mis à jour le

Moussa Mara, president du parti « Yèlèma » : « Il faut des élections crédibles pour construire un Mali nouveau »

Le leader du parti « Yèlèma » a restitué, au cours d'un déjeuner de presse, la tournée qu'il a effectué, les 27 et 28 mars derniers,  dans la région de Gao.  La cérémonie s'est déroulée, mercredi dernier, à l'hôtel Radisson.

Moussa Mara, maire commune IV

L'objectif de ce périple, selon Moussa Mara, était de s'imprégner des conditions de vie dans cette région après sa libération du joug des groupes terroristes. Par ce voyage, le président du parti « Yèlèma » peut se vanter d'avoir fait partie  des premiers hommes politiques à fouler une région du nord après sa libération. En  tous cas, sa visite dans la capitale des « Askia » a été saluée par les populations du nord et par les autorités. Ce voyage lève l'équivoque sur certaines réalités. Il permet d'édifier les populations du nord, surtout celles déplacées, sur les réalités du terrain. Car ces populations veulent avoir le c½ur net avant de rejoindre leur domicile, au nord. Aussi, il a permis à la délégation de Moussa Mara de recueillir les préoccupations des populations restées sur place. Les  préoccupations et les revendications des militaires au front ont été recensées. S'y ajoute l'évaluation des dégâts causés par les terroristes dans cette région.

Pour ce faire, Moussa Mara a tenu, au cours de sa tournée, à rencontrer les autorités administratives déjà en place dans la région, les autorités militaires et les sensibilités sociales de la région (les jeunes, les femmes, les notabilités, les membres du cadre de concertation des régions du nord, les imans...).

A l'issue de ces rencontres, son constat est sans appel. «L'impression générale est que deux mois après la libération de cette région, grand-chose n'a changé » a-t-il déclaré. Mais il indique que 70% des préfets et des Sous-préfets de la région de Gao ont regagné leur poste. La justice, qui doit jouer un rôle capital en cette période  cruciale, y est absente. L'armée, rassure t-il, est très motivée. La jeunesse, aussi. La vigueur, le patriotisme et la citoyenneté de la jeunesse de Gao n'est plus à démontrer. Elle réclame, ajoute-t-il, le Mali à travers le drapeau national planté partout dans  la ville. Même si, dit-il, cette jeunesse semble remonter contre les hommes politiques, particulièrement, ceux des régions du nord.

Autre précision de taille : Moussa Mara dit avoir effectué ce voyage sans être escorté par des militaires. Toute chose qui lui fait dire que les conditions sécuritaires sur l'axe Sévaré-Gao se sont améliorées.

Dans ces conditions, peut-on organiser les élections en juillet prochain?

Moussa Mara est formel. Pour lui, les conditions ne sont pas, techniquement, réunies pour ce faire. Mais il salue l'état d'esprit des autorités, qui croient en leur capacité à organiser les élections en juillet. « Il faut des élections crédibles pour construire un Mali nouveau » avertit-il.

Le patron du parti « Yèlèma » estime que la jeunesse doit être impliquée dans la construction du Mali nouveau. Aussi, prévient-il, il est impératif de renforcer la présence de l'Etat dans les régions du nord, de privilégier les actions humanitaires dans ces régions, d'instaurer un climat de dialogue et de réconciliation et d'intégrer les imans dans le dispositif de réconciliation. Mais aussi et surtout,  de soutenir notre armée.

Abou BERTHE

président

AFP

De violentes manifestations en Afrique du Sud contraignent le président

De violentes manifestations en Afrique du Sud contraignent le président

AFP

Burundi: le président Nkurunziza remplace son chef de la diplomatie

Burundi: le président Nkurunziza remplace son chef de la diplomatie

AFP

Nigeria: le président Buhari crée la polémique en traitant les jeunes de paresseux

Nigeria: le président Buhari crée la polémique en traitant les jeunes de paresseux

élections

AFP

En Sierra Leone, l'internet n'avait pas la cote pendant les élections

En Sierra Leone, l'internet n'avait pas la cote pendant les élections

AFP

Elections en RDC: Séoul met en garde contre l'utilisation de la "machine

Elections en RDC: Séoul met en garde contre l'utilisation de la "machine

AFP

Elections en RDC: l'UDPS désigne son président et potentiel candidat

Elections en RDC: l'UDPS désigne son président et potentiel candidat

Mali

AFP

Les opposants

Les opposants

AFP

Mali : cinq jihadistes tués par les forces françaises

Mali : cinq jihadistes tués par les forces françaises

AFP

Edouard Philippe "reporte" son déplacement au Mali prévu ce week-end

Edouard Philippe "reporte" son déplacement au Mali prévu ce week-end