mis à jour le

Nigeria : des parents de la famille retenue en otage leur demandent de "tenir"

PARIS (AFP) - (AFP)

Les proches en France des sept membres d'une même famille qui entament leur troisème mois de captivité au Nigeria, après leur enlèvement au Cameroun par le groupe islamiste Boko Haram, leur demandent de "tenir", jugeant que "tout est réellement fait pour les revoir très vite".

"On les croit forts.On leur demande de tenir, d'être forts.C'est une épreuve terrible", ont déclaré jeudi sur la radio RTL Nicolas Moulin-Fournier et Romain Striffling, respectivement le frère du père Tanguy Moulin-Fournier, et celui de la mère, Albane.

"Nous pensons que tout est réellement fait pour les revoir très vite", ont-ils ajouté.

Cette famille d'expatriés --le père, la mère et leurs quatre garçons de 5 à 12 ans--, qui résidait depuis 2011 à Yaounde où le père est employé de GDF Suez, a été enlevée le 19 février dans le nord du Cameroun où elle était allée visiter un parc national.Cyril Moulin-Fournier, autre frère de Tanguy, qui vit en Espagne, les avait rejoints pour des vacances.

Ils ont été enlevés par des hommes se réclamant de la secte islamique Boko Haram, active dans le nord du Nigeria, une zone troublée depuis plusieurs années par des attentats et des assassinats, réprimés dans le sang par les forces de sécurité nigérianes.Les ravisseurs exigent, en échange de la libération des Français, celle de membres de leur groupe, prisonniers au Nigeria et au Cameroun.

"Nous souhaiterions que le sujet reste un vrai sujet, au quotidien, d'actualité pour nos autorités, qu'elles s'occupent avec la même intensité, comme elles l'ont fait jusqu'à présent, de cette affaire", ont encore dit les deux oncles.

"Nous faisons confiance aux autorités, nous n'avons pas le choix et je crois qu'il n'y a qu'elles qui peuvent se positionner et agir pour la libération de notre famille", ont-ils affirmé.

"Quand ça a commencé, mon sentiment était que ça durerait quelques jours, le constat d'aujourd'hui, c'est que ça fait deux mois", a dit l'un d'eux.Ils ont décrit une épreuve "difficile à porter au quotidien, avec des moments de pleine conscience et des moments d'angoisse".

Deux vidéos, diffusées les 25 février et 18 mars, dans lesquelles s'exprime le père, Tanguy, ont constitué pour leurs proches un "véritable soulagement de les voir en vie, de les voir parler" car "tout signe de vie, c'est un pas en avant".L'une de ces vidéos montre l'ensemble des captifs entourés d'hommes en armes, se réclamant de Boko Haram et exprimant leurs revendications.

Africa n°1

Ses derniers articles: Les coups de coeur du 24/06/13  Mali : l'UE débloque 90 millions pour "consolider" l'Etat  Afrique du Sud : un syndicat veut doubler les salaires dans les mines 

Nigéria

AFP

Lutte contre Boko Haram: les Etats-Unis demandent au Nigeria plus de "transparence"

Lutte contre Boko Haram: les Etats-Unis demandent au Nigeria plus de "transparence"

AFP

Nigeria : au moins 12 morts dans un quadruple attentat-suicide

Nigeria : au moins 12 morts dans un quadruple attentat-suicide

AFP

Violences au Cameroun: l'ONU prête

Violences au Cameroun: l'ONU prête

parents

AFP

Nigeria: l'inquiétude des parents des écolières encore captives

Nigeria: l'inquiétude des parents des écolières encore captives

AFP

Des parents d'enfants adoptés en RDC manifestent pour les faire venir en France

Des parents d'enfants adoptés en RDC manifestent pour les faire venir en France

AFP

Nigeria: les parents des "filles de Chibok" reçus

Nigeria: les parents des "filles de Chibok" reçus

famille

AFP

Français tué dans un commissariat en Egypte: la famille tente de relancer l'enquête française

Français tué dans un commissariat en Egypte: la famille tente de relancer l'enquête française

AFP

Soudan: un journaliste critique de la famille Béchir libéré

Soudan: un journaliste critique de la famille Béchir libéré

AFP

Soudan: prison ferme pour un journaliste après un article sur la famille Béchir

Soudan: prison ferme pour un journaliste après un article sur la famille Béchir