mis à jour le

La Tunisie ordonne un contrôle et une baisse controversés des prix

TUNIS (AFP) - (AFP)

Le gouvernement tunisien a annoncé jeudi une baisse drastique des prix de produits de consommation courante pour juguler l'inflation face aux tensions sociales, une décision qui selon des économistes risque de nourrir l'économie souterraine voire de créer des pénuries.

Le ministère tunisien du Commerce, cité par l'agence officielle TAP, a indiqué que neuf catégories de produits sont concernés : les pommes-de-terre (-43%), les oeufs (-10%), les viandes rouges (-6 à -9%), les huiles végétales (-15%), les eaux minérales (-25%), les conserves de thon (-10%), les dérivés du lait (entre -5 et -13%), les produits d'entretien et d'hygiène (-7%).

Ce contrôle des prix s'ajoute à la liste des produits déjà subventionnés depuis des décennies (lait, pain, produits à base de semoule, carburant etc.).

"Le ministère se chargera de prendre toutes les mesures nécessaires permettant l'application de ces prix, et ce, via le contrôle économique des circuits de distribution et le recours à l'importation pour réguler l'approvisionnement", indique la TAP sans plus de précisions.

Ces annonces interviennent dans un contexte social tendu, le coût de la vie, le chômage et la misère étant à l'origine de nombreuses grèves et de conflits sociaux après avoir déjà été au coeur de la révolution de janvier 2011.

L'inflation, tirée par la hausse des prix alimentaires, a atteint 6,5% en mars 2013 par rapport au même mois de l'année précédente, selon l'Institut national des statistiques, et la Banque centrale a évoqué "un record" depuis 50 ans.

L'instauration de ce contrôle des prix est cependant décriée par des économistes, qui mettent en garde contre bien des effets pervers, ces mesures risquant de pénaliser producteurs et investisseurs tout en nourrissant l'économie souterraine.

"Cela n'a jamais marché ailleurs et cela ne marchera pas en Tunisie", souligne Ezzedine Saïdane, un expert indépendant contacté par l'AFP, relevant que "le producteur de viande dont on réduit le prix du produit a toujours des consommations intermédiaires dont les prix ne sont eux pas contrôlés".

"Certains produits iront sur les circuits de distribution parallèle auxquels les familles aux revenus le plus faibles n'auront pas accès (...) et les producteurs pourraient baisser leur production, créant des situations de pénurie", poursuit-il.

Outre ces critiques, une étude de l'Institut national des statistiques avec la Banque africaine de développement publiée mi-mars relevait le manque d'efficacité des contrôles des prix de vente existant en Tunisie depuis des décennies, les plus pauvres n'en étant pas les premiers bénéficiaires.

"Le caractère universel des subventions alimentaires nuit à l'efficience de cet outil en tant que mécanisme de lutte contre la pauvreté (...) seulement 9,2% des subventions vont aux ménages les plus pauvres, 60,5% aux ménages des classes moyennes, 7,5% à la population riche et 22,8% sont transférés hors ménages", relève ce document.

Par ailleurs, le coût de ce contrôle des prix, qui passe par la compensation des producteurs, a explosé depuis la révolution, passant de 1,15 milliard de dinars en 2011 (575 millions d'euros) à 4,2 milliards de dinars (2,1 milliards d'euros) dans le budget 2013 de l'Etat.

L'élargissement du contrôle des prix "est une mesure de campagne électorale.Si l'économie tunisienne va mal c'est qu'elle est bloquée par le piège politique", relève Ezzedine Saïdane, alors que l'actuel gouvernement, une coalition d'islamistes et de laïcs, est de plus en plus critiqué.

Près de deux ans après la révolution, aucun compromis n'est en vue sur la future Constitution, les dates des prochaines élections sont sans cesse repoussées et les vagues successives de violences dans le pays ont paralysé les investissements et le secteur clé du tourisme.

Africa n°1

Ses derniers articles: Les coups de coeur du 24/06/13  Mali : l'UE débloque 90 millions pour "consolider" l'Etat  Afrique du Sud : un syndicat veut doubler les salaires dans les mines 

Tunisie

AFP

Soutien affiché des Premiers ministres du Benelux

Soutien affiché des Premiers ministres du Benelux

AFP

Panser les plaies de la dictature, le défi de la Tunisie

Panser les plaies de la dictature, le défi de la Tunisie

AFP

La Tunisie

La Tunisie

contrôle

AFP

JO-2016: l'Egyptien Abdelrahman, vice-champion du monde du javelot contrôlé positif

JO-2016: l'Egyptien Abdelrahman, vice-champion du monde du javelot contrôlé positif

AFP

Libye: le gouvernement d'union prend le contrôle du siège des Affaires étrangères

Libye: le gouvernement d'union prend le contrôle du siège des Affaires étrangères

AFP

Algérie: Bouteflika

Algérie: Bouteflika

prix

AFP

Le prix Africa Check décerné

Le prix Africa Check décerné

AFP

Le prix Nobel Wole Soyinka répond aux attaques sur les réseaux sociaux

Le prix Nobel Wole Soyinka répond aux attaques sur les réseaux sociaux

AFP

Soudan: une manifestation contre la hausse des prix dispersée

Soudan: une manifestation contre la hausse des prix dispersée