mis à jour le

ARRESTATION DE KARIM WADE : Et de deux pour Thierno Alassane Sall le « Sabre ? » de Macky

Thierno Alassane Sall va désormais foutre la trouille à ses prédécesseurs. Il passe pour l'homme qui débusque les cafards de ceux qui doivent aller en prison après la seconde alternance. Ndongo Diaw et Karim Wade l'ont appris à leur dépend. Le premier nommé est en prison depuis 10 mois suite à une plainte déposée par son remplaçant à la tête de l'Artp, Thierno Alassane Sall. Le second a été cueilli aujourd'hui même chez lui au quartier de Point E par la gendarmerie, un mois après la sortie accusatrice de son « successeur » au ministère des infrastructures et des transports.

Serigne Mbacké Ndiaye avait prévenu qu'ils (les dignitaires de l'ancien régime) risquaient tous la prison si Wade perdait le pouvoir. Tout le monde s'y attendait, mais il fallait d'abord y mettre la forme. La personne la mieux indiquée pour lancer l'assaut était Thierno Alassane Sall, ingénieur en télécoms et en aviation civile.

L'Assaut contre Ndongo Diaw ex Dg de l'Artp

Nommé à la tête de l'Agence de Régulation des télécommunications et des postes (Artp) en remplacement de M. Diaw, 1 mois après l'élection de Macky Sall, Thierno Alassane Sall n'a pas mis du temps pour lancer le rouleau compresseur contre M Diaw. Le mercredi 30 Mai 2012, soit 1 mois après sa nomination, il tient une conférence de presse lors de laquelle, il disait : « Suite à des audits internes approfondis, je suis en mesure de vous fournir des éléments factuels, documentés et irréfutables qui me conduisent à certaines décisions.

Tout d'abord, je voudrais vous informer que l'Autorité de Régulation des Télécommunications et des Postes a déposé, hier mardi 29 mai 2012, une plainte contre X pour Détournement de deniers publics ; Complicité de détournement de deniers publics ; Escroquerie portant sur des deniers publics ; Complicité d'escroquerie portant sur des deniers publics ». Le sort de Ndongo Diaw venait d'être scellé. Moins de 3 semaines après, il est cueilli ; depuis, il séjourne à la maison d'arrêt de Rebeuss.

Pendant que Thierno Alassane Sall « finissait son boulot » à l'Artp, Mor Ngom l'attendait calmement au ministère des infrastructures et des transports. Ndongo Diaw emprisonné, sa mission été accomplie. Il fut alors promu ministre de l'équipement et des transports terrestres. Les plus avisés prédisaient le même sort à Karim Wade.

L'heure de l'offensive contre Karim avait sonné

Le fils du Président, soupçonné de s'être enrichi de manière illicite, était régulièrement convoqué à la gendarmerie pour les besoins de l'enquête sur les biens supposés mal acquis. La population commençait à décrier une certaine lenteur dans ce dossier, le gouvernement s'emmêlait les pinceaux avec des déclarations contradictoires de Aminata Touré garde des sceaux et Abdou Latif Coulibaly ministre porte-parole du gouvernement, mais aussi de Abou Abel Thiam et Me El Hadj Diouf respectivement porte-parole du président et avocat de l'Etat. Il fallait redorer le blason de l'Etat dans cette affaire.

Le lundi 18 mars, Thierno Alassane Sall ouvre le bal de « la campagne médiatique d'envergure » contre Karim Wade par une conférence de presse. Il disait : « Il y a un monsieur nommé Karim Wade, qui veut siphonner l'argent du pays à partir des entreprises fictives qui ont connu des défaillances dans le montage... Un mécanisme a été mis en place pour cacher les véritables propriétaires des différentes entreprises qui opèrent à l'aéroport Léopold Sédar Senghor ou ailleurs. Derrière Daport (société chargée de la gestion de l'aéroport de Dakar), on voit qu'il y a un citoyen allemand et une société basée dans un paradis fiscal, qui détient 90% des parts de Daport. C'est une société de transmission de données qui n'a rien à voir avec l'exploitation aéroportuaire et vaut 90 millions de francs pour gérer une structure qui, au moment de la construction, vaut elle-même plus 400 milliards de francs». Il poursuit ses accusations en soutenant : «120 milliards ont été déjà payés sur la base de la Redevance de développement des infrastructures aéroportuaires (Rdia) et dont l'exploitation va générer des bénéfices nets annuels de plus de 7 milliards. C'est proprement inacceptable. Mieux ou pire, parce que l'aéroport de Dias tarde à être au rendez-vous, un autre mécanisme a été mis en place, pour faire en sorte que Daport, sans appel d'offres, puisse assister les aéroports du Sénégal dans l'exploitation et la gestion. De juillet 2009 à décembre 2011, 2,8 milliards ont été facturés dont 2,4 milliards recouvrés par Daport». Il conclut en disant : « «C'est une question de sécurité d'Etat que de laisser Karim Wade aller et venir». Il venait ainsi de lancer l'assaut final contre l'ex tout puissant « ministre du ciel et de la terre ».

Sa deuxième victime venait de tomber, en atteste le titre du journal Libération du jeudi 21 mars : « j'ai déjà préparé ma valise, je sais que je vais en prison », dixit Karim Wade. Depuis, les choses se sont accélérées contre le fils de l'ex président. Il fallait un « sabre » pour sa tête, on venait de le trouver en la personne de Thierno Alassane Sall après près de 8 mois de tergiversation. Les titres des journaux attestaient l'arrestation imminente de Karim. Le journal l'As, la Tribune et le Populaire, pour ne citer que ceux-là, titraient respectivement « Karim Wade condamné par Thierno Alassane Sall » « Thierno Alassane Sall fait le procès de Karim » « Effarante révélations sur un pillage organisé : le ministre des transports (Thierno Alassane Sall ndlr) démêle l'écheveau de milliards et de sociétés écrans de Karim».

Notre confrère Assane Samb du quotidien direct info n'avait pas manqué de s'offusquer : «Ce que nous ne comprenons pas, c'est que des « Procureurs spéciaux » ad hoc, naissent de toutes parts dans l'appareil d'Etat. Le dernier en date a été hier (le lundi 18 Mars 2012), le Ministre des Infrastructures et des Transports, Thierno Alassane Sall. Après une longue interview dans un quotidien de la place, convoque les journalistes pour marteler des arguments « d'enquête » pour enfoncer un suspect, objet d'une mise en demeure. Nous ne savions pas que M. Sall était « Procureur spécial ad hoc ». Nous ne savions pas qu'il était au fait des dossiers des enquêtes judiciaires même si celles-ci concernent les dossiers de départements sous sa tutelle», écrivait le journaliste.

Karim Wade en prison, la «deuxième mission » du « sabre » de Macky Sall vient d'être accomplie.
Même s'il est réputé compétant, rigoureux et intègre, le Coordonnateur de la Convergence des cadres de l'Alliance pour la République (APR) commence à porter la réputation d'être le « sabre » du président Macky Sall pour les potentiels locataires de la prison de Rebeuss.

Ndongo Diaw et Karim Wade emprisonnés, à qui le tour ? « Le sabre de Macky Sall » sera sans doute promu ailleurs, certainement pas dans un département où il sera question d'élucider les fameux fonds Taiwanais.

REWMI.COM/MK

Rewmi

Ses derniers articles: Remaniement ministériel du 1er Septembre : Comment Mimi Touré a court-circuité Eva Marie Coll  Aliou Cissé:  Nécrologie- Décès du journaliste Abdoulaye Sèye 

arrestation

AFP

Rwanda: arrestation de responsables de deux partis d'opposition

Rwanda: arrestation de responsables de deux partis d'opposition

AFP

Égypte: arrestation de 12 membres d'un réseau de trafic d'organes

Égypte: arrestation de 12 membres d'un réseau de trafic d'organes

AFP

Cameroun: arrestation de 5 "indépendantistes" anglophones

Cameroun: arrestation de 5 "indépendantistes" anglophones

Wade

AFP

Sénégal: l'ex-président Wade renonce

Sénégal: l'ex-président Wade renonce

AFP

Législatives au Sénégal: l'ex-président Wade appelle

Législatives au Sénégal: l'ex-président Wade appelle

AFP

Législatives/Sénégal: l'ex-président Wade rentre

Législatives/Sénégal: l'ex-président Wade rentre

Alassane

Lefaso.net

Alassane D. Ouattara deux ans après : détermination économique et flexibilité politique (2/2)

Alassane D. Ouattara deux ans après : détermination économique et flexibilité politique (2/2)

Lefaso.net

Alassane D. Ouattara deux ans après : détermination économique et flexibilité politique (1/2)

Alassane D. Ouattara deux ans après : détermination économique et flexibilité politique (1/2)

La Rédaction

Visite du Premier ministre en Côte d’Ivoire : RECONNAISSANCE DU PEUPLE MALIEN A LA CEDEAO ET A ALASSANE OUATTARA

Visite du Premier ministre en Côte d’Ivoire : RECONNAISSANCE DU PEUPLE MALIEN A LA CEDEAO ET A ALASSANE OUATTARA