mis à jour le

Ere Macky ou la Fin de l'idolâtrie politique (Par Waly ndiaye)

Au Sénégal on n'adhère pas à un programme, on n'adhère pas à une idéologie, on fait allégeance à un homme, on attend tout de lui, on n'a aucun mérite qui ne soit reconnu et décerné par son mentor. Parbleu ! Cet état d'esprit s'est aggravé ces dernières années sous le règne de Abdoulaye Wade qui nommait et dégommait Ministres, Députés, Sénateurs, Magistrats, Resonsables politiques du Parti libéral. Le chef de parti était rapidement devenu l'idole nationale à la coréenne et l'allégeance définissait les relations fonctionnelles au sein de l'Etat. Cette déviance a été élevée en dogme sous le refrain : Wade est la seule constante dans le parti et dans l'Etat.

Ainsi beaucoup de militants libéraux ont eu à mettre leur destin en hypothèque chez leur gourou, maître Wade.Ainsi toute la symbolique de l'idolâtrie était mise en scène au détriment des valeurs républicaines : le roi, le prince et le gouverneur du Palais, principal architecte et garant des Manèges du Roi. Les premiers succès de ce dernier dans ses intrigues et ses entreprises de brain washing au prés des sujets du Roi ont fini par le convaincre qu'il ne pouvait pas se réaliser en dehors des grâces du Roi quelque soient les incompatibilités d'humeur avec le prince ou les frictions avec le Roi.

A contrario, le mérite de Macky Sall réside dans son courage d'avoir osé défier le Roi, entamé l'ordre établi et le mythe tissé autour du Roi. Il s'y ajoute sa trajectoire peu ordinaire vers la magistrature suprême et qui consacre preuve à l'appui, la fin de l'idolâtrie politique. Les remous récents au sein de certaines Formations Politiques dont les chefs étaient considérés comme des Mandarins en sont une autre preuve et une forte alerte.

Malheureusement, ils ne sont pas nombreux les militants libéraux, conscients de cette nécessité de rupture après que la terre a cédé sous leur pied. Ils continuent à attendre leur messi, le retour de leur idole. C'est pourquoi ceux qui rêvent de voir les ouailles de Wade se constituer en un véritable parti d'opposition, n'ont rien à perdre à attendre. Sinon comment comprendre que la coque de leur navire soit brisée en mer trouble du fait de l'entêtement de leur capitaine qui ne s'est jamais soucié de leur avis ni des données de la météorologie politique, après le sauve qui peut, ils soient là encore à attendre le retour hypothétique d'un capitaine traumatisé et usé. Comme de gros bébés qui refusent de se faire sevrer, Ils semblent incapables de prendre leur destin en main et de s'assumer. La constante perdue à jamais, certains désemparés puisque mis devant leur responsabilité, soliloquent et pensent pouvoir trouver refuge derrière le Prince naguère adulé mais inexpérimenté. Leur pathologie est tellement sévère qu'ils prennent leur posture de dépendance intellectuelle et fonctionnelle comme toute naturelle et commune à tous les êtres au point qu'ils veulent dénier à Macky Sall la capacité de pouvoir faire son propre bout de chemin.

Cet état de mentalité d'assistés ou de protégés, leur empêche de reconnaître à Macky Sall tout mérite, même celui de les avoir sonné KO debout. Ils se plaisent souvent à dire que ce dernier est un produit de leur mentor et que Macky a été fabriqué par et doit tout à Abdoulaye Wade. Ne comprennent -ils pas que le destin d'un homme, de surcroît celui d'un Président de la République transcende la volonté humaine. Ne comprennent ils pas que si Abdoulaye Wade à un moment de son règne a nommé un tel et un tel à tel poste, cela n'a jamais été fortuit et relevait surtout d'une stratégie de consolidation de son pouvoir pour y rester le plus longtemps possible? comprennent ils qu'au moment où il nommait Macky comme premier Ministre, il n'y avait plus personne autour de lui pour occuper le poste ? Comprennent ils que C'est Macky qui a été le premier et le seul à transformer quelques uns de ses nombreux rêves ou fantasmes en réalité avec l'irruption de terre des ponts Cyrnos et Malick Sy, anciens projets du Parti Socialiste? Comprennent ils que le passage de Macky à l' Assemblée était une poussée préméditée dans l'antre des loups et non une quelconque faveur ou récompense et c'est pour cela que le Mandat a été ramené aussitôt à un an et les complots ont commencé ?

Non soyons sérieux chers compatriotes, Macky Sall fut l'un des rares hommes valeureux et compétents, polyvalents dans l'entourage de Abdoulaye Wade à qui il pouvait faire confiance pour le poste de Premier Ministre. Donc s'il ya redevabilité, c'est bien Maître Wade qui est redevable à Macky et non le contraire : toutes les réalisations de Maître Wade, l'ont été chronologiquement sous le Magister de Macky Sall. De grâce Messieurs si vous n'avez pas la capacité d'être autonomes, libres et responsables, permettez en toute objectivité aux autres de vous en administrer la preuve par neuf. Macky vient de sacrifier l'idolâtrie politique que vous avez voulu instituer comme mode de gouvernance, à l'autel de la liberté de pensée et d'Action

En conclusion Monsieur le Président n'écoutez pas les sirènes de ces sinistrés politiques mais la voix du peuple, celle du Sénégal des profondeurs surtout! vous auriez commis un parjure si une seule seconde, il vous effleurait le moindre doute sur la source de votre accession à la magistrature Suprême dans un contexte que tout le monde sait : celle-ci découle d'abord de la volonté divine d'abord et du peuple Sénégalais ensuite dans sa majorité.

Vous devez à personne votre statut de quatrième Président de la République du Sénégal si ce n'est qu'à Dieu, l'omnipotent, l'omniprésent, le miséricordieux qui a dicté au peuple Sénégalais la conduite à tenir lors de ces élections les plus incertaines de l'histoire politique de notre pays. Aussi rendons lui grâce tous les jours et ne transigeons pas devant ce que nous croyons être sa Vérité ou considérons comme l'intérêt du peuple Sénégalais.

Que le tout puissant continue de veiller sur notre cher Sénégal comme il l'a toujours fait. Aman !

Waly ndiaye bennoo bokk yaakhaar
[email protected]

Rewmi

Ses derniers articles: Remaniement ministériel du 1er Septembre : Comment Mimi Touré a court-circuité Eva Marie Coll  Aliou Cissé:  Nécrologie- Décès du journaliste Abdoulaye Sèye 

politique

AFP

Afrique du Sud: asile politique pour un pasteur congolais recherché par la RDC

Afrique du Sud: asile politique pour un pasteur congolais recherché par la RDC

AFP

Afrique du Sud: l'incertitude politique menace l'économie du pays

Afrique du Sud: l'incertitude politique menace l'économie du pays

AFP

Crise politique en RDC: appel

Crise politique en RDC: appel