mis à jour le

Gouvernement: Touche pas à ma majorité !

Si l'Istiqlal, composante stratégique de la coalition gouvernementale, ne cache pas sa déception à l'égard de Benkirane, les autres partis du Team essaient par contre de temporiser. 

 

Au sein du MP de M'hamed Laânser, le mot d'ordre est sans ambiguïté : rester solidaire avec Benkirane jusqu'au bout. Les Harakites semblent donc être déterminés à réussir l'expérience d'un gouvernement issu d'un Printemps Arabe purement marocain. Et contrairement à l'Istiqlal, le parti semble être à l'aise aux côtés des Islamistes du PJD. Le remaniement ministériel, lui, ne fait l'objet d'aucun débat auprès des amis de Laânser qui se veulent catégoriques à ce niveau.

Leur BP vient d'ailleurs de démentir des informations selon lesquelles le parti “aurait appelé à un remaniement ministériel dans le contexte actuel”. Un communiqué du secrétariat général du parti indique que le MP a insisté sur “la préservation de la cohésion et de l’harmonie entre toutes les composantes de la majorité”. Le SG du parti, lui, ne cesse de souligner la nécessité de poursuivre l’action gouvernementale en vue de faire face aux contraintes, de répondre aux attentes des citoyens et d’½uvrer, dans un climat empreint de cohésion, à élaborer des lois organiques et des textes législatifs, dont ceux relatifs à la régionalisation et aux collectivités locales, et à trouver des solutions au déficit enregistré au niveau de la balance des paiements.

Le PPS se veut encore plus catégorique et déterminé. Et c'est avec le même ton que le parti de Nabil Benabdellah  ne cesse de rappeler à qui veut bien l'entendre que la coalition gouvernementale, qui dispose d’un programme de réforme volontariste, se trouve confrontée à des “phénomènes de perturbation” que le pays ne peut guère supporter. Il ajoute que le Maroc “a besoin d’une opposition qui soit objective dans ses critiques et précise dans ses alternatives”.

Dans un communiqué publié à l’issue de la 10ème réunion ordinaire de son Comité central, le PPS a souligné que “la majorité, qui s’est engagée à travailler en tant que bloc uni, dans le respect de la différence, connaît actuellement quelques soubresauts, car ses composantes ne se sont pas suffisamment employées à assumer leur responsabilité pour donner l’image d’une équipe gouvernementale cohérente, qui inspire confiance chez l’opinion publique nationale et les observateurs internationaux, y compris les investisseurs”. Benabdellah et ses alliés estiment, à ce propos, que la conjoncture actuelle et les défis délicats qu’affronte le pays ne tolèrent aucune forme de “gestion superficielle ou erronée”, ajoutant que la majorité se doit actuellement de répondre à un triple défi, à savoir l’accélération du chantier ouvert des réformes, le renforcement de la coordination interne et la communication avec l’opinion publique nationale. Selon le SG Benabdellah, la conjoncture actuelle que traverse le Maroc requiert le maintien de l’unité de la majorité gouvernementale étant “le tremplin naturel pour atteindre ces objectifs”, avant de conclure que cette expérience, “nouvelle et sérieuse, subit de farouches attaques visant à lui faire échec”. Pendant ce temps-là, l'Istiqlalien Chabat continue son offensive contre Benkirane qui préfère toujours ne pas répondre…

H.Z

La Nouvelle Tribune

Ses derniers articles: Maroc : Alerte de pluies et averses importantes dans plusieurs villes  Obsèques  La terre a tremblé