mis à jour le

Les travailleurs de l'ENAD de Sour El Ghouzlane (Bouira) en grève

Plus de 300 travailleurs de la filiale Sidet de l'entreprise nationale de production de détergents et autres produits d'entretien (ENAD), dont le siège social est implanté à la commune de Sour El Ghozlane, au sud de Bouira, sont entrés dans un mouvement de grève pour exiger le versement de leurs salaires des deux mois précédant. Ils ont observé ce dimanche, un rassemblement de protestation devant l'administration du complexe. L'usine est paralysée. Toutes les machines sont misent à l'arrêt, ont confirmé nos sources sur place. Les protestataires dénoncent la lenteur de l'administration à propos du versement de leurs salaires. Outre cette revendication appuyée par la section syndicale de l'ENAD,  les grévistes ont tenu également à dénoncer l'attitude des responsables de l'usine vis-à vis des travailleurs contractuels et autres employés recrutés dans le cadre des différents dispositifs de l'emploi. « Des dizaines d'employés ont été licenciés  sous prétexte de fin contrat et que le complexe est en difficulté financière », regrette un ouvrier.  

El Watan

Ses derniers articles: Programme AADL 2 : les résultats communiqués  Tizi Ouzou : Les retraités de l‘ANP s’organisent  Sellal : Les visites de terrain n'ont rien 

travailleurs

AFP

Le Maroc pressé d'améliorer le sort de ses travailleurs domestiques

Le Maroc pressé d'améliorer le sort de ses travailleurs domestiques

AFP

Ethiopie: rapatriement massif de travailleurs illégaux en Arabie Saoudite

Ethiopie: rapatriement massif de travailleurs illégaux en Arabie Saoudite

inégalités

La couleur pourpre du raisin sud-africain

La couleur pourpre du raisin sud-africain

grève

AFP

Soudan: la vie au ralenti

Soudan: la vie au ralenti

AFP

Soudan: les médecins en grève pour de meilleures conditions de travail

Soudan: les médecins en grève pour de meilleures conditions de travail

AFP

Mauritanie: grève des journaux privés pour alerter sur leurs difficultés

Mauritanie: grève des journaux privés pour alerter sur leurs difficultés