mis à jour le

Daya Nalepen s’enrichit des autres

Cette scène villageoise ne s’offre que rarement à nous. En effet, sous un soleil ardent, nous entendons crier à tue-tête “Photo bondieu, fleur, tibaba”. Dans le village de Congomah, un homme marche le long de la route avec un sac à roulette. Nous nous approchons pour savoir de quoi il en retourne. Daya Nalepen est à Congomah pour vendre des photos sans cadre.

Le Matinal

Ses derniers articles: 2 500 demandes pour le recrutement de 30 éboueurs  Réhabilitation des plages : le MOI entreprend des études dans plusieurs sites autour de Maurice  Le groupe BSP améliore ses services pour des PME