mis à jour le

Un cadre d’un groupe jihadiste malien annonce sa prochaine reddition à l’Algérie

Un groupe d’islamistes armés à Gao, la plus grande ville au nord du Mali, le 21 septembre 2012 (AFP)

NOUAKCHOTT – Un porte-parole du groupe islamiste armé malien Ansar Dine (Défenseurs de l’islam), a annoncé mercredi à l’agence mauritanienne en ligne Nouakchott informations (ANI), qu’il se trouvait près de la frontière entre le Mali et l’Algérie et allait se rendre à l’armée algérienne.

 

« J’ai marché à pied sur plus de 80 km pour arriver à la frontière algérienne afin de me rendre à l’armée algérienne », a déclaré ce porte-parole, Senda Ould Boumama, dans une communication teléphonique avec l’ANI.

 

« Je me trouve actuellement près de la ville algérienne de Bordj Mokhtar (sud) où j’entends me rendre à l’armée algérienne », a-t-il ajouté, en affirmant avoir fait l’objet mardi « d’une tentative d’assassinat de la part d’un inconnu »,

 

Il a « supplié » le président mauritanien Mohamed Ould Abdel Aziz de demander son « extradition le plus rapidement possible » une fois qu’il aura été arrêté en Algérie, préférant être jugé en Mauritanie, dont il dit avoir la nationalité.

 

Senda Ould Boumana a régulièrement fait des déclarations au nom d’Ansar Dine dans la région de Tombouctou (nord-ouest du Mali).

 

 

Ansar Dine, dirigé par Iyad Ag Ghali, un ancien rebelle touareg malien, fait partie des groupes liés à Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi) qui ont occupé en 2012 le nord du Mali où ils ont commis de nombreuses exactions, avant d’en être en partie chassés par une intervention armée franco-africaine entamée en janvier.

 

hos/stb/hba

Mali Web

Ses derniers articles: Atelier de concertation du HCR sur le retour des réfugiés et déplacés du Mali : Les acteurs en conclave pour la facilitation du processus  ORTM / Journal TV 20h du 15 Septembre 2013  L’étrangleur de Bagadadji étranglé