mis à jour le

Œuvres artistiques : Les hommes de culture dénoncent la piraterie

Pour la célébration de la semaine nationale de mobilisation contre la piraterie du 15 au 17 avril 2013, les membres du Bureau  Malien du Droit d'Auteur ont animé une conférence de presse,  mardi  16 avril 2013, sur le thème « La piraterie des ½uvres littéraires et artistiques au Mali ». La conférence a enregistré la présence de Andogoly Guindo Directeur General du Bureau, Salif Keita, auteur compositeur, M'Baye Boubacar Diarra, Editeur de musique, Producteur de phonogramme et Kardigué Laico Traoré, chorégraphe.
Dans le souci de trouver une solution durable au danger qui pèse sur l'½uvre et son créateur en particulier et  la culture malienne en général, les hommes de culture ont brossé lors de cette conférence, un tableau sombre  sur l'état de la propriété littéraire et artistique et de la gestion collective du droit d'auteur au Mali. Deux décennies de  combat d'une longue haleine contre un fléau  qui fait ravage dans l'industrie culturelle. Avec l'arrivée de la nouvelle technologie, la piraterie au Mali a pris une dimension considérable. Elle continue de détruire à petit feu le monde de la production artistique. Les conditions sont de plus en plus difficiles et le génie  créateur  n'arrive plus à vivre de sa création à cause de la piraterie qui a renforcé  sa capacité grâce à la nouvelle technologie. Le secteur des arts et de la culture occupe plus du tiers de la population active malienne et contribue au PIB dans une proportion substantielle. Mais, l'industrie créative au Mali, en particulier la production littéraire et artistique, est malade. Elle paye non seulement le lourd tribut de la conjoncture économique et financière difficile, mais elle est aussi malade des lourdes conséquences que le piratage des ½uvres fait peser sur elle.  «Au Mali, nous assistons à une banalisation du phénomène de la piraterie par les populations », a déclaré Andogoly Guindo, avant de poursuivre plus loin que «la culture se nourrit de la créativité, sans elle, elle se meurt. Or la piraterie tue la créativité. Notre culture est en danger. Il nous faut la protéger». Lors de son intervention M'Baye Boubacar Diarra a fait un bilan succincte de la création artistique de l'indépendance à nos jours. Il dira qu'il y a eu beaucoup d'évolution dans la musique malienne, tout en soulignant qu'elle  se portait très bien jusqu’à l'arrivée de la piraterie. «Nous sommes victimes d'injustice et de malhonnêteté et victime d'une situation qu'on n'a pas pu métriser. L'âme de la musique malienne disparait par ce que les artistes n'ont plus de moyens. A cause de la piraterie, elle perd son âme», s'est-il indigné. L'impact de la piraterie sur le budget de l'état est de 500 milliard de Francs CFA mais pour les créateurs c'est dans la vie de tous les jours. L'auteur compositeur, Salif Keita a souligné que cela fait 20 ans maintenant qu'ils mènent la lutte contre la piraterie et que jusque là rien n'a changé et c'est les artistes qui continuent de payer les frais, a-t-il déploré, avant de lancer un appel à tous les hommes de culture de s'unir pour faire face à cette situation. Quand à Kardjigué Laico Traoré, il fera savoir, dans le domaine de la piraterie, que  l'Etat ne prend pas sa responsabilité ainsi que les artistes aussi qui se font produire dans des conditions peu normales  et les  radios privées qui émettent n'importe quelle  chanson, contribuent eux tous à encourager la piraterie. A-t-il conclut.
     Ousmane Baba Dramé

Mali Web

Ses derniers articles: Atelier de concertation du HCR sur le retour des réfugiés et déplacés du Mali : Les acteurs en conclave pour la facilitation du processus  ORTM / Journal TV 20h du 15 Septembre 2013  L’étrangleur de Bagadadji étranglé 

hommes

AFP

Kenya: la maison du vice-président attaquée par des hommes armés

Kenya: la maison du vice-président attaquée par des hommes armés

AFP

Egypte: la police tue 4 hommes accusés d'implication dans un attentat

Egypte: la police tue 4 hommes accusés d'implication dans un attentat

AFP

La Côte d'Ivoire envoie 150 hommes

La Côte d'Ivoire envoie 150 hommes

culture

AFP

Burkina: le ministre de la Culture exclu de son parti

Burkina: le ministre de la Culture exclu de son parti

AFP

Les Ballets africains, étoiles déclinantes de la culture en Guinée

Les Ballets africains, étoiles déclinantes de la culture en Guinée

AFP

En Algérie, métal et rock résistent au carcan de la culture officielle

En Algérie, métal et rock résistent au carcan de la culture officielle

piraterie

Sécurité

Les pirates somaliens sont de retour dans le business d'otages

Les pirates somaliens sont de retour dans le business d'otages

AFP

L'Union Africaine réunie

L'Union Africaine réunie

AFP

La piraterie diminue dans le monde, sauf au large du Nigeria

La piraterie diminue dans le monde, sauf au large du Nigeria