mis à jour le

Union Européenne : 13,11 milliards FCFA pour la bonne gouvernance dans les Etats de l'Afrique de l'ouest

Accompagner les efforts de bonne gouvernance économique en Afrique de l'ouest, c'est à cette fin que l'Union européenne (UE) met à la disposition de l'Union économique et monétaire ouest africaine (UEMOA) plus de 13 milliards de nos francs. Ce financement dont les documents d'authentification ont été signés ce 12 avril 2013 à Ouagadougou, intervient dans le cadre du 3ème cycle d'AFRITAC (Appui à la bonne gouvernance économique en Afrique de l'ouest) Ouest-1 et 1er cycle d'AFRITAC-2.

En rappel, c'est en novembre 2008 qu'est intervenue la signature du document de stratégie régionale de coopération UE-Afrique de l'ouest, maquant le point de départ de courtoises consultations entre l'institution européenne et sa s½ur de l'Afrique de l'ouest. Depuis, la confiance n'a de cesse de s'instaurer entre elles ; ce qui sans doute a milité en faveur du présent projet de financement pour appuyer la bonne gouvernance.

Ce projet vise à contribuer à l'amélioration de la gouvernance économique en Afrique de l'ouest grâce notamment à un approfondissement de l'intégration régionale et au renforcement du pilotage des politiques économiques et financières viables et harmonisées au niveau de la région. Et l'explication en est que, selon le président de la commission de l'UEMOA, Cheikhe Hadjibou Soumaré, « on ne peut pas faire le développement sans une bonne gouvernance économique et financière ».

D'une durée opérationnelle de cinq ans assortie d'une phase de clôture de deux ans, ledit projet sera mis en ½uvre par le Fonds monétaire international (FMI) en gestion conjointe. Dans la pratique, la Commission de l'Union européenne mettra les fonds, à l'issue de la signature avec le FMI de deux conventions dont l'une pour l'AFRITAC Ouest I et l'autre pour l'AFRITAC II, à la disposition du Fonds au profit de l'UEMOA.

Le projet devra contribuer à améliorer la mise en ½uvre des programmes régionaux développés par les commissions de l'UEMOA et de la CEDEAO en matière de collecte et d'emploi des recettes, ainsi qu'en ce qui concerne la gestion des finances publiques, des marchés monétaires et financiers, des statistiques et de la transition fiscale.

Dans le cadre de ce projet, le suivi des politiques macro-économiques au sein des Etats membres de ces espaces communautaires devra aussi trouver à être renforcé au moyen d'outils méthodologiques appropriés.

Mieux, dira Alain Holleville, Ambassadeur de l'UE au Burkina, « ce projet est destiné in fine, à améliorer la vie des gens, en ce sens qu'il devra produire des résultats sur la vie des gens en favorisant l'intégration régionale et l'efficacité des grandes politiques publiques ».

Fulbert Paré

Lefaso.net

Le Faso

Ses derniers articles: Tirage au sort des barrages de la coupe du monde 2014 :  Paroisse de Bissighin : les élèves et étudiants  Coupe OAPI : ONEA en dames et SONABHY en hommes 

union

AFP

Union africaine: après 32 ans, le Maroc veut retrouver sa place

Union africaine: après 32 ans, le Maroc veut retrouver sa place

AFP

Union africaine: Nkosazana Dlamini-Zuma ne briguera pas de second mandat

Union africaine: Nkosazana Dlamini-Zuma ne briguera pas de second mandat

AFP

Union africaine: Nkosazana Dlamini-Zuma ne briguera pas de second mandat

Union africaine: Nkosazana Dlamini-Zuma ne briguera pas de second mandat

gouvernance

Mondial 2014

Les raisons de l'échec de l'Afrique au Mondial

Les raisons de l'échec de l'Afrique au Mondial

Alerte

Pourquoi il est difficile de vaincre Ebola

Pourquoi il est difficile de vaincre Ebola

LNT

Gouvernance locale de Casablanca : Tsunami royal …

Gouvernance locale de Casablanca : Tsunami royal …