mis à jour le

Discrimination et racisme : Les voyages en train et la SNCF selon Shimon Pérès…

Les quais de la gare du Nord, paris, septembre 2006 / REUTERS

La visite de Shimon Pérès à Paris le 10 mars 2013, dans le cadre de sa tournée européenne, est loin de n'avoir été qu'un 'hymne' à la Paix dans le monde et à l'acceptation religieuse et raciale, comme elle nous a été présentée...

Le 8 mars, le président israélien arrivait à Paris en provenance de Bruxelles, par le train Thalys, pour rencontrer des imams de France. Le syndicat Sud-Rail assure que cette visite en Gare du Nord a donné lieu à une sélection particulière du personnel : pas d'employés noirs et arabes dans les parages du cortège présidentiel !

« SNCF, voyager autrement »... sous apartheid ?

Un communiqué de Sud Rail (3e syndicat à la SNCF) nous apprend ainsi que le 8 mars 2013, un incident à caractère « raciste » a eu lieu lors du passage en Gare du Nord du chef de l'Etat israélien.

Pour son arrivée en Gare du Nord, dans un train Thalys en provenance de Bruxelles, la SNCF avait commandé trois porteurs à sa filiale ITIREMIA afin de s'occuper des bagages de la délégation israélienne. Là intervient le responsable de site qui, affirme le syndicat, se serait « lancé dans un étrange «marché » au sein du personnel, excluant les « Noirs et Arabes », car il ne fallait « pas de salariés musulmans pour accueillir le Chef d'Etat israélien. »

Devant l'indignation des salariés exigeant des éclaircissements, ce même responsable de site se contentera d'un simple « raisons de sécurité » et se lancera dans un imbroglio d'explication concernant la source de cet ordre, attribuant successivement la responsabilité de la décision au protocole de la Gare du Nord, à l'Ambassade d'Israël, au ministère de l'Intérieur... puis conjointement à l'Ambassade d'Israël et au ministère de l'Intérieur. Il semblerait cependant que ce soit la SNCF, elle-même, qui ait transmis des instructions, par courriel, au responsable de site ITIREMIA.

Mobilisés, les salariés d'ITIREMIA de Paris Nord enverront de suite une déclaration/pétition au Directeur de la filiale SNCF, dénonçant ces pratiques et rappelant aux sociétés qu'elles sont signataires de la « Charte de la diversité ».

Mais c'est au cours de la Réunion extraordinaire du 25 mars, initiée par les membres du CHSCT2, que des détails stupéfiants de l'affaire feront surface.

« Les Noirs et les Arabes » : des indésirables... présumés dangereux

Lors de cette réunion extraordinaire, le Directeur d'ITIREMIA avouera que « les critères de choix pour accueillir M. Pérès avaient été effectués en fonction de l'apparence des salariés. », reconnaissant finalement avoir fait « un choix confessionnel » parmi les salariés.

L'accès du train aurait ainsi été interdit au chef de bord qui était noir ; et le conducteur d'un autre train, d'origine maghrébine, aurait été empêché de rejoindre son poste.

Certaines sources officieuses vont jusqu'à faire allusion à l'utilisation d'un dispositif policier français, qui aurait été sélectionné sur la base de sa couleur de peau, pour accompagner le convoi.

Sommé de s'expliquer sur ces agissements, Le Directeur d'ITIREMIA prétextera un « principe de précaution » allant jusqu'à affirmer que cela était fait pour « protéger les salariés de vexations qu'ils auraient pu subir de la part du Service de Protection des Hautes Personnalités et/ou du Corps diplomatique.» !

Si la SNCF «dément  ces allégations» et affirme qu'elle n'a « [...] en aucun cas, émis de telles instructions auprès de son prestataire bagagiste, la société ITIREMIA», Sud Rail assure que « [...] le management de la filiale de la SNCF (ITIREMIA) a opéré dès le 6 mars un changement de planning, afin qu’aucun salarié musulman ne se retrouve au contact de la délégation israélienne en provenance de Bruxelles à 10h35 [le 8 mars]. »

La SNCF et les discriminations...  « Un progrès partagé par tous...sauf certains »

La Réunion extraordinaire déclenchera une enquête, décidée à l'unanimité par les membres du CHSCT, sur les accusations d'actes de discriminations à Paris Gare du Nord en marge de la venue du président israélien.

Si cette enquête suit actuellementson cours, il est intéressant de noter qu'elle est loin d'être la seule à venir ternir la réputation de la SNCF en matière de discrimination et racisme.

Ainsi, en mars 2012, plusieurs agents SNCF d'origine étrangère (africaine ou maghrébine) ont créé « Le collectif Droit à la différence », suite à des actes de discriminations et de harcèlement subis au sein de l’entreprise ; pointant du doigt en particulier un « racisme anti-musulman ».

En 2010, c'était déjà plus de 360 salariés et retraités qui avaient accusé la SNCF de discrimination. Souvent accusée de laxisme et d'immobilisme dans ce domaine, SCNF était-elle un terrain encore plus favorable à de tels agissements, qui aurait dû provoquer non la collaboration mais l'indignation de la direction.

Il serait peut-être temps que la SNCF mette en pratique son propre slogan : «  Le progrès ne vaut que s'il est partagé par tous » ...

La Tournée européenne de Pérez : une 'vision' particulière de la tolérance et de la paix entre les confessions...

A la une de cette affaire, on en oublierait presque que la visite de Shimon Pérès à Paris – dans le cadre de sa tournée européenne l'ayant conduit à Bruxelles et au Parlement européen à Strasbourg-...avait pour motif initial le plaidoyer pour la paix, entre les religions juive et musulmane (!).

Lors de sa rencontre avec des imams de France (dont le Franco-tunisien Hassen Chalghoumi), la veille des commémorations des tueries de Toulouse, il se dira « très impressionné par le courage » de ces responsables musulmans de France. Un respect qu'il ne semble malheureusement pas vouer à leurs compatriotes de la SNCF...

Faisant preuve ou d'amnésie (suite à son passage à la Gare du Nord) ou d'un cynisme patent, il promet « [...] d'½uvrer pour une vie commune entre chrétiens et musulmans, juifs, Palestiniens et Israéliens. », ajoutant qu'il y a « des gens qui disent que cela prendra beaucoup de temps,» mais que « Ce qui s’est passé en Europe peut se passer aussi au Proche-Orient et bien plus vite qu’on ne le pense. » Il faut effectivement admettre que cette dernière promesse aura au moins été tenue... ce qui se passe au Proche-Orient, semble également maintenant se passer en Europe et en France...

Les médias français : motus et bouche cousue jusqu'au 15 avril...

Chez les médias de masse, c'est silence radio... Il aura fallu attendre ce lundi 15 avril pour le voir enfin mentionné, alors que l'incident date déjà de plus d'un mois....

Pourtant, l'information avait déjà fait le tour des médias alternatifs depuis plusieurs jours et avait été relayée par différents blogs, notamment par René Naba, oumma, agoravox, etc.

Le syndicat Sud Rail, après avoir publié son communiqué le 13 mars 2013, n'a cessé de confirmer sa volonté de faire la lumière sur l'affaire et de condamner cet acte de racisme flagrant.

Lundi 15 avril 2013, branlebas de combat dans les médias 'mainstream', Le Nouvel-Observateur, Le Parisien, Le Point, Europe 1 (etc.) se joignent enfin à la danse...

Si l'on peut se féliciter que finalement l'incident ne passe pas à la trappe médiatique, comme cela a pu être le cas pour d'autres...on peut légitimement se demander pourquoi il n'apparait que maintenant ? Entre temps, suite à cette visite présidentielle, on n'aura eu droit qu'à d'élogieux « Pérès plaide pour la paix », en contradiction violente avec la réalité de son séjour en France.

Les associations contre le racisme et la discrimination ont, elles aussi, brillé par leur absence dans cette affaire... Où étaient les « MRAP, LICRA, SOS Racisme, et cie » si véhémentes et prompts à épingler toute forme de discrimination en d'autres occasions ?

Bruno Vergerolle, représentant syndical au CHSCTet responsable de la fédération de Sud-Rail, affirme que les « résultats de l’enquête devraient être connus rapidement ». En attendant, on peut toujours prendre au mot la SCNF, qui se targuait de « Donner au train des idées d'avance »... en lui en proposant une, fondamentale, celle du respect des droits de l'Homme.

1 – SNCF : Société Nationale des Chemins de Fer français
2 - CHSCT : Le Comité d’Hygiène, de Sécurité et des Conditions de Travail français

Nawaat

Ses derniers articles: Peut-on (encore) se passer des banques au quotidien en Tunisie?  En Tunisie, le "plus grand drapeau au monde" ne fait pas l’unanimité  Tunisie-Union européenne: une mise sous tutelle déguisée 

discrimination

AFP

"Chibanis": la SNCF dit son "profond respect" mais réfute toute discrimination

"Chibanis": la SNCF dit son "profond respect" mais réfute toute discrimination

AFP

SNCF: 800 "Chibanis" marocains demandent réparation pour discrimination

SNCF: 800 "Chibanis" marocains demandent réparation pour discrimination

Discrimination

En Australie, les migrants africains font face au racisme

En Australie, les migrants africains font face au racisme

racisme

AFP

Afrique du Sud: violents incidents sur fond de racisme dans le nord-ouest

Afrique du Sud: violents incidents sur fond de racisme dans le nord-ouest

Football

Le racisme anti-noir réapparaît avec violence à la CAN 2017

Le racisme anti-noir réapparaît avec violence à la CAN 2017

AFP

Le gouvernement tunisien appuie une loi pénalisant le racisme

Le gouvernement tunisien appuie une loi pénalisant le racisme

voyages

AFP

Tchad: l'ONU demande des comptes sur les voyages d'un Centrafricain sanctionné

Tchad: l'ONU demande des comptes sur les voyages d'un Centrafricain sanctionné

AFP

Touristes mexicains tués en Egypte: l'agence de voyages pointée du doigt, selon Mexico

Touristes mexicains tués en Egypte: l'agence de voyages pointée du doigt, selon Mexico

AFP

Afrique du Sud: Desmond Tutu annule ses voyages pour combattre le cancer

Afrique du Sud: Desmond Tutu annule ses voyages pour combattre le cancer