mis à jour le

Crise du Nord : Décédés dans un crash, cinq militaires reçoivent les hommages de la nation

La Nation entière a rendu un dernier hommage au colonel d'Aviation Abdoulaye Diallo, au Capitaine d'Aviation Malamine Sangaré, à  l'élève Officier d'Actives Ibrahima Benogo Mariko, à  l'Adjudant d'Aviation Cheick Oumar Diarra, à l'Adjudant d'Aviation Oumar Mamadou Traoré, tous tombés sur le champ de l'honneur suite à un accident du Mi 24 immatriculé TZ 406 de l'armé malienne. C'était au Génie militaire, en présence des responsables civiles et militaires du Mali et des pays amis, le 15 avril 2013.
Tristesse et douleur où était rassemblé tout un monde pour rendre hommage à cinq militaires Maliens. Ils sont morts en service aérien commandé, le 12 avril 2013 près de la localité d’Ouro Modi dans le cercle de Mopti lors d'un vol de redéploiement en zone opérationnelle. Après la marche funèbre exécutée par les différentes promotions, le maître de cérémonie, le commandant Moussa Goita dans son oraison funèbre a signifié la solidarité de la communauté des aviateurs comme celle de la défense, les élus et représentants de notre pays aux illustres disparus. Pour lui, les cinq aviateurs regardaient justement dans la même direction, au sein d'une communauté de destin. Un destin qu'ils voulaient au service des autres pour défendre la paix et la sécurité. Un destin au service de notre pays le Mali, de nos idéaux, de nos valeurs, de l'intégrité de notre territoire et au-delà, de l'unité de notre continent Africain comme stipulé dans la constitution Malienne, un destin consacré à exercer un métier particulièrement difficile et exigent. Un destin, qui force surtout respect et oblige. Silence de mort, les larmes s'étaient accaparés de nombreux de personnes où les pompiers ont été beaucoup sollicités. Après avoir retracé les brillants parcours  de chacun des défunts,  le président de la république, le professeur Dioncounda Traoré à invité les maliens à l'unité : « si nous devons continuer à vivre ensemble, nous n'avons pas d'autres choix que de vivre ensemble ». Selon lui, beaucoup de soldats maliens sont tombés les armes à la main : du capitaine Seydou Traoré et compagnons à Aguel Hoc, à ceux de Konan  et des soldats amis. Il dira que la crise que nous  traversons, nous a enseigné et renseigné. Elle nous a enseigné que la valeur militaire soit reconnue et nous a renseignés sur la valeur de notre armée. A la lumière de cette crise, le président a dit que la reconnaissance est une priorité. Il a salué les troupes de la MISMA pour leur défense de l'intégrité du Mali, pour la paix. Il a rendu un vibrant aux soldats Français et Tchadiens qui sont tombés après avoir mis l'ennemi hors d'Etat de nuire. Il a invité chacun à s'associer aux familles des disparus. Le président de la république a enfin demandé à chacun de se pardonner les erreurs.
Fakara FAINKE.

Mali Web

Ses derniers articles: Atelier de concertation du HCR sur le retour des réfugiés et déplacés du Mali : Les acteurs en conclave pour la facilitation du processus  ORTM / Journal TV 20h du 15 Septembre 2013  L’étrangleur de Bagadadji étranglé 

crise

AFP

Gabon: état de crise latente trois mois après la présidentielle

Gabon: état de crise latente trois mois après la présidentielle

AFP

Nigeria: le pays s'enfonce dans la crise économique

Nigeria: le pays s'enfonce dans la crise économique

AFP

Maroc: toujours pas de nouveau gouvernement, bientôt la crise politique?

Maroc: toujours pas de nouveau gouvernement, bientôt la crise politique?

militaires

AFP

Cameroun: six militaires tués dans une attaque de Boko Haram

Cameroun: six militaires tués dans une attaque de Boko Haram

AFP

Municipales au Mali: cinq militaires tués dans une embuscade

Municipales au Mali: cinq militaires tués dans une embuscade

AFP

Niger: 22 militaires tués dans une attaque jihadiste contre un camp de réfugiés

Niger: 22 militaires tués dans une attaque jihadiste contre un camp de réfugiés

nation

AFP

Le président Zuma s'adresse

Le président Zuma s'adresse

AFP

Le président sud-africain, attaqué par l'opposition, s'adresse

Le président sud-africain, attaqué par l'opposition, s'adresse

AFP

Burkina Faso: "La nation en danger"

Burkina Faso: "La nation en danger"