mis à jour le

La France a-t-elle accompli sa mission au Mali ?

Troupes françaises venues en renfort pour l’opération Serval (AFP)

François Hollande a déclaré vendredi dernier que la France retirerait ses troupes au Mali « en fonction de la situation du pays », restant évasif sur les échéances, le temps que les troupes africaines de la Mission internationale de soutien au Mali prennent le relais.

 

Atlantico : François Hollande a déclaré ce vendredi, que le retrait des troupes françaises au Mali se fera en fonction de la situation du pays, où le terrorisme ne doit pas revenir. Trois mois après le début de l'intervention au Mali (11 janvier dernier), peut-on considérer que la France a accompli sa mission ? (sur le plan de la lutte contre le terrorisme, sur le plan de la reconstruction du pays…)

 

Jean-Bernard Pinatel : Quel était la mission de la France ? Il n'y a jamais eu autre mission de la France que celle très évolutive que le chef de l'État s'est donnée à lui-même et à nos forces armées. En effet, il n'y a jamais eu aucune mission donnée explicitement à la France au Mali par la communauté internationale. La résolution de l'ONU 2085 autorise le déploiement pour un an d'une mission internationale de soutien au Mali sous conduite africaine (Misma). La seule référence implicite à la France est qu'il est admis que l'Union européenne participe à ce processus. Plus anecdotiques mais inadaptées à la situation étaient les conditions à remplir par la Misma « avant le lancement de l'offensive dans le nord du pays »A partir du moment où on se définit soi-même et de façon évolutive sa mission comment ne pourrait-elle pas être remplie ?

 

Rappelons les faits. La résolution 2085, prise  le 20 décembre 2012, alors que depuis six mois la situation semblait figée au Nord Mali s'est trouvée complètement dépassée par la réalité du terrain. En effet, le 10 janvier, après des combats qui ont duré près de 24 heures et qui ont fait de nombreuses victimes dans les rangs de l'armée malienne, les rebelles se sont emparés de la localité de Kona située à 60km au Nord de la ville de Mopti, 3e ville du pays, qui, avec 120 000 habitants, est quatre fois plus peuplée que Gao, la capitale du Nord Mali. Par sa présence à Kona, la rébellion menaçait ainsi directement Mopti et son aéroport international et indirectement Bamako qui ne se trouvait plus qu'à 600km de route et où vivent plus de 5000 français. Cette action des rebelles a marqué un tournant dans la crise malienne. Pour la première fois la rébellion engageait une action de conquête au sud de l'Azawad, le territoire revendiqué par le MNLA et Ansar Dine.

 

Le 11 janvier lors de ses v½ux au corps diplomatique le chef de l'État déclarait. « Nous sommes face à une agression caractérisée. La France répondra à la demande des autorités maliennes. Elle sera prête à arrêter l'offensive des terroristes si elle venait à se poursuivre Elle le fera strictement dans le cadre des résolutions du Conseil de sécurité. »

 

Quinze jours plus tard, Gao le 24 et Tombouctou le 27 sont libérés sans que dans aucune déclaration le chef de l'État n'ait souligné ce passage d'une mission défensive à cette mission offensive. Bien plus, le 2 février à Tombouctou le chef de l'État déclarait : « le combat n'est pas terminé, nous serons aux cotés des Maliens plus au nord. »

 

Le 21 mars au dîner du CRIF le président de la République déclarait que la souveraineté serait rétablie sur « la quasi-totalité » du territoire malien dans « quelques jours ». « Notre intervention a permis d’obtenir en deux mois des résultats importants : l’offensive des groupes terroristes a été arrêtée (et) les villes reconquises », a-t-il souligné.
En savoir plus sur http://www.atlantico.fr

Mali Web

Ses derniers articles: Atelier de concertation du HCR sur le retour des réfugiés et déplacés du Mali : Les acteurs en conclave pour la facilitation du processus  ORTM / Journal TV 20h du 15 Septembre 2013  L’étrangleur de Bagadadji étranglé 

France

AFP

Journaliste tué au Burkina: François Compaoré laissé libre en France avant l'examen de son extradition

Journaliste tué au Burkina: François Compaoré laissé libre en France avant l'examen de son extradition

AFP

Journaliste tué au Burkina : le frère de Compaoré arrêté en France

Journaliste tué au Burkina : le frère de Compaoré arrêté en France

AFP

Mohamed, l'ancien pirate somalien qui veut "reconstruire sa vie" en France

Mohamed, l'ancien pirate somalien qui veut "reconstruire sa vie" en France

mission

AFP

L'ONU renforce de 900 militaires sa mission de paix en Centrafrique

L'ONU renforce de 900 militaires sa mission de paix en Centrafrique

AFP

Tchad: l'Ofpra a mené sa première mission d'identification de réfugiés

Tchad: l'Ofpra a mené sa première mission d'identification de réfugiés

AFP

RDC: Guterres met en garde contre de nouvelles coupes dans la mission de l'ONU

RDC: Guterres met en garde contre de nouvelles coupes dans la mission de l'ONU

Mali

AFP

Des jihadistes revendiquent une attaque ayant tué deux soldats au Mali

Des jihadistes revendiquent une attaque ayant tué deux soldats au Mali

AFP

L'état d'urgence au Mali prorogé d'un an

L'état d'urgence au Mali prorogé d'un an

AFP

Mondial-2018: Côte d'Ivoire privée de plusieurs cadres forfait contre le Mali

Mondial-2018: Côte d'Ivoire privée de plusieurs cadres forfait contre le Mali