mis à jour le

Laboratoire national de la santé : Des pratiques mafieuses dénoncées

Le Laboratoire national de la santé serait- t-il la vache laitière d'un réseau mafieux qui menace l'existence même de la structure ? Sans omettre les conséquences gravissimes pour la santé de la population ? A moins qu'elles ne le sachent déjà et qu'elles n'aient de bonnes raisons de se taire, les plus hautes autorités devraient chercher à y voir clair !

Des pratiques peu orthodoxes, inquiétantes voire révoltantes. Des responsables qui ne jurent que par l'argent. Des crapuleries qui jurent avec la dignité et l'honneur.... Un tableau pas du tout flatteur pour cette structure censée préserver la santé publique des Maliens conformément à ses missions. Car le Laboratoire national de la santé (LNS) est devenu un centre de business où l'intérêt personnel prime sur l'intérêt général. Des réseaux mafieux solidement implantés veillent à ce qu'il en soit ainsi. Et gare surtout à la méchante langue qui ose dénoncer les ''crocodiles'' ! Opération suicidaire à ne pas tenter pour qui veut conserver son job.

Deux manitous de la boîte -dont nous tairons le nom pour l'instant-règneraient en maîtres absolus sur ce réseau. Le duo infernal, pour ne pas le nommer, puise impunément dans la caisse sans rendre compte à personne. Faut -il signaler que l'Etat malien alloue un budget conséquent au Laboratoire national de la santé uniquement pour la préservation de la santé des Maliens, auquel s'ajoute l'aide des partenaires financiers évoluant dans le domaine ?

Hélas, ces fonds semblent savamment utilisés par les crocodiles du LNS. Même le bureau du vérificateur général (BVG) qui est une structure de contrôle n'a  pas pu lever le voile sur ce réseau mafieux.  Preuve : en 2011, la boîte a été l'objet d'un contrôle des agents du BVG mais n'a pas été épinglé dans leur rapport. Ont-ils été signalés les fonds alloués à la structure par les partenaires financiers?

Autre pratique fâcheuse et révoltante dans cette structure : le non respect, au grand mépris de la santé des 14 millions de Maliens, du contrôle de qualité des différents produits alimentaires qui inondent le marché malien. Plusieurs de ces différents produits versés sur le marché ne  répondent à aucune norme de qualité. Comment les commerçants et chefs d'entreprises parviennent-ils pour autant à avoir le label du laboratoire national ? Contre espèces trébuchantes ? Allez y savoir ! Dans tous les cas, les dégâts collatéraux sont garantis : et le consommateur peut aller au diable avec ses intoxications alimentaires!

Un médecin nous révèle que l'intoxication alimentaire peut tuer une personne en une fraction de seconde si la prise en charge n'est pas urgente.  « Tout produit alimentaire doit être analysé par le Laboratoire national de la santé avant d'être mis sur le marché » a rappelé le médecin. Ce respect des normes de qualité est foulé aux pieds par ces responsables animés seulement par la volonté de remplir leurs poches au détriment de la santé des maliens. On peut comprendre qu'on fasse peu de cas de la qualité de l'outil de travail puisque, manifestement, on s'en fout. Car, de bonnes sources font état de l'obsolescence des appareils de contrôle du Laboratoire national de la santé. Des machines en état de vétusté avancé donnent difficilement les résultats escomptés ! Sauf miracle !

Faut-il fermer les yeux sur tout ce qui se passe dans cette structure très importante devenue un danger public pour des millions de Maliens ? Et le comité syndical dans tout ça ? A moins qu'il n'existe que de nom, qu'est ce qu'il peut bien défendre dans cette structure ?

 Affaire à suivre

Modibo Fofana pour Maliweb.net

Mali Web

Ses derniers articles: Atelier de concertation du HCR sur le retour des réfugiés et déplacés du Mali : Les acteurs en conclave pour la facilitation du processus  ORTM / Journal TV 20h du 15 Septembre 2013  L’étrangleur de Bagadadji étranglé 

laboratoire

AFP

Ebola: le Mali reçoit un laboratoire mobile financé par l'Allemagne

Ebola: le Mali reçoit un laboratoire mobile financé par l'Allemagne

Amina Boumazza

Laboratoire Takeda en Algérie : plus de médicaments pour les Algériens ?

Laboratoire Takeda en Algérie : plus de médicaments pour les Algériens ?

Actualités

Pierre Fabre, le fondateur du laboratoire pharmaceutique, est décédé

Pierre Fabre, le fondateur du laboratoire pharmaceutique, est décédé

national

AFP

Soudan du Sud: Kiir annonce un cessez-le-feu et ouvre un dialogue national

Soudan du Sud: Kiir annonce un cessez-le-feu et ouvre un dialogue national

AFP

Afrique du Sud: démission du PDG du fournisseur national d'électricité

Afrique du Sud: démission du PDG du fournisseur national d'électricité

AFP

Éthiopie: deuil national après la mort de 52 personnes dans un festival

Éthiopie: deuil national après la mort de 52 personnes dans un festival

santé

AFP

Angola: incertitudes sur l'état de santé du président Dos Santos

Angola: incertitudes sur l'état de santé du président Dos Santos

Santé

Pour la première fois, un vaccin contre le paludisme va être testé à grande échelle

Pour la première fois, un vaccin contre le paludisme va être testé à grande échelle

AFP

Mali: levée du mouvement de grève dans le secteur de la Santé

Mali: levée du mouvement de grève dans le secteur de la Santé