mis à jour le

États-Unis-Maroc, l’enfant dans le dos…

C’est très vite que le Maroc aura compris que le départ de Mme Hilary Clinton du State Department américain inaugurerait une ère de problèmes et de frictions avec Washington.

À peine installé, John Kerry, son successeur, a ainsi donné ses instructions pour que le représentant américain au Conseil de Sécurité de l’ONU, dépose une motion afin d’inclure la problématique des Droits de l’Homme dans les missions dévolues à la Minurso, au Sahara Occidental Marocain. On sait, sur ce chapitre, que la question du renouvellement de ce mandat sera officiellement examinée à New York avant la fin du mois d’avril.

Cette attitude inamicale des États-Unis n’est ni fortuite, ni innocente, mais vise en réalité à faire pression sur le Maroc dans la perspective d’un règlement définitif de la question de nos provinces du Sud.

On sait, en effet, que les Américains sont préoccupés par la situation au Sahel et la guerre au Nord Mali est là pour rappeler que les dangers de déstabilisation dans la zone et en Afrique du Nord sont réels.

 

Le dessein américain

Il faut donc, à la fois trouver un point de chute au F.Polisario afin d’éviter que ses combattants ne grossissent les rangs des mouvements terroristes islamistes sahéliens, satisfaire l’Algérie qui consentirait à un règlement négocié en “sortant la tête haute”, c’est-à-dire sans que les thèses marocaines ne l’emportent totalement alors qu’Alger s’emploie depuis 1975, au moins, à priver le Royaume de la pleine jouissance de sa souveraineté nationale et territoriale.

Faire pression sur le Maroc, selon le modus operandi américain, c’est d’abord reconnaître haut et fort que la situation au Nord Mali et au Sahel milite en faveur d’un règlement rapide de la question sahraouie. Cela a été fait récemment par Ban Ki-moon qui mentionne cette nécessité dans son rapport qui sera présenté prochainement au Conseil de Sécurité pour le renouvellement du mandat de la Minurso.

Cela a été énoncé avant lui par son représentant personnel, le diplomate américain Christopher Ross, dont les accointances avec ses anciens employeurs du State Department sont connues de tous. Les Marocains, d’ailleurs, avaient largement apprécié ces déclarations du Secrétaire général de l’ONU et de son “missus dominicus”.

Des-membres-du-Conseil-de-s

Il est acquis aujourd’hui que la proposition marocaine d’autonomie élargie pour les provinces sahariennes constitue la seule base crédible pour un règlement politique et négocié du conflit artificiel du Sahara occidental marocain.

Mais, “faire passer cette pilule” à Alger exige une contrepartie, celle d’élargir le mandat de la Minurso à la question des droits de l’Homme.

On sait qu’une telle décision serait inapplicable dans les camps de Tindouf où même le HCR n’a jamais pu y mettre les pieds pour recenser les populations sahraouies.

Par contre, si elle venait à être appliquée à Laayoune, Smara, Dakhla, Boujdour, elle donnerait une formidable opportunité à la cinquième colonne déjà présente, (Aminatou Haïdar et consorts), d’exercer en toutes impunité et liberté leur travail de propagande en faveur des mercenaires séparatistes. Ainsi, au moment des élections pour la mise place des institutions régionales autonomes, les agents du Polisario auraient déjà l’avantage d’une présence pérenne et forte sur le terrain, grâce à l’ombrelle protectrice des soldats de  la Minurso.

Contrer les man½uvres

Voilà  le calcul des Américains qui cherchent, avec la collaboration de leurs “hommes” à l’ONU, à “faire cet enfant dans le dos” du Maroc…

Et la présence de Kerry au Département d’Etat, les solides et anciens liens entre le clan Kennedy et le Président Obama qui a bénéficié de son appui politique et financier pour ses deux mandats, ont permis d’accréditer la thèse, émise par un rejeton des Kennedy qui dirige une ONG bien peu honnête, que le Maroc violait allègrement les droits de l’Homme dans les provinces sahariennes.

Mais la question n’est pas tant la véracité de ces assertions que la mis en place des conditions subjectives préalables à l’acceptation du plan de large autonomie marocain.

Washington se f…. des droits de l’Homme comme d’une guigne. L’important, c’est de réaliser un deal qui lui paraît win win pour le Maroc et l’Algérie !

Et on demande aux Marocains d’accepter d’ouvrir grandes les portes aux agents du Polisario avant toute avancée concrète sur la dynamique de règlement politique négocié.

Ni plus, ni moins.

Comment contrer donc cette stratégie américano-onusienne, sachant que le Conseil de Sécurité n’est bien souvent qu’une simple chambre d’enregistrement des desiderata des États-Unis?

En considérant d’abord que toutes les habitudes comportementales du passé, concernant la question nationale, doivent être abandonnées. Le mobilisation du front intérieur, l’unanimité de la classe politique, le consensus fort, n’auront que peu d’effets à New York face aux pressions des lobbies pro algériens et américains, même si notre opinion publique a besoin de comprendre que la question nationale est toujours une cause sacrée et prioritaire.

 

C’est dans la perception de notre partenariat avec les USA, dans la poursuite de cette relation où le Maroc a toujours plus donné qu’il n’a reçu que nous devons immanquablement évoluer, afin que Washington comprenne ce qu’elle peut perdre ou gagner d’une brouille durable avec le Royaume.

Et c’est surtout dans la dimension géostratégique régionale et celle de la lutte contre le terrorisme islamiste que l’apport du Maroc est irremplaçable… C’est dans ces champs que Rabat devrait modifier sa posture de fidèle et compréhensible allié.

Enfin, pour éviter que ne s’imposent des faits accomplis, c’est dans l’exécution d’un scénario irréversible de régionalisation que le pays doit s’engager au plus vite, afin de prendre de vitesse les adversaires de notre unité et intégrité territoriale.

Mais cette obligation est-elle rapidement exécutable avec un tel gouvernement de velléitaires, une opinion publique démobilisée et fragilisée par la crise économique et une classe politique où dominent la médiocrité des hommes et les calculs égoïstes ?

Fahd Yata

moustache7

La Nouvelle Tribune

Ses derniers articles: Maroc : Alerte de pluies et averses importantes dans plusieurs villes  Obsèques  La terre a tremblé