de terrain n'ont rien 

report

AFP

Présidentielle contestée au Liberia: report de l'audience de la Cour suprême

Présidentielle contestée au Liberia: report de l'audience de la Cour suprême

AFP

Kenya: face aux tensions, report de l'élection dans les fiefs de l'opposition

Kenya: face aux tensions, report de l'élection dans les fiefs de l'opposition

AFP

Kenya: pas de crise constitutionnelle en cas de report des élections (procureur général)

Kenya: pas de crise constitutionnelle en cas de report des élections (procureur général)