mis à jour le

Trois mois d’opération militaire au Mali : Après Serval, « Gustav »

Trois mois après le déclenchement de l'opération Serval, la situation sécuritaire du nord du Mali s'est nettement améliorée, malgré l'enregistrement d'attentats kamikazes et d'une guérilla urbaine. Cette opération militaire qui, au départ, avait pour principal objectif de donner un coup d'arrêt à l'avancée jihadiste vers le sud du Mali, s'est transformée au fil des semaines en une opération de longue durée.

En effet, même si les troupes françaises se retireront progressivement pour ne laisser qu'une force de 1000 hommes, la MINUMA, constituée de troupes africaines mais aussi étrangères, prendra le relai.

En trois mois, les troupes françaises ont infligé de lourdes pertes aux groupes jihadistes et ont détruit leur base. Principal groupe armé visé, AQMI, car considéré comme le noyau dur de toute la nébuleuse terroriste islamiste mais aussi comme une menace directe pour l'occident.

Plus de 600 terroristes, sur les 1500 à 2000 combattants radicaux identifiés, ont ainsi probablement été éliminés, des stocks d’armes, de munitions et de carburant ont été détruits.

Des chefs, comme Abou Zeid, ont été éliminés. En substance, les groupes jihadistes ont été renvoyés cinq ou dix ans en arrière, mais, ils n'ont pas été totalement neutralisés.

La semaine dernière, l'armée française a lancé une nouvelle opération au nord de Gao, baptisée « Gustav ». Elle est l’une des plus importantes en termes d’effectifs engagés depuis le début du conflit au Mali en janvier. Elle a mobilisé un millier d’hommes, plusieurs dizaines de blindés, des hélicoptères, de l’artillerie, des drones et de l’aviation selon le général Barrera, commandant de la composante terrestre de Serval. L'opération s'est déroulé dans une vallée, située dans une région vaste qui fait 20 kilomètres de long constituée de zones vertes où il est facile de se cacher.

A noter que, c'est à Gao que le Mali a enregistré le premier attentat kamikaze de son histoire. Cet attentat a été suivi de plusieurs autres affrontements entre troupes franco-malienne et jihadistes. La dernière en date a eu lieu il y a trois semaines et a fait sept morts dans le rang des terroristes.

Selon l'armée française, Gao sert de base logistique aux groupes jihadistes. Lors de l'opération « Gustav », qui vient de prendre fin aucun combat n'a eu lieu. Mais, plusieurs armes ont été découvertes et récupérées par les soldats français. Environ 340 obus et roquettes de gros calibre, ont également été saisis.

 

Ahmed M. THIAM

Mali Web

Ses derniers articles: Atelier de concertation du HCR sur le retour des réfugiés et déplacés du Mali : Les acteurs en conclave pour la facilitation du processus  ORTM / Journal TV 20h du 15 Septembre 2013  L’étrangleur de Bagadadji étranglé 

militaire

AFP

Egypte: Trump envisage de relancer l'aide militaire américaine

Egypte: Trump envisage de relancer l'aide militaire américaine

AFP

Burkina: un véhicule militaire saute sur un engin explosif

Burkina: un véhicule militaire saute sur un engin explosif

AFP

Fillettes agressées au Burkina: un militaire français condamné

Fillettes agressées au Burkina: un militaire français condamné

Mali

AFP

Le Mali juge l'ex-chef de la "police islamique" de Gao

Le Mali juge l'ex-chef de la "police islamique" de Gao

AFP

Libération du Sud-Africain enlevé au Mali par Al-Qaïda en 2011

Libération du Sud-Africain enlevé au Mali par Al-Qaïda en 2011

AFP

L'otage sud-africain détenu par Al-Qaïda au Mali "va bien", selon son père

L'otage sud-africain détenu par Al-Qaïda au Mali "va bien", selon son père