mis à jour le

Présence des forces étrangères sur notre sol : La recolonisation du Mali

Maintenant, les Maliens doivent aller au bout de leurs idées. Ce qui se passe à Kidal n'est rien d'autre que le plan de la France qu'elle a mis en chantier avant l'accession de notre pays à l'indépendance, exactement après la Loi-Cadre de Gaston Defferre. Ce plan, mis en place par la France, n'avait pas marché sous la première République. Il a été surtout mis en ½uvre sous le régime des «démocrates». Ce qui se passe à Kidal et dans tout le nord du Mali, si nous faisons allusion aux 13 tonnes d'armes saisies dans la vallée d'Inaïs dans le secteur de Gao par l'armée française et l'armée malienne, nous pousse à se poser quelques questions. Quelle a été la présence de nos services de sécurité et de notre administration dans cette zone du Mali pendant plus de 20 ans ?

 

Il faut voir la part de notre administration et de nos forces de sécurité. Il faut se poser la question, si réellement, elles ont eu à bien remplir leur mission sacrée. Ce qui s'est passé au nord de notre pays, n'a pas seulement été un travail d'une année c'est-à- dire tout juste après le 22 mars 2012. La stratégie de stocks d'armes, de carburants, a été une stratégie de plusieurs années. Le Mali a été victime d'un complot intérieur et extérieur. Le Mali a été trahi par ses propres fils qui ont eu la chance de le diriger sur les plans administratifs, de défense et de sécurité.

 

A Kidal, la France est présente à côté des rebelles sécessionnistes du Mouvement national pour la libération de l'Azawad (MNLA). Au même moment, il y a le MIA (Mouvement islamique de l'Azawad) à Kidal qui est une branche d'Al-Qaïda au Maghreb islamique (AQM). Les attentats contre les soldats tchadiens peuvent être attribués à l'ensemble des forces terroristes présentes au nord (MIA, AQMI, MUJAO). Sur AFRICA 24, lorsque les troupes tchadiennes sont rentrées à Kidal, les jeunes du MNLA avaient directement manifesté contre elles et les considèrent comme ennemies. C'est ce qui doit pousser et la France et le Tchad à revoir leur position vis-à-vis du MNLA et de ses alliés. Les forces franco- tchadiennes ne doivent pas cohabiter avec les  forces du MNLA dans le nord de notre pays.

 

En réalité, la France est en train de renforcer les positions du MNLA au nord de notre pays. La France veut piéger les Maliens et ces derniers doivent être vigilants. Si l'aide de la France est une condition pour que les Maliens discutent avec le MNLA, ils doivent refuser cela. Les Maliens doivent se débattre. La vie est un combat, a dit le poète et il faut se débattre tant qu'on vit. En réalité, ce qui se passe à Kidal n'est rien d'autre qu'un renforcement du MNLA et sur le plan militaire et sur le plan politique et médiatique. La France joue en fait à notre recolonisation. Pour cela, un leader religieux a reçu une médaille. Cela nous rappelle la colonisation française du XIXème siècle. Tous les marabouts qui ne jouent pas le jeu de la mère-patrie seront sacrifiés.

 

Nous n'apprécions pas la presse malienne qui n'a pas eu à poser une seule question au ministre français des Affaires étrangères, M. Laurent Fabius, lors de son passage à Bamako sur la question de Kidal. C'est le moment pour la presse malienne de stigmatiser la France sur ce qu'elle fait à Kidal. Les alentours de Ménaka aussi n'inspirent aucune confiance selon les informations que nous lisons à travers la presse. Les foires des alentours de Ménaka sont toujours sujettes d'exactions contre les Noirs de la part des hommes du MNLA. Les harcèlements de ces derniers peuvent être les causes de troubles économiques car une zone sans foire, c'est la désolation.

 

Si le président Laurent Désiré Kabila avait dit que sa guerre contre le Rwanda n'est pas une petite guerre, celle du nord de notre pays est loin d'être finie. Elle n'est pas aussi une petite guerre. Ce que nous voyons à l'horizon, c'est une insécurité résiduelle comme en Irak. Il faut prévoir de gros moyens à notre armée nationale. Il ne faut pas badiner avec la sécurité du pays. Pour cela, il faut de grands nationalistes à la tête de toutes nos institutions. Le Mali n'a plus besoin d'être dirigé par des criminels à col blanc, des couards et des girouettes.

 

Au Mali, on veut tout rafistoler sans s'attaquer à la vraie cause des problèmes. Déjà, le Collectif des ressortissants du nord (COREN) crie au scandale avec la nomination des membres de la Commission «Dialogue-Réconciliation». Il faut écouter le COREN et ne le marginaliser pas même si nous avions des griefs contre lui. Le passé doit nous servir de leçons. Si nous avions en mémoire les déclarations de Mohamed Bazoum sur RFI, il avait dit que les autorités antérieures n'avaient pas associé l'armée dans la gestion de la rébellion. C'est le moment d'associer l'armée avec la présence de très bons officiers même s'ils ne sont pas en activité au sein de la Commission Dialogue et Réconciliation.

 

Quand les Maliens disent de regarder le Mali d'abord pour aller à la réconciliation et en laissant de côté leurs querelles, ceci ne doit passer les amener à aller à l'essentiel. Ils doivent régler leurs problèmes dans la globalité et dans les détails. Mais nous voyons que nos problèmes restent entiers. Nous voyons la vérité et nous passons à côté. Mais la roue de l'histoire n'appartient à personne mais à Dieu.

 

Nous avons appris que notre administration a commencé à prendre place au Nord. C'est le moment de rappeler à nos administrateurs à la bonne gouvernance. Cette bonne gouvernance s'adresse à tous les cadres du Mali et à tous les niveaux. Chacun doit jouer pleinement son rôle et remplir sa mission qui lui ait confiée. Il ne faut plus tomber dans les arnaques du passé.

 

Que Dieu sauve le Mali et son peuple. Amine.

 

Yacouba ALIOU

Mali Web

Ses derniers articles: Atelier de concertation du HCR sur le retour des réfugiés et déplacés du Mali : Les acteurs en conclave pour la facilitation du processus  ORTM / Journal TV 20h du 15 Septembre 2013  L’étrangleur de Bagadadji étranglé 

recolonisation

Cinéma

Que les blancs recolonisent l'Afrique!

Que les blancs recolonisent l'Afrique!

Mali

AFP

La Côte d'Ivoire envoie 150 hommes

La Côte d'Ivoire envoie 150 hommes

AFP

Huit soldats maliens tués dans une attaque dans le centre du Mali

Huit soldats maliens tués dans une attaque dans le centre du Mali

AFP

Le Mali achève l'installation des chefs intérimaires dans le Nord

Le Mali achève l'installation des chefs intérimaires dans le Nord