mis à jour le

Niger: Issoufou et Ahmadinejad disent n'avoir pas "évoqué l'uranium"

Les présidents nigérien Mahamadou Issoufou et iranien Mahmoud Ahmadinejad ont affirmé mardi à Niamey n'avoir pas "évoqué" la question de l'uranium lors de leurs discussions au cours des dernières 48 heures.

"Le Niger est un pays producteur d'uranium, mais nous n'avons pas évoqué ça, aussi surprenant que cela puise vous paraître", a déclaré le président Issoufou lors d'une conférence de presse conjointe avec son homologue iranien.

En rappelant que "l'Iran produit lui-même de l'uranium", M. Issoufou a insisté sur le fait que "cette question relative spécifiquement à l'uranium n'a pas été évoquée" avec le président iranien qui achève mardi une visite de deux jours au Niger, l'un des plus grands producteurs mondiaux d'uranium.

"Nous sommes tous signataires du traité de non prolifération nucléaire et nous sommes tous d'accord qu'il faut que l'uranium serve au peuple, à la promotion de la vie et non pas à la destruction", a expliqué M. Issoufou.

"La réponse du président Issoufou est claire et suffisante", a pour sa part répondu Mahmoud Ahmadinejad, qui n'exclut cependant pas une coopération dans le domaine pétrolier avec le Niger.

Le Niger est producteur de pétrole depuis 2011 grâce aux chinois qui exploitent l'or noir dans l'est nigérien proche du Tchad.

"Si le Niger en fait la demande, nous serons aux côtés de nos frères du Niger", a dit Ahmadinejad.

Le président iranien s'est félicité "des discussions fructueuses, constructives et détaillées" avec M. Issoufou et l'a "invité en Iran pour poursuivre ces discussions".

Dans la matinée, les deux pays ont signé plusieurs accords économiques notamment, dans le domaine de la santé, du commerce et des infrastructures.

Mahmoud Ahmadinejad a aussi promis d'aider le Niger, pays désertique et souvent frappé par des crises alimentaires, à "développer et moderniser" son agriculture demeurée artisanale.

AFP

Ses derniers articles: Maiduguri, carrefour humanitaire en terre de Boko Haram  Les Jeux de la Francophonie, une première pour la Côte d'Ivoire  CAN-2019