mis à jour le

EDITORIAL Et si dame Justice ne suit pas ?

Il ne saurait y avoir deux poids deux mesures, pour qui que ce soit. Si la justice ne sanctionne pas sévèrement les coupables, si l'Etat ne débusque pas les fonctionnaires et auxiliaires de justice véreux qui gangrènent notre société, en renforçant l'arsenal juridique de prévention et de répression, il est presque vain de se répandre en jérémiades sur la situation incontestable d'un pays complètement cabossé par une oligarchie prétentieuse et ostentatoire, heureusement déboussolée par une nouvelle alternance.


Les conditions structurelles qui génèrent les crimes économiques, le blanchiment de capitaux, et la délinquance financière sont susceptibles de perdurer. Donc, à la justice de sanctionner sévèrement les coupables. La couche sociale prédatrice n'a jamais manifesté la moindre volonté de rendre compte. Bien au contraire, tous les rapports des organismes publics de contrôle avaient été mis sous le coude. Les platitudes développées et entendues, ces derniers temps, de la part des incriminés, sont des ratiocinations politiciennes mais, les sénégalais se sont érigés en sentinelles, depuis Mars 2012, pour exiger le recouvrement et le rapatriement des deniers publics placés dans les paradis fiscaux ou ailleurs. Le gouvernement est dans son droit de décliner, avec clarté et rigueur, sa volonté de mener jusqu'au bout les audits, afin de récupérer l'argent des contribuables. Les journalistes qui écrivent l'histoire au quotidien ne doivent pas oublier les péripéties sur le troisième mandat présidentiel : malgré les arguments béton présentés par la quasi-unanimité de constitutionnalistes, il était exigé de leurs auteurs qu'ils s'en remettent à la justice et se soumettent à ses décisions. Aujourd'hui, les criminels économiques doivent s'appliquer eux-mêmes le conseil. Force restera à la loi mais, si jamais elle faiblit, pour une cause ou pour une autre, elle rencontrera des millions de mécontents sur la route de 2017. Les promesses sont souvent dures à respecter mais, elles le doivent. A tout prix. Sinon, c'est le reniement abject, indigne de toute autorité.
Cheikh Ba

REWMI QUOTIDIEN

Rewmi

Ses derniers articles: Remaniement ministériel du 1er Septembre : Comment Mimi Touré a court-circuité Eva Marie Coll  Aliou Cissé:  Nécrologie- Décès du journaliste Abdoulaye Sèye 

justice

AFP

RD Congo: des policiers isolent le palais de justice de Lubumbashi

RD Congo: des policiers isolent le palais de justice de Lubumbashi

AFP

Algérie: 55.000 personnes poursuivies en justice pour terrorisme

Algérie: 55.000 personnes poursuivies en justice pour terrorisme

AFP

Maroc: la justice européenne valide l'accord de libre-échange avec l'UE

Maroc: la justice européenne valide l'accord de libre-échange avec l'UE