mis à jour le

Faut-il augmenter le prix du pain ?

Le prix réel d'une baguette de pain de 250 g revient à 15 DA, selon les boulangers. Le prix pratiqué actuellement est de 10 DA et non 7,50 ou 8,50 DA comme le stipule le décret de 1996. Une réforme du système des subventions s'impose. Fixé depuis 17 ans par décret, le prix du pain est sujet, ces derniers mois, à polémique. Faut-il maintenir le tarif actuel au risque de voir une tranche d'artisans mécontents ou faut-il plutôt procéder à une révision du tarif reflétant le vrai coût de la baguette quitte à provoquer un coup de tonnerre ? Un vrai enjeu politique et social ! Les boulangers estiment que ce sont eux qui payent une politique «trop socialiste» du prix du pain. «Le tarif pratiqué actuellement, fixé par le gouvernement à 7,50 DA, ne couvre pas tous les frais de la fabrication de la baguette», explique plusieurs boulangers interrogés pour les besoins de cet article. Pour produire du pain, il faut de la farine, de la levure, de l'huile, du sucre, de l'électricité ou du gaz, des travailleurs, un local... Or, dans la démarche de la tutelle fixant le prix à 7,50 DA, il est supposé que le pain n'est fabriqué qu'avec de la farine..., explique Mohamed, jeune boulanger à la rue Hassiba Ben Bouali, à Alger, qui estime que ce décret «est très injuste envers les artisans de ce métier qui sont d'ailleurs nombreux à le fuir pour manque de rentabilité. Seuls les plus convaincus sont restés, ceux surtout ayant hérité leur affaire depuis des générations», nous révèle-t-il. La baguette coûterait 15 DA Avec un simple calcul, il est évident que plusieurs artisans tiennent «le coup» grâce à une activité complémentaire à la production du pain. La fabrication des gâteaux, viennoiserie et autres pains améliorés s'avère donc indispensable pour le maintien d'une marge bénéficiaire décente pour maintenir l'activité. «Ceux qui se sont contentés de faire que du pain ont soit fermé boutique, soit changé d'activité», affirme notre interlocuteur. Le prix réel d'une baguette de pain de 250 g revient à 15 DA, selon le gérant d'une autre boulangerie. «Si l'on inclut tous les frais des intrants, ajoutés aux coûts de la main-d'½uvre, la baguette revient à 15 DA. Même avec le prix subventionné de la farine», insiste un employé de la boulangerie Bouran, située à la place 1er Mai. Ces artisans expriment toutes les difficultés à maintenir une activité. «Nous produisons pour 3 quintaux de farine de pain. Nous nous contentons de ce segment, mais je vous assure que ce n'est pas du tout évident de se maintenir», se plaint ce travailleur. Pour absorber ce «préjudice», les boulangers recourent à la fabrication du pain amélioré fabriqué à base de farine subventionnée à laquelle sont ajoutés des améliorants dont le coût est réellement obsolète, pour accroître un tant soit peu la marge bénéficiaire. 30% de la farine subventionnée sont détournés Une grande partie des boulangers ont trouvé une autre façon de contourner la réglementation afin de se maintenir. Continuer à vendre la baguette de pain à 7,50 DA et écouler parallèlement des gâteaux et autres viennoiseries fabriqués avec de la farine subventionnée à des tarifs libres ne répondant qu'aux règles du gain et de la concurrence.  Dans la capitale, un gâteau fabriqué essentiellement avec de la farine peut aller de 10 DA à 50 DA, pour un poids ne dépassant pas les 70 g. Pour les représentants des boulangers issus du comité national affilié à l'Union générale des commerçants et artisans algériens (UGCAA), «le détournement de la farine est une réalité. Le gouvernement qui subventionne la matière première en amont n'a pas les moyens de contrôler la destination de cette farine. Nous avons préconisé dans le cadre des rencontres que nous avons eues avec le ministère du Commerce la révision des mécanismes de subvention, en incluant tous les ingrédients entrant dans la confection de la baguette de pain». «Ainsi, si les prix de la levure, de l'huile et du sucre destinés à la boulangerie étaient plafonnés, il n'y aurait aucune contrainte à vendre la baguette à 7,50 DA», soutient-on au niveau de ce comité.  Le syndicat des boulangers estime aussi que pour stopper le phénomène du détournement de la farine subventionnée, il faudrait que les autorités réfléchissent à un moyen qui permette d'appliquer cette subvention au prix de la vente du pain au lieu de le faire pour la matière première. Comme tous les produits soutenus, la farine reste un moyen de gain facile. Des quantités énormes sont transférées chaque année vers les pays voisins. Le ministre de tutelle a d'ailleurs installé une commission pour la réforme du système des subventions. «50% des quantités de farine subventionnée par l'Etat ne sont pas utilisés dans la fabrication du pain», a déclaré le ministre du Commerce le 11 avril. Les quantités de farine restantes sont destinées au secteur industriel à raison de 25% et à la fabrication de gâteaux, pâtisseries et autres usages. Selon M. Tifour, responsable de la communication au ministère du Commerce, une commission mixte regroupant les représentants des boulangers et autres parties concernées a été installée au début du mois de mars pour dégager une formule adéquate afin de consacrer exclusivement le soutien de l'Etat au pain.

El Watan

Ses derniers articles: Programme AADL 2 : les résultats communiqués  Tizi Ouzou : Les retraités de l‘ANP s’organisent  Sellal : Les visites de terrain n'ont rien 

prix

AFP

Unesco: un prix pour le maire de Lampedusa pour son aide aux migrants

Unesco: un prix pour le maire de Lampedusa pour son aide aux migrants

AFP

Togo: la hausse des prix

Togo: la hausse des prix

AFP

Grand prix du jury pour l'unique film africain de la Berlinale

Grand prix du jury pour l'unique film africain de la Berlinale

pain

Révolte

Des émeutes du pain secouent l'Egypte d'Al-Sissi

Des émeutes du pain secouent l'Egypte d'Al-Sissi

Une tradition s'il vous plaît

L'Afrique est le nouvel eldorado pour les boulangers français

L'Afrique est le nouvel eldorado pour les boulangers français

AFP

Centrafrique: du pain et des élections

Centrafrique: du pain et des élections