mis à jour le

Quatre détenus en grève de la faim à la prison de Blida

Quatre détenus poursuivis par le tribunal criminel près la cour de Blida, dans le cadre de l'affaire El Khalifa Bank, dont l'audience a été renvoyée le 2 avril dernier à une session ultérieure sans en fixer la date, ont entamé jeudi dernier une grève de la faim, apprend-on auprès de leurs avocats. Par ce mouvement, ils espèrent une programmation rapide de leur procès. Depuis jeudi dernier, quatre détenus poursuivis dans le cadre de l'affaire El Khalifa Bank sont en grève de la faim. Il s'agit de Djamel Guellimi, ancien dirigeant de Khalifa TV, Issir Idir, Omar Mir, et Belaïd Kechad, respectivement responsables de la caisse principale d'El Khalifa Bank, de l'agence de Staouéli et de Hussein Dey. Les quatre avaient été condamnés, lors du premier procès en 2007, à des peines allant de 10 à 15 ans de réclusion criminelle. Ils étaient en liberté avant de faire l'objet de la procédure de prise de corps, pour être jugés. Plus de cinq années plus tard, la Cour suprême casse la décision du tribunal criminel et renvoie le dossier devant la même juridiction, avec une composition différente, au mois de janvier 2012. Le procès attendra 14 mois pour être programmé, le 2 avril dernier, puis renvoyé à une session ultérieure sans en fixer la date. Les accusés espéraient que l'affaire soit enrôlée durant la session du mois de mai, mais ce ne fut pas le cas, puisque la liste des dossiers devant être examinés par le tribunal criminel à compter du 15 mai prochain, elle ne figure pas. «Les accusés étaient en liberté provisoire. Ils se sont retrouvés en prison, en vertu de la procédure de la prise de corps, que nous avons copiée du droit français, alors que ce dernier l'a abandonnée il y a plus de 20 ans. En annulant le jugement du tribunal criminel, les accusés se retrouvent automatiquement en liberté provisoire, en attendant qu'ils soient rejugés une seconde fois. Or, cela n'a pas été le cas...», a déclaré maître Miloud Brahimi, qui s'offusque contre les lenteurs judiciaires qui caractérisent cette affaire : «Je n'ai jamais vu un dossier rester plus de cinq ans à la Cour suprême pour être examiné, puis quatorze mois à la cour de Blida, pour être programmé. Cela fait plus de six ans que les accusés sont en détention juste parce qu'ils ont fait l'objet d'une prise de corps. Ils espéraient que leur jugement soit fixé durant la session du mois de mai, mais cela n'a pas été le cas et rien n'indique qu'il ne sera pas remis aux calendes grecques.»  En tout état de cause, les quatre détenus au niveau de l'établissement pénitentiaire de Blida campent sur leurs positions de maintenir leur mouvement de grève de la faim jusqu'à ce que les autorités judiciaires répondent favorablement à leur requête. «Les accusés étaient en contact avec les responsables de la cour de Blida, dans l'espoir d'obtenir la programmation de leur procès durant la session du mois de mai. Mais les promesses n'ont pas été respectées. Ce qui a poussé les détenus à entamer une grève de la faim...», révèle Me Miloud Brahimi. Il est important de rappeler que le tribunal criminel près la cour de Blida avait, le 2 avril dernier, décidé du report du procès en cassation, en raison de l'absence de quatre accusés, trois sont décédés mais aucun document n'a été présenté pour justifier leur situation, alors que le quatrième n'a reçu aucune convocation pour l'audience. Le tribunal a estimé nécessaire de vérifier le décès des accusés, mais aussi la convocation de nombreux accusés et témoins absents, sans pour autant fixer la session durant laquelle le procès aura lieu.

El Watan

Ses derniers articles: Programme AADL 2 : les résultats communiqués  Tizi Ouzou : Les retraités de l‘ANP s’organisent  Sellal : Les visites de terrain n'ont rien 

détenus

AFP

Crise anglophone au Cameroun: des avocats exigent la libération des détenus

Crise anglophone au Cameroun: des avocats exigent la libération des détenus

AFP

Maroc: des détenus du mouvement de contestation graciés par le roi Mohammed VI

Maroc: des détenus du mouvement de contestation graciés par le roi Mohammed VI

AFP

Maroc: appel d'ONG et d'intellectuels

Maroc: appel d'ONG et d'intellectuels

grève

AFP

Nigeria: des syndicats font planer la menace d'une grève générale

Nigeria: des syndicats font planer la menace d'une grève générale

AFP

Maroc: nouvelle journée de grève générale

Maroc: nouvelle journée de grève générale

AFP

Les avions d'Air Algérie cloués au sol par une grève

Les avions d'Air Algérie cloués au sol par une grève

faim

AFP

FAO: développer le secteur rural contre la faim et la pauvreté

FAO: développer le secteur rural contre la faim et la pauvreté

AFP

La faim progresse de nouveau dans le monde, selon l'ONU

La faim progresse de nouveau dans le monde, selon l'ONU

Crise humanitaire

Au Soudan du Sud, la famine pousse les gens à manger des feuilles d'arbres

Au Soudan du Sud, la famine pousse les gens à manger des feuilles d'arbres