mis à jour le

CREATION DE SOCIETES OFF-SHORE KARIM WADE, la ruse démantelée?

Le substitut du procureur près la cour de répression de l'enrichissement illicite (Crei), Antoine Diome, a soutenu, hier, lors du point de presse, sur l'affaire Karim Wade, que beaucoup de secteurs clés de notre économie sont détenus par les sociétés off-shore.


Le stratège Karim Wade, fils de l'ancien président du Sénégal, Abdoulaye Wade, a-t-il préparé, son coup, au moment où il était aux affaires, en dissipant ses preuves dans les paradis fiscaux. Après la déclaration du substitut du procureur, tout porte à croire que, M. Karim Wade, aurait bien senti le coup, au moment de monter ses affaires, en utilisant des sociétés prête-noms simples et des prête-noms opérationnels. D'ailleurs, soutient, M. Antoine Diome, «M. Karim Wade et compagnie ont aussi utilisé des contrats de franchise pour adosser leurs sociétés à de grands groupes mondiaux, afin d'utiliser leur renommée», tout en estimant que ces contrats de franchises sont dans le dossier d'accusation.
Aussi dit-il, l'objectif de cette pratique est d'utiliser les références et les noms commerciaux, en contrepartie du reversement d'un pourcentage du chiffre d'affaires annuelles. «C'est un élément essentiel du dossier», dira, M. Diome, indiquant que dans les pays où ils se sont rendus, dans le cadre de leur enquête pour regarder le registre des sociétés citées, ils se sont retrouvés avec d'autres noms de société, à la place de celles recherchées. Ainsi, soulignera-t-il : «ils font des montages qui font qu'il est difficile d'atteindre la personne propriétaire de ces sociétés citées dans le dossier, l'exemple patent est Dubaï Port world».
En effet, des sociétés off-shore sont des sociétés qui sont exemptes d'impôts et qui ne sont pas autorisées à s'engager dans des affaires dans la juridiction de constitution. Ce sont des sociétés non résidentes, par opposition aux sociétés dites on-shore. Ces sociétés sont souvent logées dans les paradis fiscaux comme les Iles Anglo-Normandes du Royaume Uni, les Bahamas aux Etats-Unis, le Luxembourg, la Suisse et les Iles Caïmans, entre autres. Dans ces pays, la notion de secret professionnel et donc de secret bancaire, est assez variable. Le principe commun est une obligation légale, pour les banquiers, de maintenir la confidentialité des informations obtenues sur leurs clients, lors de l'exercice de leurs fonctions. Les différences entre les législations se situent principalement dans les mécanismes de divulgation d'information.
Fara MENDY
REWMI QUOTIDIEN

Rewmi

Ses derniers articles: Remaniement ministériel du 1er Septembre : Comment Mimi Touré a court-circuité Eva Marie Coll  Aliou Cissé:  Nécrologie- Décès du journaliste Abdoulaye Sèye 

création

AFP

Radicalisation: Hollande pour la création d'un réseau francophone

Radicalisation: Hollande pour la création d'un réseau francophone

AFP

Côte d'Ivoire: Le président Ouattara annonce la création d'un poste de vice-président

Côte d'Ivoire: Le président Ouattara annonce la création d'un poste de vice-président

AFP

Electricité: création d'une vaste co-entreprise pan-africaine

Electricité: création d'une vaste co-entreprise pan-africaine