mis à jour le

Lutte contre la piraterie des œuvres artistiques et littéraires : – Salif Kéïta propose de confier la gestion du BUMDA à une société privée

M’Baye Boubacar Diarra, Salif Keita, Andogoly Guindo (GD)

Le Directeur général du Bureau Malien du Droit d’Auteur (BUMDA) Andogoly Guindo a exprimé, hier, son engagement à lutter contre la piraterie des ½uvres artistiques et littéraires au Mali. Son objectif : réduire le taux de la piraterie. C’est pourquoi, il a déclaré la tolérance zéro à tous les pirates. Par ailleurs, l’artiste Salif Kéïta pense que la seule solution pour lutter contre ce fléau, c’est de confier la gestion du BUMDA à une société privée.

La semaine nationale de mobilisation de lutte contre la piraterie avait dans son programme, hier, l'organisation de la conférence de presse animée par les acteurs de la culture, au siège du Bureau Malien du Droit d’Auteur (BUMDA). Il s’agissait du Directeur général du BUMDA, Andogoly Guindo, du chanteur Salif Kéïta, président de l’Union des Associations des Artistes, des Producteurs et Editeurs du Mali (UAAPREM)et M’Baye Boubacar Diarra, producteur. Le doyen Kardjigué Laïco Traoré était également au rendez-vous en tant que personne ressource. Pendant plus de deux heures d’horloge, les conférenciers ont échangé avec les journalistes sur la piraterie des ½uvres artistiques et littéraires au Mali afin de trouver des solutions contre ce fléau pour le plus grand bonheur de nos artistes.

Selon le Directeur général du BUMDA, le secteur des arts et de la culture occupe un tiers de la population active malienne et contribue au PIB dans une proportion substantielle. Mais, précisera-t-il, l’industrie créative au Mali en particulier la production littéraire et artistique est malade. « Elle paye non seulement le lourd tribut de la conjoncture économique et financière difficile mais elle est malade des lourdes conséquences que le piratage des ½uvres littéraires et artistiques fait peser sur elle » a-t-il souligné. Avant de préciser que : « nous assistons à une banalisation du phénomène de la piraterie par les populations. Combien sommes-nous à exiger le sticker du BUMDA en achetant un support d’½uvre ? Combien sommes-nous à refuser de télécharger gratuitement un fichier de musique ou de film ? Qui s’émeut de voir ces containers déverser leur contenu de cassettes, DVD, CD, VCD, made in China ou en provenance de Dubaï renfermant des ½uvres piratées de nos grands artistes ? ».

Pour M’Baye Boubacar Diarra, la lutte contre la piraterie est une lutte très complexe. Selon lui, les artistes ont été les premiers ambassadeurs du pays. « Cela fait plusieurs années que nous discutons sur la piraterie, malheureusement, nous n’avons toujours pas trouvé de solutions. Aujourd’hui, nous les producteurs, nous sommes très fatigués à cause de ce fléau. C’est pourquoi, la production des artistes se fait rare au Mali puisque le producteur dépense beaucoup pour faire une cassette et en contre-partie, il n’a rien parce que le produit est piraté. En réalité, nous n’avons pas vu venir la nouvelle technologie. L’internet est en train de tuer aussi notre musique » a déclaré M’Baye Boubacar.

Après avoir accusé l’Etat d’être le premier responsable, Salif Kéïta estime que la seule solution pour lutter contre la piraterie, c’est de privatiser le Bureau Malien du Droit d’Auteur. En d’autres termes, il s’agit de confier cette structure à une société privée. Il souhaite également que celui qui aura la chance de gérer cette société soit nommé par  les artistes.

Pour le Directeur général du BUMDA, toutes les mesures ont été prises pour mieux lutter contre la piraterie. Son objectif est de réduire le taux de la piraterie. C’est pourquoi, il a déclaré la tolérance zéro aux pirates. Selon lui, l’Etat perd plusieurs milliards de FCFA par an à cause de la piraterie.

Alou B HAIDARA

lutte

AFP

Les promesses de lutte contre le plomb arrivent trop tard pour les victimes

Les promesses de lutte contre le plomb arrivent trop tard pour les victimes

AFP

Le Niger élabore une politique de sécurité et lutte anti-terrorisme

Le Niger élabore une politique de sécurité et lutte anti-terrorisme

AFP

L'Afrique de l'Ouest et centrale

L'Afrique de l'Ouest et centrale

piraterie

Sécurité

Les pirates somaliens sont de retour dans le business d'otages

Les pirates somaliens sont de retour dans le business d'otages

AFP

L'Union Africaine réunie

L'Union Africaine réunie

AFP

La piraterie diminue dans le monde, sauf au large du Nigeria

La piraterie diminue dans le monde, sauf au large du Nigeria

gestion

AFP

Abus sexuels en Centrafrique: "mauvaise gestion flagrante" des Nations Unies

Abus sexuels en Centrafrique: "mauvaise gestion flagrante" des Nations Unies

AFP

Burkina: le gouvernement de la transition accusé de mauvaise gestion

Burkina: le gouvernement de la transition accusé de mauvaise gestion

AFP

Tunisie: le gouvernement défend sa gestion de la crise

Tunisie: le gouvernement défend sa gestion de la crise