mis à jour le

M. Amrani qualifie de "ligne rouge" la création d'un mécanisme international de contrôle des droits humains dans les provinces du sud

Le ministre délégué aux Affaires étrangères et à la coopération, Youssef Amrani, a qualifié, vendredi, de "ligne rouge" la création de tout mécanisme international de contrôle des droits humains dans les provinces du sud du Royaume, quelle qu'en soit la nature, la forme ou la mission, écartant toute possibilité de négociation à ce propos.

en lire plus

MAP

Ses derniers articles: SM le Roi Mohammed VI au Mali: Une visite  La diversité de l'échiquier politique et le choix démocratique font du Maroc une exception dans la région arabe (Zhor Chakkafi)  SM le Roi Mohammed VI au Mali: Une visite 

création

AFP

Migration: création en Tunisie d'une instance contre les trafics d'êtres humains

Migration: création en Tunisie d'une instance contre les trafics d'êtres humains

AFP

Radicalisation: Hollande pour la création d'un réseau francophone

Radicalisation: Hollande pour la création d'un réseau francophone

AFP

Côte d'Ivoire: Le président Ouattara annonce la création d'un poste de vice-président

Côte d'Ivoire: Le président Ouattara annonce la création d'un poste de vice-président

contrôle

AFP

Contrôle maritime de Tripoli: Rome se félicite

Contrôle maritime de Tripoli: Rome se félicite

AFP

Mali: la localité de Ménaka sous contrôle des ex-rebelles

Mali: la localité de Ménaka sous contrôle des ex-rebelles

AFP

RDC: l'armée reprend le contrôle d'une localité stratégique dans l'Est, 7 morts

RDC: l'armée reprend le contrôle d'une localité stratégique dans l'Est, 7 morts

droits

AFP

Burundi: un activiste des droits de l'Homme placé en détention

Burundi: un activiste des droits de l'Homme placé en détention

AFP

Soudan: les Etats-Unis "inquiets" de la situation des droits de l'Homme

Soudan: les Etats-Unis "inquiets" de la situation des droits de l'Homme

AFP

RDC: l'ONU préoccupée par des "violations graves" des droits des enfants

RDC: l'ONU préoccupée par des "violations graves" des droits des enfants