mis à jour le

Commission Dialogue et Réconciliation : Un organe mort-né ?

À peine mise en place, la commission Dialogue et Réconciliation (CDR), de par sa composition, fait l'objet des critiques les plus acerbes. Des organisations de la société civile crient à l'exclusion.

Mohamed Sokona, président Commission dialogue et réconciliation

C'est le décret n°2013-325/P-RM du 10 avril 2013, pris par le président de la République par intérim, Dioncounda Traoré, qui a achevé l’architecture de la commission Dialogue et Réconciliation en procédant à la nomination des trente commissaires (six femmes et vingt-quatre hommes) qui devront contribuer à la stabilisation du pays et à la réconciliation entre les communautés. Dix jours auparavant, le 30 mars, l'on avait assisté à la nomination du président et des deux vice-présidents de la structure.

Pour nombre d'organisations de la société civile, la composition de cette commission n'est pas représentative. C'est le cas notamment du Collectif des ressortissants du Nord (COREN). Cette organisation, très active dans la dynamique de sortie de crise, s'attaque gravement à la composition de la CDR, qui abriterait des membres des groupes armés. Le COREN s'est démarqué de la commission dans sa configuration actuelle. Son président, Malick Alhousseini, dans un communiqué en date du 12 avril 2013, relève avec amertume que « les critères avoués et non avoués ayant servi de socle à la nomination des membres de la commission de dialogue et de réconciliation portent en eux les germes de l’arbitraire, de la discrimination, du manque d’objectivité, et d’une grave complaisance qui ont fini par ôter à la commission ainsi créée toute sa quintessence, la réduisant ainsi à un simple strapontin ». « Nous nous connaissons. Nous nous connaissons entre nous. Les populations du Nord du Mali connaissent individuellement la moralité. Moi, je ne vous dirai pas de noms. »

Au sein de la commission siégeaient déjà deux personnalités proposées par le COREN. Mais pour Malick Alhousseini, ce n'est pas suffisant : « L’équité veut que l’on permette à certaines personnalités de siéger dans cette commission. »

Le collectif  pense que la CRD doit être représentative afin de préserver sa crédibilité. Le COREN, à l’instar de nombreux Maliens, estime que la moralité des hommes et des femmes devant siéger à la commission doit être irréprochable. Il ne cache pas la volonté à peine voilée du gouvernement de négocier, au nom de la réconciliation, avec le MNLA qui n’a pas encore renoncé à ses velléités indépendantistes, et avec Ansar Dine, le MUJAO et les trafiquants de drogue dont certains membres et suppôts figureraient au sein de la CDR. « Le premier jalon pour un dialogue fécond et une réconciliation vraie consisterait à écouter les populations du Nord », indique Malick Alhousseini, qui croit que « la réconciliation nationale se fera dans le cadre d’un dialogue inter et intracommunautaire sur une base saine et inclusive de respect, de mérite à l’égard de la patrie, de vérité et de justice ».

Au Collectif des patriotes (COPA), le son de cloche est le même. Ici, tous pensent que la mise en place de l'organe a été faite sans grande réflexion. Le président de ce mouvement, Makan Konaté, fustige la personnalité des membres de la présidence de la CDR. À commencer par le président lui-même, Mohamed Salia Soukouna, qui aurait négocié avec les rebelles le Pacte national alors qu'il était ministre de la Défense du Mali. « Dans ce pacte national, il était question d'un retrait massif et progressif des militaires de la région de Kidal afin que l'administration soit gérée dans cette région par les Touareg », explique-t-il.

Le COPA estime aussi que les épouses de militaires devraient être représentées dans la CDR. Telle qu'elle se présente, il juge que les conditions ne sont aucunement là pour permettre une vraie réconciliation : « Nous pensons que la réconciliation ne sera pas possible sur ce ton, et c'est pourquoi nous remettons en cause cette commission et demandons rapidement au président Dioncounda de revoir sa copie », indique Makan.

Par David Dembélé

Depechesdumali.com

Mali Web

Ses derniers articles: Atelier de concertation du HCR sur le retour des réfugiés et déplacés du Mali : Les acteurs en conclave pour la facilitation du processus  ORTM / Journal TV 20h du 15 Septembre 2013  L’étrangleur de Bagadadji étranglé 

commission

AFP

Gambie: l'ONU dénonce l'intervention au siège de la Commission électorale

Gambie: l'ONU dénonce l'intervention au siège de la Commission électorale

AFP

Génocide: une commission rwandaise accuse 22 officiers supérieurs français

Génocide: une commission rwandaise accuse 22 officiers supérieurs français

AFP

Soudan du Sud: une commission dénonce un niveau de violences "épouvantable"

Soudan du Sud: une commission dénonce un niveau de violences "épouvantable"

dialogue

AFP

Gabon: le dialogue politique voulu par Bongo se précise, sans Ping

Gabon: le dialogue politique voulu par Bongo se précise, sans Ping

AFP

Burundi: Face au dialogue bloqué, Mkapa veut un sommet de l'EAC

Burundi: Face au dialogue bloqué, Mkapa veut un sommet de l'EAC

AFP

Malawi et Tanzanie reprennent le dialogue sur un conflit frontalier

Malawi et Tanzanie reprennent le dialogue sur un conflit frontalier

réconciliation

AFP

Centrafrique: le pape monte dans sa papamobile devant la colombe de la réconciliation

Centrafrique: le pape monte dans sa papamobile devant la colombe de la réconciliation

AFP

Côte d'Ivoire: Ouattara prône la réconciliation peu avant la présidentielle

Côte d'Ivoire: Ouattara prône la réconciliation peu avant la présidentielle

AFP

Algérie: dix ans après le pardon, la réconciliation se fait attendre

Algérie: dix ans après le pardon, la réconciliation se fait attendre