mis à jour le

Nord et élections générales : La Cnas-Faso Hèrè lie sa participation à la présidentielle à la libération de Kidal

A la faveur d'une conférence de présence de presse organisée hier jeudi au QG de la Convention nationale pour une Afrique solidaire (Cnas-Faso Here), les leaders de ce parti ont indiqué que leur participation à l'élection du président de la République est liée à la libération de la ville de Kidal. La conférence était animée par le secrétaire politique, Dr. Edmond Dembélé, en présence du secrétaire général, Soumana Tangara, et d'autres membres du bureau politique national.

Soumana Sacko

 Pour donner sa position sur les derniers développements de l'actualité nationale, la direction de la Convention nationale pour une Afrique solidaire (Cnas-Faso Here) a animé hier une  conférence de presse à son QG à Hamdallaye. Plusieurs sujets ont été abordés au cours de cette conférence. S'agissant de la transformation de la Misma en mission onusienne, les conférenciers ont expliqué qu'ils s'opposent à ce projet car, la crise malienne n'a pas besoin de ça.

Aussi, pour la situation de Kidal, les leaders de la Cnas ont mis en garde les autorités contre  une éventuelle conclusion d'un marché de dupes avec le MNLA. Ils condamnent le jeu trouble de la France sur la question de Kidal et s'oppose à toute forme d'autonomie ou de fédéralisme du MNLA.

Abordant le volet aide publique aux partis politiques, ils ont critiqué les autorités de la transition de n'avoir pas pris en compte leur proposition sur la question qui consistait à surseoir à l'octroi de l'aide aux partis politiques mais en mettant le montant à la disposition de l'armée comme contribution à l'effort de guerre.

La Cnas-Faso Here n'a pas été éligible à l'aide publique. Les conférenciers ont dit prendre acte de la date des élections et mis en garde l'Etat contre les élections bâclées pouvant conduire à d'autre crises. Quant à la Commission dialogue réconciliation, les conférenciers ont estimé que qu'il y a eu déficit de concertation pour sa mise en place : d'où les critiques de part et d'autres.

Bien que Soumana Sako ait été déjà retenu comme le porte-étendard de la Cnas-Faso Here, les conférenciers ont affirmé que leur participation à l'élection présidentielle est liée à la libération de la ville de Kidal.

La Cnas-Faso Here a également dénoncé le manque de transparence au sommet de l'Etat notamment dans l'achat de véhicules pour l'armée. Ils ont aussi noté qu'ils disposent les moyens nécessaires pour faire face à la campagne présidentielle.

Ben Dao

 

Mali Web

Ses derniers articles: Atelier de concertation du HCR sur le retour des réfugiés et déplacés du Mali : Les acteurs en conclave pour la facilitation du processus  ORTM / Journal TV 20h du 15 Septembre 2013  L’étrangleur de Bagadadji étranglé 

élections

AFP

Zimbabwe: le vice-président promet des élections libres et équitables

Zimbabwe: le vice-président promet des élections libres et équitables

AFP

Lesotho: dépouillement en cours après des élections "calmes"

Lesotho: dépouillement en cours après des élections "calmes"

AFP

Elections législatives au Lesotho: coalition instable en vue

Elections législatives au Lesotho: coalition instable en vue

participation

AFP

Conférence d'entente au Mali: tractations pour une large participation

Conférence d'entente au Mali: tractations pour une large participation

AFP

Zambie: la violence de la campagne électorale menace la participation

Zambie: la violence de la campagne électorale menace la participation

AFP

Centrafrique: dissensions au sein d'un groupe rebelle sur la participation aux élections

Centrafrique: dissensions au sein d'un groupe rebelle sur la participation aux élections

présidentielle

AFP

Côte d'Ivoire: retour dans son parti d'un ex-candidat

Côte d'Ivoire: retour dans son parti d'un ex-candidat

AFP

Kenya: huit candidats approuvés pour la présidentielle d'août

Kenya: huit candidats approuvés pour la présidentielle d'août

AFP

Présidentielle au Rwanda: les candidats contrôlés sur les réseaux sociaux

Présidentielle au Rwanda: les candidats contrôlés sur les réseaux sociaux