mis à jour le

PDES : c’est grave, docteur ?

Le Parti pour le Développement Economique et la Solidarité (PDES), parti dit des ''héritiers'' du président déchu, Amadou Toumani Touré, tente, – après une année d'hibernation-,  de sortir de sa torpeur. Il vient d'organiser la conférence de ses cadres. Mais, le mal du parti semble plus profond.

Ousmane Ba, président par intérim PDES

Le PDES tente de sortir de la torpeur, dans laquelle elle est plongée par les évènements successifs qui ont fait avorter l'élection présidentielle d'avril 2012. Notamment, le coup d'Etat du 22 mars qui a renversé le président Amadou Toumani Touré. Avant de le contraindre à l'exil à Dakar. S'y ajoutent le contre -coup d'Etat du 30 avril qui a dégénéré en affrontements entre bérets rouges et bérets verts.

Aussi, le siège du PDES a  été saccagé et pillé. Pour rester, un tant soit peu, sur l'échiquier politique, les leaders de ce parti ont intégré le Front pour la Défense de la République (FDR), un groupement politique anti -putsch créés au lendemain du coup d'Etat.

Malgré son appartenance à ce groupement, le PDES semble avoir du mal à s'attirer la sympathie des populations. Lesquelles voient en ses leaders, les responsables de la crise actuelle.

« Le PDES est un parti composé d'opportunistes, de nomades politiques et autres personnalités qui bénéficiaient des grâces du régime ATT », nous confie un homme politique qui a requis l'anonymat.

Il poursuit : «  ces gens- là pensaient qu'ATT allait leur baliser le terrain avant de leur céder le pouvoir. C'est  pourquoi, nombre de députés, de maires, de conseillers et de hautes personnalités de ce pays se sont rués vers ce parti. Mais Dieu faisant bien les choses, tel n'a pas été le cas. Les Maliens ont découvert la vérité ».

Et un autre leader politique d'ajouter : « le coup d'Etat a bouleversé leur plan, et c'est ce qui a mis ce parti dans cette situation. Car il est composé de personnes qui, en majorité,  sont des transfuges d'autres partis et qui  n'ont aucune conviction politique ».

Le PDES, même au sein du FDR, a été mis en quarantaine. Notamment, dans la formation des différents gouvernements qui se sont succédé sous la transition. Une situation, qui a d'ailleurs poussé son Secrétaire national, chargé des Maliens de l'extérieur, Sega Doucouré, à exprimer son « indignation » à travers une lettre ouverte adressée aux autorités de la transition.

Une lettre dans laquelle, il dit être surpris qu'aucun  membre de son parti, n'y figure.

La conférence des cadres, une tentative désespéré de revenir sur la scène « pourritique ».

Tenue, récemment, la conférence des cadres du PDES était placée sous la présidence du 3ème vice-président du parti, Dr Ousmane Bah. Son objectif : partager les « acquis »  du parti avec les participants et dégager des perspectives en vue de redonner un souffle nouveau au PDES.

Lors de cette rencontre, le 3ème vice-président du parti a évoqué  les problèmes que traverse le parti depuis le coup d'Etat qui a renversé leur mentor : ATT. Cependant, il s'est félicité de la place qu'occupe leur formation politique sur l'échiquier politique malien.

Pour lui, le PDES occupe la 3ème place avec ses 15 députés, ses 45 maires, et ses 865 conseillers communaux.

Pourtant, le PDES n'a jamais participé à une échéance électorale pour disposer de tous ces élus. Ces  députés, maires, conseillers et autres cadres qui le composent sont des ''transfuges'' politiques.

Troisième force politique du Mali selon les chiffres, mais que vaut réellement le PDES sur le terrain ? Surtout, après le départ des Bittar, des Hamed Sow et leurs militants vers d'autres partis. Rien ou presque.

Aujourd'hui, le PDES n'est plus que l'ombre de lui-même. Ce parti qui avait le vent en poupe, sous ATT, cherche désespérément, à survivre à l'exil de son mentor et de son président : Ahmed Diane Sémega.

Dieudonné Diama

Mali Web

Ses derniers articles: Atelier de concertation du HCR sur le retour des réfugiés et déplacés du Mali : Les acteurs en conclave pour la facilitation du processus  ORTM / Journal TV 20h du 15 Septembre 2013  L’étrangleur de Bagadadji étranglé