mis à jour le

Abdoul Aziz Diop, Conseiller spécial du président de la République : « Il n’y aura pas de septennat pour Macky Sall »

Abdoul Aziz Diop, conseiller spécial du président de la République était l'invité de l'émission politique de la radio Rewmi FM de ce samedi 20 avril. Interrogé par Pape Amadou Fall (Directeur de publication de La Gazette) et Birahim Touré (Rédacteur en chef de Zik FM), il est essentiellement revenu sur la communication gouvernementale, l'arrestation de Karim Wade, la réduction du mandat du chef de l'Etat et l'avenir de la coalition au pouvoir.

En expert de la communication politique, il a d'abord évoqué les problèmes de communication qui sont notés au sein du gouvernement, avec les nombreux cafouillages et tâtonnements sur la procédure dite de la traque des biens mal acquis.

Selon lui, « le communication, contrairement à une idée reçue, n'est pas faite pour séduire, n'est pas faite pour tromper, n'est pas faite pour faire passer ce qui n'aurait jamais dû passer dans l'opinion. Bien communiquer, c'est traiter le récepteur en adulte. Il se trouve, heureusement, que les sénégalais et les sénégalaises sont des adultes et l'ont prouvé à l'occasion des grandes joutes électorales, particulièrement lors de la dernière élection présidentielle et des législatives ». Il faut donc, poursuit-il, respecter le public sénégalais, « assez bien aguerri politiquement, assez politisé pour comprendre les véritables enjeux. A partir de cet instant, séduire est une fausse route, essayer de tromper est une fausse route, faire passer quelque chose qui ne tient pas la route est une fausse route ; la vraie route c'est le langage de la vérité ».

Réfutant l'existence d'une cacophonie dans la communication gouvernementale, le politologue précise que le « procédé est très simple » et qu'à « partir du moment où le chef de l'Etat a un porte-parole en la personne d'Abdou Abel Thiam, que le gouvernement a un porte-parole en la personne d'Abdou Latif Coulibaly et qu'à la présidence il y a un conseiller en communication, responsable du pôle communication de la présidence de la République, il suffit tout simplement que les différentes entités accordent leurs pensées pour dire la même chose en direction du public dans le seul souci de conforter la vérité sur les questions qui traversent notre société ». Pour que nul n'en ignore, il estime que « lorsque le porte-parole du gouvernement prend la parole, il prend la parole au nom de tous les membres du gouvernement et que tous les ministres sont engagés dès lors que le porte-parole du gouvernement prend la parole et s'adresse aux sénégalaises et aux sénégalais». D'où la nécessité d'une « harmonisation à tous les niveaux ».

Interrogé sur la traque des biens mal acquiss avec l'arrestation de Karim Wade, il dira tout simplement qu'il n'a « aucune idée » sur la manière dont le droit sera dit. De toute façon, pour lui, le « droit va être dit dans cette affaire en faveur ou en défaveur » de l'accusé.

Sur la réduction du mandat de Macky Sall, il affirme, sûr de lui, que « l'option prise par le chef de l'Etat d'un mandat de cinq ans renouvelable une seule fois est irréversible ». Avant de poursuivre, « il n'y aura pas de septennat pour Macky Sall ». Cet engagement constitue aux yeux de l'ancien porte-parole du M23 « une option courageuse, démocratique », seul gage d'une « démocratie apaisée ».

Enfin, parlant de l'avenir de Benno Bokk Yakaar (BBY), il est d'avis que « la perspective, c'est le maintien de la coalition dans le seul souci de répondre aux attentes des sénégalaises et des sénégalais ». Il est d'autant plus conforté dans sa position que les ténors de BBY y compris celui qu'on considère comme « l'élément qui empêche de tourner en rond » (Idrissa Seck) ont tous réaffirmé leur ancrage dans la coalition.

REWMI.COM/AW

Rewmi

Ses derniers articles: Remaniement ministériel du 1er Septembre : Comment Mimi Touré a court-circuité Eva Marie Coll  Aliou Cissé:  Nécrologie- Décès du journaliste Abdoulaye Sèye 

président

AFP

Le président tanzanien prie les réfugiés burundais de rentrer chez eux

Le président tanzanien prie les réfugiés burundais de rentrer chez eux

AFP

Soudan du Sud: des juges grévistes limogés par le président Kiir

Soudan du Sud: des juges grévistes limogés par le président Kiir

AFP

Rencontre entre le dalaï lama et le président du Botswana en août

Rencontre entre le dalaï lama et le président du Botswana en août

république

AFP

République tchèque: le Togolais Francis Koné a fait taire les supporteurs racistes

République tchèque: le Togolais Francis Koné a fait taire les supporteurs racistes

AFP

Burkina: début des travaux pour une nouvelle Constitution et une Ve République

Burkina: début des travaux pour une nouvelle Constitution et une Ve République

AFP

République démocratique du Congo: l'ex-rébellion M23 demande un nouveau programme de démobilisation

République démocratique du Congo: l'ex-rébellion M23 demande un nouveau programme de démobilisation