mis à jour le

Cameroun : la famille de sept otages français libérée

http://www.lemonde.fr - 19/04/13

Le président camerounais, Paul Biya, a annoncé, vendredi 19 avril, la libération des sept otages français, un collaborateur de GDF Suez et sa famille, dont quatre enfants, enlevés il y a deux mois dans le nord du Cameroun par le groupe islamiste nigérian Boko Haram et détenus depuis au Nigeria. L'Elysée a confirmé leur libération et fait part de son "immense soulagement" dans un communiqué.

"Le président de la République du Cameroun, Paul Biya, annonce à l'opinion publique nationale et internationale que les sept otages français enlevés le 19 février 2013 à Dabanga (nord) ont été rendus cette nuit aux autorités camerounaises", selon un communiqué lu à la radio nationale vendredi matin. Yaoundé assure que les sept membres de la famille française sont "sains et saufs" après avoir été remis aux autorités camerounaises jeudi soir, qui remercient "les gouvernements du Nigeria et de la France pour leur aide". Aucune précision n'a été donnée sur les modalités de leur libération.

"J'y pars. On travaillait sur cette libération depuis beaucoup de temps. Il faut remercier avant tout les autorités régionales, notamment le président camerounais. Ils ont été libérés dans la nuit. Tout le monde est sain et sauf, très heureux. Je les ai eus au téléphone. Ils ont tous été libérés. Cela prouve que ce sont des choses qui se préparent dans la discrétion", a déclaré au Monde Laurent Fabius.

OPÉRATION REVENDIQUÉE PAR BOKO HARAM

La famille Moulin-Fournier avait été enlevée le 19 février. Le père, la mère et leurs quatre garçons âgés de 5 à 12 ans résidaient depuis 2011 à Yaoundé où le père, Tanguy, est employé expatrié du groupe GDF Suez. Cyril Moulin-Fournier, le frère de Tanguy, qui vit en Espagne, les avait rejoints pour des vacances. La famille avait été enlevée dans le nord du Cameroun où elle était allée visiter un parc national.

L'opération avait été revendiquée par la secte islamiste Boko Haram, active dans le nord du Nigeria, une zone troublée depuis plusieurs années par des attentats et des assassinats, réprimés dans le sang par les forces de sécurité nigérianes. Dans deux vidéos, diffusées les 25 février et 18 mars, les ravisseurs exigeaient, en échange de la libération des Français, celle de membres de leur groupe, prisonniers au Nigeria et au Cameroun.

Africa n°1

Ses derniers articles: Les coups de coeur du 24/06/13  Mali : l'UE débloque 90 millions pour "consolider" l'Etat  Afrique du Sud : un syndicat veut doubler les salaires dans les mines 

Cameroun

AFP

Centrafrique: une ville assiégée

Centrafrique: une ville assiégée

AFP

Le Cameroun a rapatrié "de force" plus de 2.600 réfugiés nigérians

Le Cameroun a rapatrié "de force" plus de 2.600 réfugiés nigérians

AFP

CAN: le Cameroun écarte l'Egypte pour renouer avec son glorieux passé

CAN: le Cameroun écarte l'Egypte pour renouer avec son glorieux passé

famille

AFP

Afrique du Sud: la famille Mandela déchirée par l'héritage ANC

Afrique du Sud: la famille Mandela déchirée par l'héritage ANC

AFP

Rejoindre les Etats-Unis: une famille soudanaise entre peurs et espoirs

Rejoindre les Etats-Unis: une famille soudanaise entre peurs et espoirs

AFP

Tunisie: la famille d'un opposant assassiné exige "la vérité"

Tunisie: la famille d'un opposant assassiné exige "la vérité"

otages

AFP

Otages d'Arlit: pas de lien avec l'assassinat de journalistes de RFI

Otages d'Arlit: pas de lien avec l'assassinat de journalistes de RFI

AFP

Retour en Italie des deux ex otages de l'EI en Libye

Retour en Italie des deux ex otages de l'EI en Libye

AFP

Deux Italiens otages de l'EI en Libye libérés

Deux Italiens otages de l'EI en Libye libérés