mis à jour le

L’oléiculture, un secteur à développer pour une meilleure compétitivité

Au Maroc, comme dans la plupart des pays méditerranéens, l'olivier n'est pas un arbre quelconque, mais il a une valeur symbolique. Ce n'est pas seulement un produit mais une source de travail pour des milliers de familles. Elément essentiel de leur alimentation, l'olivier fait partie intégrante du paysage, des activités économiques et de la vie sociale des méditerranéens.

Jeudi 11 avril 2013 s'est tenue la troisième édition du Forum de l'Investissement dans le Secteur Oléicole au palais des congrès à Skhirat.

Organisé à l'initiative du Crédit Agricole du Maroc, cet événement a permis de créer un espace d'échange d'idées et d'expériences fructueux, entre chercheurs, développeurs, et professionnels du secteur.

Le forum était aussi l'occasion de faire le point sur les réalisations qui ont été accomplies dans le cadre du Plan Maroc Vert, des avancées de la recherche agronomique, des perspectives du développement, ainsi que des nouvelles opportunités d’investissement dans la filière oléicole.

«L'oléicole doit être vu comme un mode de vie, c'est une filière prometteuse qui a besoin d'investissement, de mécanisation et de prise charge»  remarque Tariq Sijilmassi, directeur général du Crédit Agricole Maroc.  « Il faut que le «Label Maroc» de l'huile d'olive soit reconnu à l’échelle mondiale », poursuit-il.

Lors de son intervention, Hassan Zouhri, du ministère de l'Agriculture, a précisé que l'oléicole représente la principale source de revenus pour près de 450 000 exploitations, générant 1,5 milliard de dh/an.

Les huiles d'olive marocaines sont faiblement présentes à l'international. Selon M. Zouhri, la productivité moyenne à l'hectare reste encore faible, actuellement de 1,2 T/ha, contre 12 T/ha dans les vergers intensifs.

Dans le cadre du Plan Maroc vert, le Royaume compte augmenter son exportation d'huile d'olive à 120 000 T, contre 60 000 aujourd'hui, à l'horizon 2020.

La consommation mondiale d'huile d'olive a augmenté et s'est étendue. De nouveaux pays sont devenus demandeurs de ce produit, réputé pour ses nombreux bienfaits pour la santé, à l'instar de la Chine, du Brésil, ou encore des USA.

Aujourd'hui, l'Union Européenne reste le plus grand consommateur mondial d'huile d'olive, avec la Russie en tête du classement des principaux importateurs (plus de 25 000 T exportées en 2012).

Lors de cette rencontre, une convention a été signée entre le groupe Crédit agricole Maroc et l’Association marocaine des importateurs de matériel agricole pour faciliter le financement du matériel agricole.

L’huile d’olive bénéficie d’une image positive et les qualités nutritionnelles du produit sont une de ces forces. Ce secteur devra être développé pour un rendement plus efficace et une meilleure compétitivité.

 

A.Loudni 

 

La Nouvelle Tribune

Ses derniers articles: Peinture : Patrick Jolivet  Le Maroc renforce ses capacités de production en énergie solaire  Plus de 51.000 bénéficiaires de l’Initiative royale “Un million de cartables” 

secteur

AFP

Au Nigeria, le secteur aérien est dans la tourmente

Au Nigeria, le secteur aérien est dans la tourmente

AFP

Togo: le secteur du phosphate

Togo: le secteur du phosphate

AFP

Afrique: le secteur minier frappé de plein fouet par la chute des cours

Afrique: le secteur minier frappé de plein fouet par la chute des cours