mis à jour le

Traque des biens mal acquis : Le procureur Alioune Ndao assomme la «république» de Karim Wade

Après un mois de mise en demeure de l'ancien ministre d'Etat, Karim Wade, ses avocats avaient fournis hier des justificatifs au procureur de la cour de l'enrichissement illicite Alioune Ndao concernant sa fortune personnelle estimée à près 700 milliards. Comme réponse, Karim Wade a pondu 47 pages. Pour insuffisance de preuves, le procureur Alioune Ndao a ordonné l'arrestation de Karim et ses acolytes : Bibo Bourgi, Cheikh Diallo, Pierre Agbogba, Mamadou Pouye. Ils passent ainsi leur première nuit à la section de recherche de la gendarmerie de Colobane. Des matelas leur ont été affectés.

L'affaire Karim Wade a connu une très grande évolution hier, entre 11 heures et 16 heures. Ses avocats se sont présentés aux environs de 11 heures 20 mn à la cour de répression de l'enrichissement illicite pour fournir des informations complètes sur l'origine de la fortune de leur client. Mais, selon une source proche de la (Crei), l'ambiance était électrique entre les avocats de Karim Wade et le procureur, sur certaines accusations. Au sortir de ce face à face avec le procureur, les avocats se sont offusqués du temps, pas suffisant, selon eux, de 30 jours imparti à leur client, qui n'a d'ailleurs pas fait le déplacement, pour justifier sa fortune. Selon Me Ciré Clédor Ly, «sur un dossier préparé pendant sept à neuf mois par un état avec tous ses moyens, on vous demande, en 48 heures, de prendre connaissance et de photographier mentalement toutes les pièces rassemblées, souvent des fausses pièces et d'avoir 30 jours, seulement, pour répondre à ces accusations, je pense le délai n'était pas du tout raisonnable». Auparavant, l'avocat, avait jugé toutes les accusations contre Karim Wade de bidons.
Karim balance un communiqué
Juste après cette déclaration d'un des avocats de Karim Wade, à 13 heures, un communiqué signé par le fils de l'ancien président de la république, Abdoulaye Wade, est envoyé dans plusieurs organes de presse pour dénoncer les accusations qui pèsent sur lui. «J'ai été injustement accusé, calomnié, privé de ma liberté, d'aller et de venir et de l'affection de mes enfants et de mes proches. L'histoire de notre pays prouve que notre peuple, à juste titre, n'a jamais toléré l'injustice et qu'il l'a toujours sanctionnée, en faisant prévaloir la vérité», dénoncera Karim Wade, avant de prouver l'origine de sa fortune. «Monsieur le procureur spécial, votre enquête a permis d'établir, au moins, une chose que les gens de bonne foi savaient : le président Abdoulaye Wade a dirigé le Sénégal, pendant 12 ans, percevant, chaque année, les fonds que l'Assemblée nationale, le plus régulièrement du monde, mettait à sa disposition, sous forme de fonds politiques, de fonds d'aide et d'assistance, auxquels s'ajoutaient des fonds personnels des amis nantis, soit cumulés, des dizaines de milliards. S'agissant de ces fonds, sa famille n'en a jamais profité. Nous n'avons ni immeuble au Sénégal, c'est une maison familiale qui est en train d'être agrandie et rénovée au Point E, à Dakar, à laquelle s'ajoute celle située à Sicap, Rue 10, et une maison en construction à Touba. Nous n'avons pas d'appartement à Avenue Foch à Paris, ni propriété dans la vallée Chevreuse, ni sur les bords de la Loire», a-t-il rectifié.
L'arrestation de Karim Wade
Après ce communiqué de l'ancien ministre d'Etat Karim Wade, le procureur aurait jugé les procédures, les déclarations de ses avocats Karim Wade de «comédie» et est passé à la vitesse supérieure. Et selon nos informations, Karim Wade a servi toutes ses réponses sur 47 pages contre 3000 pages d'accusations du procureur. C'est ainsi qu'aux environs de 16h 22mn, les éléments de la brigade de recherches de la gendarmerie de Colobane ont investi le domicile familial de Karim, aidés par des éléments qui avaient infiltré les militants libéraux, sur les lieux, depuis 12 heures, pour le cueillir. Sous les regards impuissants de ses militants et sympathisants, Karim Wade a été conduit dans les locaux de la Section de recherches de la Gendarmerie de Colobane, en même temps que d'autres de ses proches, parmi lesquels, Bibo Bourgi, Cheikh Diallo, patron de CD-Média, Pierre Agbogba, Mamadou Pouye. Des interpellations intervenues quelques heures après la remise, par les avocats du fils de l'ancien président, d'un dossier contenant les justificatifs sur l'origine de ses avoirs auprès de la cour d'enrichissement illicite (Crei). Ils ont passé leur première nuit de garde-à-vue dans les locaux hyper-protégés de la gendarmerie de Colobane.
KHALIL DIEME

REWMI QUOTIDIEN

traque

AFP

Le Sénégal promet une traque "sans répit" après le massacre de 13 jeunes en Casamance

Le Sénégal promet une traque "sans répit" après le massacre de 13 jeunes en Casamance

AFP

Traque d'opposants en Egypte: des juges enquêtent sur une société de cybersurveillance française

Traque d'opposants en Egypte: des juges enquêtent sur une société de cybersurveillance française

AFP

Centrafrique: fin de la traque contre Kony pour les forces américaines

Centrafrique: fin de la traque contre Kony pour les forces américaines

biens

AFP

Sénégal: la justice française refuse

Sénégal: la justice française refuse

AFP

Gabon: saisie de biens chez l'opposant Jean Ping dans une affaire de diffamation

Gabon: saisie de biens chez l'opposant Jean Ping dans une affaire de diffamation

AFP

Nigeria: vers une saisie par les Etats-Unis de biens de pétroliers corrompus

Nigeria: vers une saisie par les Etats-Unis de biens de pétroliers corrompus

procureur

AFP

Procès d'opposants en Guinée équatoriale: le procureur demande la dissolution du parti CI

Procès d'opposants en Guinée équatoriale: le procureur demande la dissolution du parti CI

AFP

Afrique du Sud: la nomination du procureur général, proche de Zuma, annulée

Afrique du Sud: la nomination du procureur général, proche de Zuma, annulée

AFP

Meurtre de deux experts de l'ONU: Guterres dépêche un procureur en RDC

Meurtre de deux experts de l'ONU: Guterres dépêche un procureur en RDC