mis à jour le

Le ministère des Affaires étrangères dément

Le ministère des Affaires étrangères (MAE) dément l'information selon laquelle trois chefs du groupe islamiste Ançar Eddine se seraient réfugiés en Algérie. Quatre jours après la publication de cette information par l'agence d'information mauritanienne ANI, reprise par la presse nationale, le porte-parole du MAE, Amar Belani, réagit dans une déclaration faite hier à l'APS : «Certains titres de la presse nationale ont fait état d'informations selon lesquelles des chefs du mouvement Ançar Eddine auraient ou ont l'intention de trouver refuge en Algérie ; je tiens à démentir de la manière la plus forte ces allégations qui n'ont aucun fondement.» Le porte-parole du MAE rappelle, dans ce sens, la position algérienne par rapport au conflit malien : «Je souligne que, fidèle à ses principes en matière de politique étrangère et constante dans son approche légaliste, l'Algérie continuera à apporter toute sa contribution pour ½uvrer en faveur de l'instauration de la paix et de la sécurité dans la région, en particulier au Mali, en se conformant scrupuleusement à la légalité internationale.» Pour rappel, l'agence mauritanienne en ligne Nouakchott Informations (ANI) a été la première à donner l'information en reprenant les déclarations du porte-parole d'Ançar Eddine, Senda Ould Boumana, qui avait déclaré à l'agence qu'«il se trouvait près de la frontière entre le Mali et l'Algérie et allait se rendre à l'armée algérienne».

El Watan

Ses derniers articles: Programme AADL 2 : les résultats communiqués  Tizi Ouzou : Les retraités de l‘ANP s’organisent  Sellal : Les visites de terrain n'ont rien 

Affaires

AFP

Afrique du Sud: l'inventaire des affaires Zuma

Afrique du Sud: l'inventaire des affaires Zuma

AFP

Nigeria: l'ex-ministre du Pétrole embourbée dans des affaires de corruption

Nigeria: l'ex-ministre du Pétrole embourbée dans des affaires de corruption

AFP

"Biens mal acquis": la défense dénonce une "ingérence dans les affaires d'un Etat souverain"

"Biens mal acquis": la défense dénonce une "ingérence dans les affaires d'un Etat souverain"