mis à jour le

Sénégal : le dossier d'accusation de Karim Wade devrait être classé

DAKAR (AFP) - (AFP)

Le dossier d'accusation de Karim Wade, fils et ancien ministre de l'ex-président sénégalais Abdoulaye Wade, en garde à vue depuis lundi dans une enquête pour enrichissement illicite, devait être classé pour violation de la loi par le parquet, a estimé mercredi un de ses avocats.

"Le procureur spécial (de la Cour de répression de l'enrichissement illicite, CREI) est disqualifié pour n'avoir pas respecté le droit.Le dossier devait être classé", a déclaré Me Ciré Clédor Ly, lors d'une conférence de presse à Dakar.

"La loi ne dit nulle part (que le procureur spécial) peut mettre (Karim Wade) aux arrêts après la mise en demeure" d'un mois, adressée le 15 mars à Karim Wade pour justifier l'origine de ses biens, a-t-il dit

Alioune Ndao, le procureur de la CREI, a déclaré mardi avoir ordonné l'arrestation de Karim Wade car il n'a pas été "convaincu de la pertinence" de ses réponses sur l'origine de sa fortune, évaluée par cette cour spéciale à 694 milliards de FCFA (plus d'un milliard d'euros).

Me Ly a en outre évoqué un "acte de déloyauté" commis par la CREI en confiant l'enquête préliminaire à une structure qui n'est "pas compétente et où il n'y avait que des gendarmes", alors que la loi dit que cette enquête doit être aussi menée par "une brigade spéciale composée de représentants des ministères de l'Economie et des finances, de l'Intérieur et de la Justice".

Il a en outre indiqué que "des pièces" du dossier d'accusation "n'ont pas été mises à disposition" des avocats de M. Wade par le procureur qui a également, selon lui, illégalement "contourné la Haute cour de justice", au profit de la commission d'instruction de la CREI pour juger Karim Wade.

Cette commission doit prendre mercredi le relais du parquet de la CREI et décider de placer Karim Wade sous mandat de dépôt ou de le remettre en liberté.

La Haute cour de justice est une autre cour spéciale, chargée de juger les anciens ministres pour des faits commis dans l'exercice de leurs fonctions.

Les enquêtes pour enrichissement illicite visent plusieurs anciens responsables sénégalais, dont plusieurs ex-ministres, et ont été déclenchées par le président Macky Sall qui a succédé en mars 2012 à Abdoulaye Wade qui était au pouvoir depuis douze ans.

Le parti de l'ex-président Wade, le Parti démocratique sénégalais (PDS), dénonce une "chasse aux sorcières" et a prévu d'organiser une manifestation à Dakar mardi 23 avril.

Africa n°1

Ses derniers articles: Les coups de coeur du 24/06/13  Mali : l'UE débloque 90 millions pour "consolider" l'Etat  Afrique du Sud : un syndicat veut doubler les salaires dans les mines 

Sénégal

AFP

Jeux de la Francophonie: le Sénégal fait le show en lutte africaine

Jeux de la Francophonie: le Sénégal fait le show en lutte africaine

AFP

Le combat sans fin pour arracher les enfants du Sénégal

Le combat sans fin pour arracher les enfants du Sénégal

AFP

Sommet ouest-africain: Israël et le Sénégal normalisent leurs relations

Sommet ouest-africain: Israël et le Sénégal normalisent leurs relations

Wade

AFP

Législatives au Sénégal: l'ex-président Wade appelle

Législatives au Sénégal: l'ex-président Wade appelle

AFP

Législatives/Sénégal: l'ex-président Wade rentre

Législatives/Sénégal: l'ex-président Wade rentre

AFP

Sénégal: l'ex-président Wade candidat aux législatives

Sénégal: l'ex-président Wade candidat aux législatives