mis à jour le

 Un manifestant prie devant des militaires sur la place Tahrir au Caire le 5 février 2011. REUTERS/Yannis Behrakis
Un manifestant prie devant des militaires sur la place Tahrir au Caire le 5 février 2011. REUTERS/Yannis Behrakis

Egypte: l'armée accusée, Morsi à la rescousse

Un récent rapport commandé par le président Morsi accable l'institution militaire égyptienne.

En Egypte, certains signes évoquaient des tensions entre l’institution militaire, qui était au pouvoir depuis les années 1950, et l’organisation des Frères musulmans, dont est issu Mohamed Morsi, le président élu l’été dernier.
Certains des opposants à Morsi appelaient même récemment les Frères à abandonner le pouvoir à l’armée. Mais cette semaine le Président a vigoureusement défendu l’institution militaire contre les accusations portées contre elle pour ses bavures ou atrocités commises pendant la révolution et la période de transition.

Tensions

Pourtant les relations entre l’armée et les Frères musulmans n’ont pas toujours été des plus cordiales. Les Frères musulmans ont longtemps été bannis de l’armée. Les militaires ont vu d’un mauvais œil toute tentative récente de «frériser» l’armée. Ces derniers mois, beaucoup de ceux qui appellent à la démission du président Mohamed Morsi, élu en juin dernier et issu des Frères musulmans, disent voir le retour de l’armée au pouvoir comme la seule solution pour retrouver la stabilité. Encore ce vendredi, des centaines de personnes ont manifesté à Alexandrie en ce sens.

Qui plus est, l’armée ne se laisse pas oublier non plus: lors des incidents de décembre dernier, lorsque pro et anti-Morsi s’affrontaient devant le palais présidentiel, le CSFA (Conseil suprême des forces armées) avait annoncé inviter la Présidence et les forces d’opposition à un dialogue national.
Lors des émeutes des mois de février-mars dans les villes du Canal de Suez et notamment Port-Saïd, l’armé a investi les villes et n’a pas fait respecter le couvre-feu demandé par la Présidence.

Armée accusée, président à la rescousse

Récemment, des fuites de la Commission d’enquête sur les violences commises pendant la révolution et sous le règne du Conseil suprême des forces armées (CSFA) ont impliqué les forces armées dans des arrestations illégales, disparitions, et torture. L’armée a nié en bloc et s’est dite calomniée. Le président a soutenu l’armée en déclarant «campagne de diffamation éhontée contre l’armée». Il a ajouté que «toute atteinte à l’armée est une atteinte à nous tous» et il a même félicité l’armée pour avoir au contraire protégé l’Egypte pendant la révolution. Il a aussi promu

Pourtant, la Commission d’enquête a été mise en place par le président l’année dernière, pour répondre à la volonté populaire de demander des comptes pour les morts et les disparitions de la révolution et pour les violations commises sous le pouvoir du CSFA qui avait gouverné l’Egypte après la chute de l’ancien président Hosni Moubarak.
Les résultats de cette enquête lui avaient été présentés en janvier mais n’avaient pas été divulgués au public. Le Président avait chargé un «parquet de la révolution» de réagir, mais il n’a jusqu’à présent pris aucune mesure.

Sophie Anmuth

Les billets du blog Nouvelles du Caire

Sophie Anmuth

Sophie Anmuth.

Ses derniers articles: al-Jazeera et l'Egypte: la fin agitée d’une brève histoire d'amour  Les Egyptiens font le gros dos en attendant que ça se passe  Les Frères musulmans oublient qu'ils ont été anti-révolutionnaires 

armée égyptienne

Sissimania

Pourquoi les intellos égyptiens sont fans de Sissi

Pourquoi les intellos égyptiens sont fans de Sissi

Libertés

Vous ne pourrez bientôt plus manifester en Egypte

Vous ne pourrez bientôt plus manifester en Egypte

Guéguerre

La contre-attaque d'Al-Jazeera

La contre-attaque d'Al-Jazeera

Mohamed Morsi

Incarcération

L'étrange mort d'un Français dans une prison du Caire

L'étrange mort d'un Français dans une prison du Caire

chaos

Egypte: le retour des attentats à la voiture piégée

Egypte: le retour des attentats à la voiture piégée

Nouvelles du Caire

Les Egyptiens font le gros dos en attendant que ça se passe

Les Egyptiens font le gros dos en attendant que ça se passe

torture

AFP

La torture davantage acceptée en France depuis les attentats

La torture davantage acceptée en France depuis les attentats

AFP

La Tunisie "sur la bonne voie" dans la lutte contre la torture selon l'ONU

La Tunisie "sur la bonne voie" dans la lutte contre la torture selon l'ONU

AFP

Sous Habré, la faim tuait plus que la torture dans les prisons tchadiennes

Sous Habré, la faim tuait plus que la torture dans les prisons tchadiennes