mis à jour le

Guillotines-Banque Mondiale-Qatar : Communication officielle contreproductive

Par Soufiène Ben Farhat
Des couacs de la communication officielle n'en finissent pas d'embraser les esprits et d'induire des effets économiquement et politiquement contreproductifs.

Ces deux derniers jours, ils étalent leurs navrants effets sur la place publique. Ils ont trait à des questions d'une actualité brûlante. Qu'on en juge : les douloureux événements du 9 avril 2012, le prêt contracté par la Tunisie auprès de la Banque mondiale et les déclarations présidentielles sur le Qatar et ses prétendus détracteurs.

Et il ne s'agit point de donnes isolées. L'on se souvient des mots à maux du président de la République brandissant le spectre de la guillotine, 0rapportés il y a peu sur ces mêmes colonnes : « Ces derniers jours, les propos tenus par le chef de l'Etat en Allemagne et au Qatar ne laissent guère indifférent. Ils sont reproduits et commentés, le plus souvent négativement, dans les réseaux sociaux. Des extraits de vidéos circulent aussi. Dans l'un de ces extraits, le chef de l'Etat parle des détracteurs et contradicteurs de la Troïka : « Ils ont rendu l'âme alors que la Troïka est toujours en place » y déclare-t-il. Ailleurs, il agite l'épouvantail des « pendaisons » haut et court et des potences à l'égard des opposants « laïcs extrémistes » de la Troïka au cas où « ils réussiraient à s'emparer un jour du pouvoir » (La Presse du 27 mars 2013).

Le plus étonnant c'est que la communication contreproductive des hauts responsables ait désormais un aspect international. Tel a été le cas de la réaction plutôt musclée des responsables de la Banque mondiale aux déclarations intempestives de quelques ministres tunisiens. Un article d'African Manager résume la situation : « L'éventualité d'un second crédit que la Tunisie d'Ennahdha attendait de la Banque Mondiale pour un montant de 500 millions USD, s'éloigne jour après jour. La Banque mondiale démentait ainsi, ce mercredi 10 avril 2013, avoir donné son accord pour l'octroi d'un prêt de 500 millions de dollars à la Tunisie, contrairement à ce qu'avait annoncé auparavant la partie gouvernementale. Et alors que le ministre conseiller Ridha Saïdi semblait sûr, le directeur des opérations de la Banque mondiale pour le Maghreb, Simon Gray, rectifiait en soulignant que «la BM n'a pas donné son accord de principe pour l'octroi d'un prêt de 500 millions de dollars à la Tunisie, en appui du budget de l'Etat de l'année 2013 », mais a simplement discuté «de l'éventualité de l'octroi d'un appui supplémentaire » au budget de l'Etat de l'année en cours, mais les deux parties sont encore loin de parvenir à un accord à ce sujet ».

Rappelons que Simon Gray a bien spécifié que l'octroi de ce prêt est tributaire de plusieurs préalables : « La Banque mondiale a discuté des possibilités d’appui budgétaire supplémentaire avec les autorités tunisiennes pour 2013, mais nous sommes encore loin de l’approbation d’un nouveau prêt. Cela dépendra de l’avancement du programme gouvernemental en cours qui vise à renforcer l’environnement des affaires et à promouvoir la transparence et la bonne gouvernance » a-t-il dit. Ce faisant, il a opposé un démenti cinglant aux propos de ministres tunisiens assurant que ledit prêt est déjà approuvé.

Non moins problématique est la question des propos présidentiels ce 11 avril sur les contradicteurs du Qatar. A l'entendre, ils seraient passibles de poursuites judiciaires. La réaction populaire a été prompte, frisant l'incident diplomatique. La blogosphère s'est insurgée contre le Qatar. Le président de la République a essuyé d'amères critiques sur ses propos. Les commentateurs politiques ont redoublé de railleries moqueuses et d'analyses disséquant les dessous de tels propos.

Encore une fois, la mauvaise communication politique débouche sur des crises créées de toutes pièces. Or, communiquer, savoir parler, c'est pouvoir. Et comme l'instruit l'adage, l'ignorance n'est pas un argument. Ici plus qu'ailleurs, cela se vérifie amplement.

Par Soufiène Ben Farhat le 14 avril 2013

Tunisie Focus

Ses derniers articles: Dimanche , Ban Ki-moon a reçu le rapport des enquêteurs de l’ONU en Syrie  Une météorite tombe  Journée internationale de la démocratie . Bla-bla-bla chez les arabes 

communication

AFP

La justice française autorise la communication de l'acte de naissance complet d'Ali Bongo

La justice française autorise la communication de l'acte de naissance complet d'Ali Bongo

AFP

Burkina: l'ex-ministre de la Communication de Compaoré écroué pour malversations

Burkina: l'ex-ministre de la Communication de Compaoré écroué pour malversations

ondes brouillées

Affairisme et cliéntélisme dans les médias publics tunisiens

Affairisme et cliéntélisme dans les médias publics tunisiens